FALAISE – EUGENIO MONTALE


ODILON REDON – LE CYCLOPE

FALAISE – EUGENIO MONTALE

Comme un éboulis musical
s’éloigne le son, il dévale.
Avec lui se dispersent les voix
réunies aux volutes
arides des crevasses ;
le gémissement des pentes,
entre les vignes que l’entrelacs
des racines enserre.
La falaise n’a plus de sentes,
les mains s’agrippent aux branches
des pins nains ; puis tremble
et décroît la lueur du jour ;
un ordre descend qui dégage
de leurs limites
les choses qui ne demandent
qu’à durer désormais, à persister,
avec tout leur content de labeurs infini ;
un écroulement de pierraille qui du ciel
s’abîme sur les rives…

Dans le soir qui s’étend à peine, arrive
un hurlement de cor, il se disloque.

Eugenio Montale

Extrait: Os de Seiche

/ traduit de l’italien par Patrice Angelini

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.