« FUGUE LUNAIRE » – NIALA 2022 – ACRYLIQUE S/CONTRECOLLE – ENCADRE S/VERRE 40X50


« FUGUE LUNAIRE »

NIALA 2022

ACRYLIQUE S/CONTRECOLLE ENCADRE S/VERRE 40X50

Ballade entre les pierres debout

et les pierres couchées

j’ai ta main qui me sert Papa

tu sais les quais de la Cité où tu m’as amarré

je m’y mouche le né

Du soleil pour Toussaint

c’est topless

Attends-moi au pied de l’échelle

je te rejoins…

Niala-Loisobleu.

1er Novembre 2022

DESSEIN INCONNU A LA FENÊTRE


DESSEIN INCONNU A LA FENÊTRE

Par le bruit d’eau dans les canalisations, la présence s’approche de la fenêtre

Pieds nus elle va de la table de toilette où sur le marbre le broc de porcelaine rempli la cuvette

Dans l’intervalle, le tapis intercale d’une étape le sol de tomettes, un espace de chaleur lui remonte le long des cuisses jusqu’au ventre.

Deux pigeons roucoulent entre les jardinières

L’aube rosit au travers du lierre des géraniums.

Du laitier qui a laissé son passage à côté des nouvelles du jour.

Rien qui vaille

Je choisis le bruit de pattes des oiseaux qui conversent au-dessus de ma tête sur le zinc de la toiture

Ce grain de beauté m’interpelle par l’endroit où la nature l’a logé

De quoi remonter entre l’insignifiant d’une toilette à la mode au départ de la genèse

Du goût que j’ai pour le fond des choses, j’aime mieux quand tes seins tombent du soutien-gorge que cette arrogance que leur donne l’armature

Sans compter que la grâce généreuse que la chute leur confère donne à l’oreille des désirs d’écouter le coeur s’exprimer

T’es mon village

Mon tertre

Mon père aurait motif d’y planter son chevalet

Regarde voici la Cité, l’Île-St-Louis

Laisse-moi tremper dans ton reflet.

Niala-Loisobleu – 27 Mai 2021

AUTAN LE DIRE…


AUTAN LE DIRE…

Du Pont-Neuf au Pont du Gard

tout l’house nous Gare ô de son rose

à flanc de canal voguant d’oc sa langue trou badour

Je lé

babord-tribord des rives

le plus gros de l’arbre au ventre

moi l’oiseau venu de sein Louis en l’Île

m’accrocher à l’anneau de Moëze-Oléron

plus cathare qu’un arasement de comtes à dormir debout

le sillon marqué du sang d’araires éternels

Sommet de la vague

nettoyant ce nu d’Agde libertin au jet Varéry pour l’étang du cimeterre marin

co peint d’abord

Sète fleur que l’herbe tire du poignet

ton noir au né de Georges porte bleu plus loin que le parcours du green-opium

et plage catalane en grappe de Corbières

comme Autan mon Paname

me garde de chahut à coups de reins de cheval qui ne d’hennit rien de sa nature créative

pour entrer faire le ménage dans l’arène d’un Minotaure amateur de labyrinthe

jusqu’au sein porté à l’orgasme

accourir plus vaillant que scout bidou

manifester pour le refus du sevrage.

« AUTAN LE DIRE… » – Niala 2021 – Acrylique s/toile 61×50

Niala-Loisobleu – 11 Avril 2021

L’ATELIER A QUAI 6


L’ATELIER A QUAI 6

Dans les vents, le bal haine, j’irais pu me disait mon père assis sur le trottoir dans coin de pré vert à faire la manche

Au moment venu, il y en toujours un, j’ai descendu l’idée de paraître pour demeurer enfant quelque soit la saison

Et suis devenu habitant de la lune, me disant tant que les hommes n’y habiteront pas, ça demeurera l’endroit rêvé pour traverser

Tout en rondeurs

comme j’aime pour garder les baignoires intactes dans l’Outre-Mère

Ce qui fait que de fil en aiguille comme tu l’écrivais ce matin et que j’ai ressenti rien ne se sépare dans notre histoire au point que je ne peins que du ton de PIENSA EN MI.

