« INTERIORITE » (Le Peintre 5) – NIALA 2022 – ACRYLIQUE S/CONTRECOLLE S/ VERRE 40X50


NIALA

« INTERIORITE »

(Le Peintre 5)

NIALA 2022

ACRYLIQUE S/CONTRECOLLE

S/VERRE 40X50

DE PORTE EN PORTE EMPORTER L’UNIVERS INFINI

Votre porte claque –
Vous êtes à l’extérieur :
Vous y êtes enfermés

Vous êtes à l’intérieur :
Pas de dommage…

La clef est votre chance
Mais de l’intérieur :
Nul besoin d’elle…

Ainsi les courants d’air
Appellent de l’extérieur : la clef
Il faut être prudent
Avec eux

Mais de l’intérieur : vous ouvrez..
Et c’est l’accueil ou
Avec la clef…
Vous sortez
Vers…Le grand monde

Il est une porte qui semble
Vous interdire les deux…
C’est celle de
La prison
Or le grand monde
Peut être dans
Les songes…
Nul besoin de clef…
Ainsi échappe-t-on à l’univers clos :
De l’intérieur des âmes
Par la porte des
Songes…

Qui prétend en découvrir la clef
Sans être à l’intérieur
S’en voit refuser
L’entrée
Il s’agit là d’ouvrir son désir
De toucher un fil dans un
Courant d’air…
Écrire cette fulgurance
Pour ouvrir un
Horizon

Et qui a déjà rêvé à la porte de l’horizon
Où la mer se confond avec le ciel
Où la mer est allée avec
Le soleil couchant –
Peut s’abandonner à un grand
Air fugace

Mais…Ah ! Passer les portes et les murs
Sans chercher à les ouvrir…
On ne le peut que
Comme Alice ou
Marcel Aymé
En inventant – réinventant
Un monde merveilleux
Qui est derrière
La clôture

La liberté va jusque dans les portes des villes…
Si elles sont ouvertes
On peut rentrer et
Accueillir ce
Qui pointe à
L’horizon…
Le jour pointe ou la nuit tombe
On entre au jour par
Des points d’azur
Rougeoyants ou
Par les nuées
On entre dans la nuit
Par l’horizon étoilé
Par les phares
Les réverbères ou les enseignes
Au bout d’une avenue

Mais – en aucun cas – on ne saurait ouvrir
Les portes du monde sans en faire
De même avec nos songes et
Sans nous donner
Un horizon

Et si le passé nous est fermé
Il faut entendre battre
Le cœur de
La mémoire avec nos désirs
Illimités…
Cela vaut pour toutes les portes
Si nous voulons les ouvrir
A nos amis et à
L’amour
Sinon nous les fermons
A tout partage et à
Toute fidélité

Et toujours s’enquérir des bruits et
Des voix du monde – implique
Qu’on se les remémore
Sinon on se lie
Aux chaînes
De l’oubli
De l’oubli
Sinon ce n’est que le travail
Pour lequel s’il ne
Nous plaît pas
On aimerait peut-être mieux
Rêver et désirer
Quitte à se calfeutrer chez soi
Comme en un cocon dont
On attendrait des
Métamorphoses

Ouvrir – fermer des portes
C’est encore le courant d’air des désirs
Qu’il faut peut-être
Laisser entrer
Dans l’instant d’une décision
Pour lâcher prise à
Notre plaisir…
La tristesse et l’angoisse nous guette
Et nous ne pensons plus
Ni à l’ouverture ni
A la fermeture ?…
Or la renaissance de nos êtres
Se fait dans le soin
Que nous accordons à l’accueil
Et au partage dans ce
Monde global
D’empires et de communautés fermées

Notre intériorité nous pousserait
A tout fermer que nous
Ne nous nous y
Reconnaîtrions plus
Sauf à lâcher prise
A tous courants
D’air
Vivifiants et salvateurs
Y passant au travers
Ainsi claquer
La porte au monde nous transforme
Nous-mêmes en
Courants d’air devant
L’univers infini !…

Alain Minod

EN MONTEE DU VALLON


EN MONTEE DU VALLON

Le virage débusque à partir du pied le derrière du genou en étape avant l’enchantement

comme la pente à se laisser glisser conduit au 7ème ciel

Enfoui dans ta fleur tutélaire mon subconscient allait trottinant, le voilà qui ouvre l’oeil

avec un mot pour chaque pierre sortant de l’herbe son air d’autan

cet ocre queue-de-vache venu de la mère en témoignage d’appellation

La tourterelle en écart des lèvres s’envole du trou de la haie qui me fait penser au claquement jubilatoire du travail bien fait

ce qui me rappelle la note que j’avais mis sur Julie fut un tant

Soudain tout ce qui demeure inchangé se met à éclore du vide à rendre le chien fou.. Il renifle les toiles jusqu’à la trame du bleu, appâté par la cerise des tomates

Des vélos me sortant des jambes me grimpent le pinceau en danseuse. J’ai le rire innocent d’enfant dans la palette.

