PRIMITIVISME


LES DEMOISELLES PICASSO ET LE PRIMITIVISME

PRIMITIVISME

Aux parois pariétales de ta caverne combien d’échos se renouvellent en mes doigts quand je les écoutent vibrer et les suis mufle collé à leur piste

il y a là, tout au point de départ ce qui manquera toujours au naïf

De la fourrure autour des lèvres de la gueule animale à la sécrétion fluviale où le corail vit pour nourrir les battements de l’anémone

Création du Monde, gigantesque humilité

Attaché du nombril resté je monte à l’élastique sans jamais en descencendre comme les abrutis du vide qui croient impressionner sans une goutte d’ancre

Et dans l’ELLE la nourrice des seins traverse sans obliger à faire le plein

La bouche ouverte aujourd’hui boire à même le ciel quelle régalade !!!

Niala-Loisobleu – 23 Mai 2022

Jeanne Moreau – La Peau Léon


PABLO PICASSO

Jeanne Moreau – La Peau Léon

J’aime ton odeur, ta saveur Léon
T’es pas beau Léon
T’as les cheveux longs
Mais je t’ai dans la peau
Mais je t’ai dans la peau
Mais je t’ai dans la peau, Léon

Je ne suis pas jolie, jolie
Nous ne sommes pas beaux, beaux, beaux
Mais contre toi, moi je grille
Tu me fous le feu à la peau
T’as p’t-êt’ pas des bras d’athlète
T’as p’t-êt’ pas l’torse velu
Mais j’adore tes mirettes, qui se brouillent
Quand tu m’dis
Qu’tu m’as dans la peau Léon
Qu’tu m’as dans la peau Léon
Qu’tu m’as dans la peau Léon
Léon, Léon, Léon, Léon

Mais voilà, mais voilà
Qu’un soir au cinérama
Au ciné en longueur
Sur l’écran exhibiteur
Une femme un serpent
Une chatte mollement
Etendue plus que nue
T’a ému
Cette femme plus que nature

En couleurs plus que pures
Cette roulure sans pelure
Qui roulait en voiture
Cette glue, ce serpent
Cette chatte mollement
S’est glissée, s’est lovée
Au creux de ta peau Léon
Tu l’as dans la peau Léon
Tu l’as dans la peau Léon
Tu l’as dans la peau Léon
Léon, Léon, Léon, Léon

Depuis tu prends des airs rêveurs, Léon
Pourquoi mon Léon ?
T’es plus mon Léon
Pour une étoile dont la peau
N’est qu’un rayon, un halo
Nébuleuse vapeur sans chaleur
J’aurai ta peau Léon
J’aurai ta peau Léon
J’aurai ta peau Léon
Léon, Léon, Léon, Léon

Ce fut voluptueusement,
Sans cri, ni geste, ni adieu
Tu basculas dans le néant
Tu n’auras pas vécu bien vieux
C’n’était qu’une p’tite écorchure
Sur la peau de ta figure
Que tu te fis au rasoir,
J’l’avais mouillée de curare
J’ai eu ta peau Léon
J’ai eu ta peau Léon
J’ai eu ta peau Léon
Léon, Léon, Léon, Léon.

LA PORTEUSE DE PEINT


Pablo Picasso

LA PORTEUSE DE PEINT

Des ailes des moulins parcourent des chants de farine , le froment tire la barbichette à l’orge, un cheval laboure sur les notes que le sable des vagues perce dans la barbarie faite orgue

Tendre et pure viennoiserie qui Danube

-Laisse hâler c’est une valse, dit le père en faisant le tour de la mère pleine de vie

Il y a comme un plus loin qui dépasse le vide dans cette peinture visionnaire du regard le plus noir du taureau le plus humain que je connaisse

C’est plus fort que l’absence le flux végétal en présence.

Niala-Loisobleu – 16 Mai 2022

AU HASARD D’ORAGE PAR ALAIN MINOD


PABLO PICASSO

AU HASARD D’ORAGE PAR ALAIN MINOD

Capharnaüm d’orage outrepassant clameurs
Giclades de rage sur cet auvent qui claque
Voile sur le ventre du boulevard qui pleure…
Boire aux voix dans l’entre bloquant pluie qui s’y plaque

Puis tout dans le hasard hors « feria » en TV
– L’orage qui la barre – on veille pour rêver
Au monde et s’y serrer après ces bruts éclairs
Pour marquer un arrêt et voir venir le clair.