Niala-Loisobleu – 16 Janvier 2021

CAYENNE


CAYENNE

Ruban d’eau

Sous-tain de sel

en bord de vase

Il n’y a que mon père qui m’ouvre la cage pour me laisser parler

Oiseau

Tout en Bleu-Paysage

Niala – 6 Décembre 2020

DE L’UTILITE DES MOYENS D’ELEVAGE


b09bb84895e870af8ef8ee371a0cb89e

DE L’UTILITE DES MOYENS D’ELEVAGE

 

 

Aile  de papillon qui passe, l’air est nullement inquiété

un gros plouf de poésie écolière l’abat en plein vol

Sous la soie des cheveux qui ne dépeigne pas l’enfant quelle chenille passe en chantonnant ?

Le costume de mariés dont ils avaient déguisé leur jeu

Se tenant droit le sein perd la compagnie du chien  au tour du jardin dès la porte ouverte

Glissant des dunes par les pins, le saut de l’enfant fait écho aux pots de gemme  avant d’arriver aux palisses. Serait-ce trop demander aux nudistes de masquer la pornographie. La Côte Sauvage n’aime pas les huiles sans ciel pour bronzer. Un jour que je m’exerçais à comprendre le baiser sur la bouche du saule au méandre du fleuve, mon père m’a appris à faire le poulet chasseur.

 

Niala-Loisobleu – 4 Juin 2020

 

 

 

 

DEMEURER BLANC, A CHEVAL


e86d814b526183cb614bd875c5035fa8

DEMEURER BLANC, A CHEVAL

Au tout début il avait remarqué qu’en plein jour et où qu’il soit ce gros truc rond dans le ciel, possiblement capable de réduire, était toujours avec lui

Dans la rue, sur le long du quai, jusque sous le pont d’un gros marronnier ou d’un saute-rivière le rond blanc avec son visage dedans , pas de doute, lui clignait de l’oeil. Sorte de complicité qui plut  d’emblée à l’enfant

En montant le courrier que Marthe lui avait dit de répartir dans les étages il la voyait cette face de lune chaque fois qu’au palier intermédiaire il passait devant la fenêtre

Il s’arrêtait pour jouer du pied avec

Ou montait sur une marche d’étoile la rejoindre

C’est comme ça que longtemps après il sort toujours se taire pour bavarder au-dehors, vieux stratagème de pas causeux qui permet de regarder du côté où on dit que c’est pas pour les enfants

Quelle connerie

Cheval ça aide à passer inaperçu

Les hommes n’ont qu’un rapport étranger avec ceux qu’ils exploitent

Quand il allait aux Tuileries, des fois il croisait un détachement de la Garde Républicaine descendu de la Nation débourrer ses canassons jusqu’à l’Arc de Triomphe

il traversait leur crottin mine de rien et venait jouer avec ses copains du manège avant de s’abreuver au grand bassin

Il en a fait fait des voyages à te chercher, Ma

c’est vrai que la jeunesse ça l’a formé puisqu’il  est en corps là

Pour ce Dimanche de fin de pont, il va pouvoir profiter de ce qu’ils rentrent, pour se faire un coin de bocage. Il aimerait de l’églantine, de la planche à voile, des briques à vallées et beaucoup de menthe quand il entendra les aboiements de son copain noir. La Normandie sans les gîtes à parisiens mais avec plein de vaches, des pommiers et du Toi en chaume, ça lui remue l’aqueux

Son père au milieu d’un chant qu’il pousse à tue-tête, palette à la main…

Niala-Loisobleu – 24 Mai 2020

BLEUS UTILES


afda516d58580c0de732f9772d9aa35b

BLEUS UTILES

Les pores se lainent de terre blanche, au grès du sel, laisse les casseroles faïencer suivant les chocs

Comme de Grèce, son Olympe s’en fût rejoindre un bleu d’elfe

l’enfant orange aux yeux à jouer aux billes, petit-fils de concierge, souriant comme deux fesses, sans être causeux, une ambition précoce pour le »remonté du caniveau »