Niala-Loisobleu – 24 Mai 2022

ENTRE LA CONSCIENCE ET LE DARD


n

ENTRE LA CONSCIENCE ET LE DARD

L’abeille contrôle l’emplacement des fleurs avant de choisir la chaise où s’asseoir où l’apporte mène au bout du couloir

Quelques vieux brocs, cuvettes et bouts de gouttière réunis de ci de là pourraient bien ramener l’eau qui fait défaut

Sur l’étable une peau de vache ne désemplit pas l’épiderme du blé

Il y a dans ce jeu de mots aucun métastase embusqué, j’ai vérifié avant que tu n’entres tes seins en cage

plus gais que des moinillons sans se tourmenter pour l’âge j’ai gobé les paroles de leur matinale

Puis en entendant arriver les moissonneuses du miel j’ai ratissé l’herbe de tous les débris d’orages.

Niala-Loisobleu – 24 Mai 2022

ALLELUIA – BERTRAND BELIN


ALLELUIA – BERTRAND BELIN

niala

ALLELUIA PAR BERTRAND BELIN

La messe n’est pas dite
Le sort n’est pas jeté
Prière de prévoir
La paix de mes nerfs
Prière
Parole de primate
Parole de blatte
Prière de prévoir
La paix de mes nerfs
Prière
À hauteur d’atomes
À hauteur de fantôme
À longueur d’angélus
À longueur de phallus
Je la cherche par terre
Je la cherche au fond des rivières

Comme on chercherait de l’or
La paix de mes morts

Alléluia
Be Bop A Lula

À longueur de mythes
À hauteur de termite
De parabole en parabole
De rite en rite
De rumeur en rumeur

Je la cherche au ciel
Je la cherche au fond des rivières
Comme on chercherait de l’or
La paix de mes morts

Alléluia

Be Bop A Lula

Prends-là des deux faces


NIALA

Prends-là des deux-faces

Et jette le mauvais côté des fausses strates aux sphères

le bidet sans jet central

la plume fessière

et son chat peau retendu pourri de douairière sans rides

ils ont noyés l’île

m’en fous

ta bouche c’est mon tuba boum-boum

Reste en corps assez d’ô dans la lanterne de mon phare pour mordre les dents de l’amer

Sur ta réalité je te monte à cru sur le do

pour labourer tout ça

et chante Alléluia

la messe est loin d’être dite !!!

Niala-Loisobleu – 23 Mai 2022

PRIMITIVISME


LES DEMOISELLES PICASSO ET LE PRIMITIVISME

PRIMITIVISME

Aux parois pariétales de ta caverne combien d’échos se renouvellent en mes doigts quand je les écoutent vibrer et les suis mufle collé à leur piste

il y a là, tout au point de départ ce qui manquera toujours au naïf

De la fourrure autour des lèvres de la gueule animale à la sécrétion fluviale où le corail vit pour nourrir les battements de l’anémone

Création du Monde, gigantesque humilité

Attaché du nombril resté je monte à l’élastique sans jamais en descencendre comme les abrutis du vide qui croient impressionner sans une goutte d’ancre

Et dans l’ELLE la nourrice des seins traverse sans obliger à faire le plein

La bouche ouverte aujourd’hui boire à même le ciel quelle régalade !!!

Niala-Loisobleu – 23 Mai 2022

La Voix du Quatrième


La Voix du Quatrième

L’orientation impulsée du cortex en arrivant au contour des doigts se positionne

A l’est rien de nouveau, c’est par là qu’arrive toujours le soleil et ce désir de s’en chauffer l’airain

On taille les vignes en ce moment pour en gonfler les pampres

Gageons que, arrivé au nu de la feuille ce qui apparaîtra répondra à ce que tu aurais demandé au génie si t’avais déterré la timbale.

Niala-Loisobleu – 18 Mai 2022

ISTHME A ELLE


ODIKON REDON

ISTHME A ELLE

Un trois-mâts se glisse entre deux estrans tenus de haut en bas par tous les côtés

« Je suis toujours la Grande Isis ! Personne n’a encore levé mon voile ! » s’écrie Odilon en déboutonnant son corsage. Libérant les cris des oiseaux-marins en un tour-de-main

Une chaleur de volcan en fusion

met la mer en ébullition

Ce qui reste de la végétation ouvre sa trousse pour trouver un taille-crayon qui aurait la mine fraîche, et le goût d’écrire déraisonnablement le voeu de noces avec la vie, sans compter les nuits, qu’il y ait du vent ou non, et n’importe quelle panne de courant

Par la mer l’accès revient alors à la calanque

coupant du bruit d’enfer des scooters en isolant des serviettes de plage, porte-ouverte sur la grotte sans mettre Isis en doute

un vers d’olive dans le jaune du pastis à la table des guitares.

