CE MATIN, J’AI REVENU DE PEINDRE


CE MATIN,

J’AI REVENU DE PEINDRE

(Repris à 14 heures et 43 minutes)

Parti avec ma nature sans la défaire

j’arrive à l’atelier et sens qu’il manque l’essentiel

La toile se fait frigide au contact qui l’entoure, non qui la cerne

-Empêche la colère de sortir de ce néant, me dis-je

tu sais que sans rien ressentir du dedans de ce qui vit

ton doigt arrête ta main. Rentre, vas-t-en, rentre-toi

Il pleut pas

il n’y a pas de soleil mais une humidité glaciale

Qui a pris l’odeur des choses qui n’apparaissent pas dans les vitrines

ces mystères qui développent la sensation d’exister là où rien n’existe

l’impossible amour et son absolu particulier

Si même ça est avalé

par l’obscure médiocrité d’un ramdam je coule dans l’écrit de propagande

sans un sein qui pende de la branche du cerisier

Il m’appartient d’exister tout seul

sans ressentir cette impression profonde c’est horrible d’être tout le monde personne.

Niala-Loisobleu.

1er Février 2023

Au tombé des seins suit la vague


NIALA

Au tombé des seins suit la vague

La marque des sabots empreinte

un chant de soleil

du vent

de la pluie

des orages à faire tomber les noix

l’huile au pressoir

la vigne dans mon vers

toutes les couleurs de leurs plumes sifflent et chantent en choeur

pousse en corps l’archet de la dernière Folia

il se pourrait bien que je réponde aux lancements de tes reins

Marin Marais

est un faiseur de matin

Et moi un vieux chien qui flaire ce qui provient de la garrigue au levé du coq

Niala-Loisobleu.

31 Janvier 2023

PHILIPPE DELAVEAU – LE BLEU


NIALA

PHILIPPE DELAVEAU

LE BLEU

Lorsqu’on renverse la tête sur le sable, et que le jour décroît
Soudain les yeux s’entrouvrent : c’est le bleu
Du ciel immense, l’espace transparent du ciel bleu, pays
De la lumière vive au-dessus de la joie de l’arbre,
Et le héron prudent pose une patte circonspecte, risque l’autre
Sur le mercure miroitant; la flaque réfléchit l’impavide, l’immense,
L’absolu bleu.
Nous oublions
Les luttes d’un cœur épris d’amour et les distances.
Le bleu
Traverse l’air impalpable, visite la branche immobile qui le salue
Se laisse étreindre par les yeux qui le pénètrent.
Dans le vitrail éclate la fanfare du jour,
La rosace infusant le doux acquiescement de la lumière.
Même un nuage infime et haut fait concevoir
Les éloignements sans fin de la distance où glisse
Au pli de la tenture une aiguille suivie
D’un fil qui s’effiloche.
Une invisible main
Tente de coudre à l’aube enfuie le crépuscule,
Puisque emporté par son poids, le soleil
Déchire la mandorle où le temps le suspend
Et que le bleu pâlit à l’horizon.
La mer
Répand sur ses genoux qui tremblent
Le vaste drap où flambent ses ciseaux,
Berçant infiniment nos cœurs qui se désolent
D’être mortels encore sous l’azur éphémère.
Philippe Delaveau

ZOB SEC


Niala – De cap et de paix 2023

ZOB SEC

Catacombes en rupture

en Denfert le lion perd sa crinière

la Nation son idéal

Le tant des pierres est sorti du boulevard par la venue politicienne du débat

D’ici qu’on qu’on banderole au viagra il y a qu’un pas

Où sont les combats de Vincent et Paul

sacrements de foi

D’un bois mort je saute à la branche des Alyscamps

Champs-Elysées en provençal

cité des morts vertueux

où puiser de quoi lever son vers

et revendiquer la réforme sociétale citoyenne

Les seins lourds d’un soupe populaire où j’ai téter

manquent à mes idées libertaires

comme la voix d’un vagin qui grimpe

au Parnasse frotter son poil au Jardin des Délices

Il faut sauverOrphée

d’une Fête de l’Huma contre-façonnée

Ah mes Baux

poésie en quête de rêve

laissez moi remettre le fil à plomb au levier.

Niala-Loisobleu.

30 Janvier 2023

Aux funérailles au funambule

Paroles : Allain Leprest et Jacques Bertin ;
(en romain : Leprest ; en italiques : les ajouts de Bertin…

chacun viendra poser l’enclume        / la plule
le pape apportera sa bulle
et malgré la grève du rail

si près du cyprès et de l’onde
chacun viendra asseoir son monde
et boire à cet enfant trop beau
tombé de haut
chacun viendra lever son verre
à nos amitiés libertaires
aux étoiles qui vont se taire
dans la main du grand diamantaire à toutes ces notes futiles
à nos ardoises sur nos tuiles
à nos comment et nos faut-il
écrire la chanson de plus ?qui crie au fond de l’autobus
et aux verres trop vite bus
aux amitiés trop vite lues
aux rythmes trop vite perdus
à la prochaine mon amour
à toi seule dont les doigts courent
sur mon ardoise chaque jour
à la proche haine à toujoursje cache en mes doigts consumés
un âcre parfum de fumée
dans les ruines du verbe aimer
une ultime rime à  » toujours « à nos amours à la prochaine
la proche haine mon amour
la proche haine où sont semées
nos plumes nos belles années

à tous les mots durs à manier
au malheur qu’on n’a pas volé !
la beauté qui nous a brûlés
et à nos amours mon amouror, voyez : c’est son meilleur tour
quand il tombe au milieu de vous
le funambule il est pas fou
il a très bien choisi son jour


est-il mort ? non : il dort il tremble
dans son sommeil il parle il semble
il dit : si nous restions ensemble
ici,
            amis,
                         j’y voudrais mourir pour toujours !