Les corbeaux peuvent habiter Paris, les lieux de prière ne manquent pas, deux types de pigeons aussi, celui qui est amoureux et celui qu’on fait cocu. Il arrive qu’on trouve les deux en un seul

Dans les bouquinistes il a feuilleté sous la jupe des belles images, dans les musées commencé à voir que l’humain met ses pièces rares au placard, entendez les choses belles d’humanité

Puis les cinémas des grands boulevards qu’il fréquentait durant les heures de cours, lui en ont appris plus sur la philosophie

Fin des guerres coloniales à la suite de la grande dernière

Ceux à qui on avaient volé leurs vingt-ans purent se purger

Tout ça pour dire à quel point le bleu est utile

Il faut plus d’années pour bâtir que pour démolir, la rue de ce bleu-là en sait quelque chose

La Seine se passe de noyés

Papa peintre, fin d’esprit et bon d’appétit, c’est mieux qu’une concession éternelle, car des années encore après qui l’est parti, on se dit Bon Jour chaque matin comme à vent d’aller retrouver Ma…

 

Niala-Loisobleu – 17 Janvier 2020

EMBARCADERE


59708179870__661B95EF-5417-4C98-B517-0C29D1086B47

Le port de La Rochelle – 1934 – Louis-Michel Denèfle 

EMBARCADÈRE

Du bout de cette scène  quand volaient les derniers linges, j’ai coupé le son des pleurs d’une femme qu’on battait

La voûte des arbres à la correspondance du Châtelet tiendrait la grande Ourse en état de rouler que ça collerait avec mon imagination d’enfant

Je crois qu’il faut connaître le cri du loup sur une montée pierreuse occitane pour dire qu’on dira ce qu’on veut du Pyla; ça ne changera pas mon sentiment qu’un tas de sable ne possède rien de ce qui fait ce cri là

Comme la poussière des battages qui vient se coller à la transpiration

Elle appelle aux meules pour le guilledou

Devant le Louvre j’ai marché en me tenant rive-gauche, le bon côté de la Seine, l’Institut a choisi la vraie célébrité en partant de Lutèce jusqu’à St-Germain-des-Prés. En mettant leur tête dans l’eau les essences  publiaient le ban pour marier la voile. La femme que j’ai vu faire l’amour sous le Pont-Neuf avait cette odeur fluviale qu’on n’explique pas

L’eau me fascine

Mon père m’a donné cette émotion j’avais 1 an , dans la loge de ma grand-mère il y avait un grand tableau du port de La Rochelle au dessus du buffet, il l’avait peint comme pour mettre le 51 rue de Verneuil en embarcadère. J’en ai le morceau sauvé. Ma belle-soeur cette horreur, l’avait récupéré à sa mort. Il était peint sur du contreplaqué, le trouvant trop grand elle l’a fait scié

Pourtant dès que j’ai commencé à faire les caniveaux, j’ai eu une idée de la femme qui l’élevait à égalité de l’homme

Son creux tellement plein.

Niala-Loisobleu – 03/12/19

DIS 33, L’OISO


A2-Niala 25

DIS 33, L’OISO

Ne lui parle pas aujourd’hui, regarde-le au-delà ton Père, laisse-le, il est au mur à ton coeur et te vois

cause à la présente origine du 33

33 ça dit tout

de bonne santé

de sérénité

comme ton ventre qui vient de se vider

ELLE est là l’OEUVRE

puissante comme un silence tenu

retirée de bousculades tire-laine du pré-salé

Les arbres-sentinelles sont de quart sur le pont (transbordeur de l’estuaire)

il fallait que ça monte

que ça vigne

le pampre et la grappe croqués l’un dans l’autre

Dionysos phallique dressant son ceps

Tu n’as pas rompu l’Oiso, tu l’as eu

avec la puissance que représente ce 33 pour acter la naissance

Double présence rapprochée

Ma

tenons-nous par la barbichette

le premier qui r’ira retrouvera l’autre

A la notre !!!

Détends-toi et tel l’Oiso signe ton tableau.

Niala-Loisobleu – 13 Juillet 2019