Alain Minod

 Goodbye Marylou – Michel Polnareff


PABLO PICASSO

 Goodbye Marylou – Michel Polnareff

Quand l’écran s’allume je tape sur mon clavier
Tous les mots sans voix qu’on s’dit avec les doigts
Et j’envoie dans la nuit un message pour celle qui
Me répondra « OK pour un rendez-vous »
Message électrique quand elle m’électronique
Je reçois sur mon écran tout son roman
On s’approche en multi et je l’attire en duo
Après OK elle me code Marylou

[Refrain]
Goodbye Marylou
Goodbye Marylou
Goodbye Marylou
Goodbye

Quand j’ai caressé son nom sur mon écran
J’me tape Marylou sur mon clavier
Quand elle se déshabille, je lui mets avec les doigts
Message reçu OK code Marylou

[Refrain]
Goodbye Marylou
Goodbye Marylou
Goodbye Marylou
Goodbye Marylou
Goodbye Marylou
Goodbye
Marylou
Goodbye

Quand la nuit se lève et couche avec le jour
La lumière vient du clavier de Marylou
Je m’envoie son pseudo mais c’est elle qui me reçoit
Jusqu’au petit jour on se dit tout de nous

Quand l’écran s’allume je tape sur mon clavier
Tous les mots sans voix qu’on s’dit avec les doigts
Et j’envoie dans la nuit un message pour celle qui
M’a répondu « OK pour un rendez-vous »

[Refrain]
Goodbye
Marylou
Goodbye Marylou
Goodbye Marylou
Goodbye Marylou
Marylou
Goodbye
Goodbye Marylou
Goodbye

CHAT SAISISSANT UN OISEAU


PABLO PICASSO

CHAT SAISSISSANT UN OISEAU

L’étang passe, le courant pris à son piège s’est enfilé les deux doigts dans la prise éradiquant la forêt

Mais le cerisier à lui tout seul dans tous les Gobi s’est institué oasis

Sa forme à la tessiture développée perpétue tes cris

Cet appétit qui ne trouverait pas son salutaire sommeil sans ses fruits croqués avant d’aller au lit tout trempé par sa rivière en vie

Ah Pablo tu as du taureau les glands ibères qui m’andalousent aux frontières portugaises comme un Antonio Ramos Rosa !!!

Niala-Loisobleu – 29 Avril 2022

Pour Elle par Georges Moustaki


PABLO PICASSO

 Pour Elle par Georges Moustaki

Elle ne fait pas l’amour elle aime
Elle ne marche pas elle danse
Elle ne parle pas elle chante
Elle ne fait pas l’amour elle aime

Elle ne fait pas l’amour elle aime
Elle ne se prête pas elle s’offre
Elle ne pleure pas elle souffre
Elle ne fait pas l’amour elle aime

Elle ne fait pas l’amour elle aime
Elle ne rêve pas elle plane
Elle ne fait pas semblant de vivre
Elle ne demande pas elle prend

NU ASSIS


PABLO PICASSO

NU ASSIS

Je t’ai laissée assise jusqu’à demain dans l’atelier

un peu couchée sur le tapis contre le chevalet ça s’ra moins dur

le lien étant

et quelques anémones pour un dernier souvenir chat l’heureux à Colette

La couche nuageuse épaisse n’a pas réussie

j’ai peint comme debout au soleil
t’aurais vu le sourire du tapis à quel point la méchanceté a ramassé sa claque.

Niala-Loisobleu – 27 Avril 2022

L’ENCLOS DE RHUYS PAR MICHEL DEGUY


PABLO PICASSO

L’ENCLOS DE RHUYS

PAR

MICHEL DEGUY

Août me confie à l’enclos de genêts comme une bête mauvaise qu’on a laissée sur la jachère. Furieuse, encagée, la jeune bête ici cogne aux gradins de l’océan.

Elle croit guider le vent aux labours du ciel, mais c’est elle la pâturée — par un maître

qu’elle ne reconnaît plus ; bête séparée des autres, jouée par le vent aux esquives de matador, et pour finir, épuisée dans une arène dure qu’elle imagine déserte, trouée, elle perd son sang au soleil qui l’exige, le picador indémontable sur grands chevaux de nuages pommelés.

Michel Deguy