LES MARQUES DE CHEVAL


NIALA

LES MARQUES DE CHEVAL

Du souffle de forge arrive un regain de braise

le levier tend alors le bras pour une escapade hors des frontières

Si le lundi se prépare à la grève avec l’idée fixe de sortir du travail

cherche ton train au creux de l’aisselle d’une qui serait en quête de transport

la foi reste autrement vive

chez celles et ceux qui ne trouvent rien à espérer des expédients

La belle a à son corps défendant

plus à dire dans le désir de sortir du vide d’un trop plein de rien

Une croupe de pouliche à la forge donne sa chance au faire.

Niala-Loisobleu.

30 Janvier 2023

DOMINICAL ENCHANTEMENT


« AU REVOIR SABINE » – NIALA 1981 – HUILE S/TOILE 162X130

DOMINICAL ENCHANTEMENT

Ce que le soleil est capable de faire

ne connaît pas de limites

Ainsi fait-on twoo d’un rein solitaire en quête de duo

Il est sorti de la réserve

où il attendait de puis si longtemps

son bon jour

ce très grand tableau

Symbole ô combien fort de l’amour capable de vaincre la mort

voilà qu’il amorce le lancement d’une vaste entreprise où le mariage donnera tout son sens.

Je suis dans ta poursuite Sabine…

Niala-Loisobleu.

29 Janvier 2023

AU PIED D’UNE PYRAMIDE


Niala, dernier tableau fini le 28 Janvier 2023

AU PIED D’UNE PYRAMIDE

Longue marche au départ de la source

dans le balayage des palmes

l’ondulé du désert

et l’excroissance dorsale du chameau à soie

Hier la Chaume sans mirage m’a livré au matin sa vision dernière

que la pirogue de tresses de roseaux

mena au couché du soleil comme on accompagne l’enfant chéri au sommeil

La belle histoire se boucle autour de l’île

Au tour du chevalet

la soirée inventoria le trésor à tenir dans le sarcophage

Ce qui fit qu’à la nuit tombée

on vit l’arc-en-ciel auréoler l’atelier

Et mon père en tête de cortège se laisser pénétrer du voyage de son fils

A chacun son Nil

ma felouque charentaise a cherché les colonnes

pour les gabarer à l’alambic de la Chaume

Quand apparut une déesse lévitant du papyrus

je reconnus Marthe à l’ambre de son regard sur la garde de l’enfant.

.

Niala-Loisobleu.

29 Janvier 2023

« MAGIQUE CHAUME » – NIALA 2023 – ACRYLIQUE S/TOILE 61X50


« MAGIQUE CHAUME »

NIALA 2023

ACRYLIQUE S/TOILE 61X50

Du bout des doigts

l’oeil

a remonté la jupe du temps

entre les cuisses de la colline

toujours à la ligne de flottaison des bas

où les jarretelles tiennent la chair haletante

au Nord scandinave

pour que le lac

abreuve le cheval sorti du troupeau

entre les tâches des bouleaux

Rondin de cabane

pointé

à la gîte de la forêt dense

La mer attend au pertuis le jeté d’ancre

A border tes seins et les nicher sur ma baume solaire

le quai est en gare

le convoi s’arrête au tampon de tes reins

défais ta valise

bois une blonde au contoir

Te voilà

à la sensuelle veillée sur la Carte du Tendre

comme qui débute.

.

Niala-Loisobleu.

28 Janvier 2023

JE SUIS VENU PAR TA FENÊTRE


NIALA

JE SUIS VENU PAR TA FENÊTRE

La marchande de crevettes roule sa remorque au quai, on compte les têtes, éperdues des mouettes répètent des numéros de voltige. Quand du percolateur on tente de sortir une idée la tasse se remplit d’un jus brunâtre sentant le viandox

Le rideau de pluie a cédé

J’ai senti une telle joie d’aimer que j’ai annulé tous mes rendez-vous quotidiens

Que La Chaume pour me caresser l’idée de grands espaces, toi dans la mer

émoi en planche superposée

Sur la terre brûlée, beaucoup de peints m’ont réconfortés. Je te dirai demain ma vision d’aujourd’hui. Elle est si verte qu’on la voit bleue Curieusement nouvellement amoureuse. Ce blond qui s’étale au bas de ton ventre est un renouveau d’épis pour l’oiseau qui fait penser au laboureur qui retourne sa jachère. Du grenier j’ai descendu le métier à tisser. plus enfant lié de joie.

Niala-Loisobleu.

27 Janvier 2023

TE VOILA JARDIN


NIALA 2015

TE VOILA JARDIN

Décamouflée de tes propres mains

Blancia

te voilà accrochée

Haute et ronde la pierre s’est mise en socle

L’oiseau va d’une branche à l’autre

quérir le sauvage constructible

Isolante ta peau garde l’odeur des ruts animaux

mélange de poils et musc pétri au mortier des corps

Au moment où j’atteignais ton estuaire

un coq sorti de la bruyère a ouvert tes genoux au creuset de l’airain

Soulevés par l’atmosphère tes seins décollent

au-dessus de la montagne sans voix pour crier

Je distingue chaque pore de tes escales

à n’avoir nul besoin de m’endormir au laurier

Niala-Loisobleu.

27 Janvier 2023