« L’ENCLOS » – NIALA 2022 – ACRYLIQUE S/TOILE 73X60


NIALA

« L’ENCLOS »

NIALA 2022

ACRYLIQUE S/TOILE 73X60

Cernée de pierres l’enfance saute la barrière sur son cheval à bascule

la chapelle dresse son autel de passe à cheval sans les morts-vivants, mors aux dents

Que de fleurs que ces seins jardinent nés nus phares

des canards de l’iris gras de Vincent à la grenouille sauteuse de Schiele

Cris qu’un silence promène, les maisons-blanches s’alignent dans les roulottes en convoi pour les guitares

J’ai blanchi aux joues des nuits noires

ce derrière d’oreille bleu pour entendre la mer depuis ton cou et nager

loge dans la vague de ton ventre

Felouque oblique tournant les cataractes autour de l’Île

des ibis blancs sur les rives jusqu’à l’cluse de ton estuaire

Femme

Voie lactée, je n’aime pas le laid, abreuve-moi de ton sacré

cuisses en chapiteau sur mes épaules, que je chante de lin à l’autre en toute nature dans l’enclos ouvert

Niala-Loisobleu.

24 Septembre 2022

ATTIRANCE


NIALA

ATTIRANCE

La vague en déferlante me pousse vers ton île

mettant mon pinceau en recherche des couleurs de tes yeux, de ta pilosité

Beauté latine à l’architecture toutes en colonnes que mes mots-peints mettent attiques au jardin suspendu

Pont pays, voilà bien les thermes qui ressuscitent l’amour de leur lave…

Niala-Loisobleu – 23 Septembre 2022

AUTOMNE


NIALA

AUTOMNE

Contre la pointe où le phare balaye

une rousseur chaude comme un ventre que l’estuaire ouvre

dépouille les hésitations de l’arbre

La terre va pourrir pour se refaire neuve d’ici là

Gros champignons comestibles, tes seins ont percé la mousse de l’ampliforme

Plus vrais de l’aréole à l’aisselle, ils tombent au creux de mes mains, pommes d’à pis.

Niala-Loisobleu – 23 Septembre 2022

LE VERROU QUI GRELOTTE


LE VERROU QUI GRELOTTE

Face au trottoir vde, la porte tremble dans son cadre du désir de voir s’ouvrir le courant chaud qui coupait la vague d’un continent à l’autre

Sur un sol jonché de feuilles mortes les arbres restent curieusement verts

Au matin encore endormi un oiseau est venu écarter le rideau, sur l’eau un grand trait a brillé quand le message que la bouteille amenait s’est posté dans le champ

Le cheval s’est alors mis au piano, l’escalier a craqué tellement c’était beau ce qui a fait glisser un courant d’air chaud sous la porte.

Niala-Loisobleu – 21 Septembre 2022

QUAND L’OEIL BRÛLE (REPRISE)


148131

QUAND L’OEIL BRÛLE (REPRISE)

Il s’aperçut qu’elle se tenait dans cette robe de soleil que le temps froid n’avait  pas imprimée par crainte d’avoir les doigts gourds. La vie ne laisse pas toujours à l’impression un droit de choisir, elle s’impose par tant de raccourcis que ça vient comme ça peut en un éclair obscur.

Maintenant l’image se refaisant claire il était possible d’avoir les trois dimensions.

Quand j’étais enfant un bout de ficelle m’a appris qu’il possédait le pouvoir d’imaginer tout ce que je voulais. Je sais qu’à mon âge il est encore dans ma poche avec le caillou.

Le caillou c’est l’outil-multiple, ça clef comme ça coupe, rive, martèle, grave, peint, fait voler, navigue, mène.

Quand tu cabanes avec eux, le cheval se joint sur ses deux-roues comme une balançoire à deux places. Rien qu’en peau tout autour.

La texture du tapis où sont marquées les tâches faites et à faire, tape des deux poings à ma poitrine quand je la trouve assise prête à partir. Tissage, les navettes du métier d’aimer ont des fois des pentes raides à monter, le cheval se fait alors plus utile que jamais. La force qu’il est seul a posséder en ses reins arc-que-boute le quart de cercle de l’arc-en-ciel qui se mettrait à glisser.

De nouveau, il se sentit troublé. Il se remémora les pensées qu’il avait eues en voyant la grâce de ses seins.

