BOIS QUI PASSE


BOIS QUI PASSE

Sur la vrille qui avale le noyé l’armada passe sans se retourner entre les îles

le navire-amiral cogne sans distinction de son pilon la voix océane

Là, battant de l’aile la cloche de la petite-chapelle rassemble le bois-flotté qui a été dispersé

La hauteur d’eau arrivée au menton le marin-pêcheur soulève de ses yeux les vents contraires sans demander d’aide à Poséidon.

A l’autre bout on collecte des Shiva pour regreffer Samothrace.

Niala-Loisobleu – 11 Mars 2022