Niala-Loisobleu – 17 Mai 2022

DECLARATION PUBLIQUE


ODILON REDON

DECLARATION PUBLIQUE

Face à la durée l’éphémère avoue ce qu’il cache

comme l’aisselle montre que la fonction du poil n’a rien de la mauvaise herbe

alors que la vigne et sa feuille dogmatique hypocrise en voilant le désir

Raide sur ses fruits ma tige accueille la fonction du compotier sans cacher le nu de ce qui s’entend par éternité

Ce qui « dur » dure par nature non soumise et non par les rues à trottoirs commerçants.

Niala-Loisobleu – 17 Mai 2022

LA BARRIERE DE ROSS – JULIEN GRACQ


LA BARRIERE DE ROSS – JULIEN GRACQ

Il faut se lever matin pour voir le jour monter à l’horizon de la banquise, à l’heure où le soleil des latitudes australes étale au loin des chemins sur la mer. Miss Jane portait son ombrelle, et moi un élégant fusil à deux coups. A chaque défilé de glacier, nous nous embrassions dans les crevasses de menthe, et retardions à plaisir le moment de voir le soleil à boulets rouges s’ouvrir un chemin dans un chantilly de glace pailletée. Nous longions de préférence le bord de la mer là où, la falaise respirant régulièrement avec la marée, son doux roulis de pachyderme nous prédisposait à l’amour. Les vagues battaient sur les murs de glace des neiges bleues et vertes, et jetaient à nos pieds dans les anses des fleurs géantes de cristaux, mais l’approche du jour était surtout sensible à ce léger ourlet de phosphore qui courait sur les festons de leur crête, comme quand les capitales nocturnes se prennent à voguer sur l’étalé de leur haute mer. Au Cap de la Dévastation, dans les fissures de la glace poussaient des edelweiss couleur de nuit bleue, et nous étions toujours sûrs de voir se renouveler de jour en jour une provision fraîche de ces œufs d’oiseaux de mer dont Jane pensait qu’ils ont la vertu d’éclaircir le teint. Sur la bouche de Jane, c’était un rite pour moi que de renouveler chaque jour pour l’y cueillir de mes lèvres cet adage puéril. Parfois les nuages nous dérobant le pied de la falaise annonçaient un ciel couvert pour l’après-midi, et Jane s’informait d’une voix menue si j’avais soigneusement enveloppé les sandwiches au chester. Enfin la falaise devenait plus haute et toute crayeuse de soleil, c’était la Pointe de la Désolation, et sur un signe de Jane j’étendais la couverture sur la neige fraîche. Nous demeurions là longtemps couchés, à écouter battre du poitrail les chevaux sauvages de la mer dans les cavernes de glace. L’horizon du large était un demi-cercle d’un bleu diamanté que sous-tendait le mur de glace, où parfois un flocon de vapeur naissait, décollé de la mer comme une voile blanche — et Jane me citait les vers de Lermontov. J’aurais passé là des après-midi entières, la main dans les siennes, à suivre le croassement des oiseaux de mer, et à lancer des morceaux de glace que nous écoutions tomber dans le gouffre, pendant que Jane comptait les secondes, la langue un peu tirée d’application comme une écolière. Alors nous nous étreignions si longtemps et de si près que dans la neige fondue se creusait une seule rigole plus étroite qu’un berceau d’enfant, et, quand nous nous relevions, la couverture entre les mamelons blancs faisait songer à ces mulets d’Asie qui descendent des montagnes bâtés de neige.Puis le bleu de la mer s’approfondissait et la falaise devenait violette; c’était l’heure où le froid brusque du soir détache de la banquise ces burgs de cristal qui croulent dans une poussière de glace avec le bruit de l’éclatement d’un monde, et retournent sous la volute cyclopéenne d’une vague bleue un ventre de paquebot gercé d’algues sombres, ou Pébroue-ment lourd d’un bain de plésiosaures. Pour nous seuls s’allumait de proche en proche, jusqu’au bord de l’horizon, cette canonnade de fin de monde comme un Waterloo des solitudes, — et longtemps encore la nuit tombée, très froide, était trouée dans le grand silence du jaillissement lointain de fantômes des hauts geysers de plumes blanches — mais j’avais déjà serré dans les miennes la main glacée de Jane, et nous revenions à la lumière des pures étoiles antarctiques.
Julien Gracq