Niala-Loisobleu – 30 Septembre 2018

TOIT EMOI


TOIT EMOI

En attente depuis des mois après les désordres du ciel d’un sinistre été, aujourd’hui la réparation du toit

s’amorce

Je lance mes yeux en avant de mes pieds

Quels désordres nous attendent aux abords de l’automne ? C’est devenu la mode

Je ne veux pas de la mode , la vie comme elle est dans son choix de départ me paraît plus qu’acceptable

L’équilibre est des relations la plus remarquable

Aimer pour moi c’est si simple que je crois comprendre pourquoi c’est toujours compliqué…

Niala-Loisobleu – 20 Septembre 2022

ESPERER


ESPERER

Dans l’élan, sauter l’amer comme on dément ce qui est imposé pour choisir sa plage

c’est lucide

de petites-maisons-blanches en rues noires tu passes à l’air-libre sans t’arrêter aux vitrines de la mode exécrable

Sans cravate une chemise à fleurs se marie bien avec un papillon uni

Mon chevalet galope à les toiles sans impossible

Bien sûr ça refait pas le monde, mais ça modifie la couleur triste que la vie met pour s’habiller.

Niala-Loisobleu – 14 Septembre 2022

ENTRE NOUS ET LE RESTE


ENTRE NOUS ET LE RESTE

Les vendanges autour, des tracteurs passent, j’entends seulement des chevaux et voient des rondeurs joyeuses fouler le raisin du pied

Bien sûr c’est une métaphore, car les machines aujourd’hui ont pris monstrueusement la place des mains enjouées

En cherchant sous les roues les traces de pied sont d’une certaine façon toujours visibles. C’est du travail, certes on est pas très aidés. Parler de pénurie comme une malchance venant des autres, prend toute la place en ce moment . On a peur. Mais de qui et de quoi ?

Putain, ça me pompe l’air de n’entendre dire que ça

Tu as toujours de l’herbe où se coucher entre les cuisses et surplombant la rivière, deux promontoires d’où on peut voir encore plus loin que son né

puis surtout dans la pensée se promènent des chevaux, que des gosses conduisent au pré pour que pendant qu’ils broutent, le mouflet entre dans le bois jouer avec cette fée qu’il a su gardé

Quand il revient le cheval le monte pour aller se baigner en suivant la première vague de la plage

Je te parle pas des mouettes qui les suivent de haut comme si c’était un bateau qui rentre au port chargé des sa pêche, ou encore un laboureur ouvrant le ventre de la terre pour faire se répandre l’odeur de vie. Laisse tomber la rengaine, c’est une valse de lupanar, la chambre de la nature a des draps à fleurs qui tatouent pas la peau, c’est recommandé d’y entrer nu.

Niala-Loisobleu – 13 Septembre 2022

« ECHAPPEE » – NIALA 2022 – ACRYLIQUE S/TOILE 60X60


NIALA

« ECHAPPEE »

NIALA 2022

ACRYLIQUE S/TOILE 60X60

Au dos du rempart qui se glisse entre toit émoi

pareil ment sur le ventre

une seule fenêtre pour voir la fleur sortir des vases du marécage

serait à elle seule tous les chants où viendrait paître l’Esprit du début sans fin des Choses

Corps de femme fendu aux seins pleurants jusqu’au nombril à l’écoute du poème, le paragraphe peint sur le lin, l’envol musical forant les fleuves

Modèle en pose mouvante des collines de thé dans la paralysie d’un col éboulé que l’arabica rougit du pied de sa volute au faîte de son cas fait

La pâte lourde, chair à fruits, tenant à la toile tissée par l’araignée gardienne

de l’angle vif au point de fuite d’une perspective élaborée à mains nues

Senteurs venues des tiges de cadrans solaires, branches de l’arbre de Chronos attachées aux saisons

Et puis au moment de traverser pour l’autre rive laisser l’Enfant apprendre à nager sans aller aux aquariums…

Niala-Loisobleu.

12 Septembre 2022

EN VERS


NIALA –  » EN VERS – OEUVRE EN COURS…

EN VERS

Matin où mon jardin boutonne, des idées de naissance plein la tête

Deux oliviers grillés font une peine qu’il faudra guérir dans l’absence d’herbe

La clématite a décroché, restent quelques artichauds dans des jarres pour nier l’abandon qui s’étale et là-bas au pays des roses la reine a quitté la ruche, je nage, une côte de Pi dans l’odyssée du tigre en escale

La tête d’une fleur tourne dans mon coeur parmi les feuilles, des maisons qui se cachent vont pas tarder à sortir

Retour de chaleur ?

Ce que je vois n’est caché aux autres que dans leur mauvaise foi. Tout est propice à s’inquiéter, mais autrement qu’en rabouchounant les problèmes sans les traiter

comme dans du Molière, Malade Imaginaire

J’avance comme qui recule refuse, sale bête

J’ai de l’âne dans le genre.

Niala-Loisobleu – 10 Septembre 2022