QUI SUIS-JE ? VLADIMIR JANKELEVITCH


QUI SUIS-JE ? VLADIMIR JANKELEVITCH

la question de Jacques Chancel: « Vous n’êtes pas de ces philosophes qui pensent que philosopher justement, c’est apprendre à mourir », Vladimir Jankelevitch répondait:  » Ah non! absolument pas! tout d’abord, je crois avoir consacré beaucoup de temps à dire que le mot « apprendre » n’a ici aucun sens. On apprend une chose que l’on peut réitérer et que l’on fait de mieux en mieux. Un pianiste, par exemple, apprend à jouer la Sonate en si mineur de Liszt. Il la travaille, il la répète, c’est un apprentissage avec un progrès quotidien. Mais mourir, vous ne le faites qu’une fois, et la première fois est aussi la dernière. Alors? où est l’apprentissage? »

On n’apprend pas à mourir, on ne s’y prépare pas non plus et cela quel que soit son âge car « toute mort est une mort subite, même la mort d’un vieillard de 95 ans.. parce qu’il faut toujours un dernier accident pour qu’il meure, n’est-ce pas? Il pourrait mourir le lendemain, il pourrait mourir l’année prochaine. »

Mort subie, mort subite, mort prématurée, en cela la mort dans un attentat terroriste ou sous une bombe ne se différencie d’aucune autre mort, une mort n’a jamais rien d’extraordinaire. On meurt toujours trop tôt et l’on ne meurt qu’une fois, bien sûr, mais ce qu’il y a d’extraordinaire c’est que nous ayons vécu, ne serait-ce qu’une fois. « Rien ne vaut une vie », « on ne vit qu’une fois », tout le monde sait cela et pourtant combien ce trésor est dilapidé, il y a tant d’hommes, de femmes et d’enfants sur la planète!

Et c’est encore au philosophe à rappeler l’évidence: « Ce qui est vraiment extraordinaire, c’est d’avoir vécu une fois. Une chose qui n’arrive qu’une fois dans toute l’éternité. Vous, moi, ce n’est pas personnel à moi. Chacun de nous est quelque chose d’extraordinaire qui ne vit, qui n’apparait qu’une fois dans toute l’histoire du monde. Il n’y en a qu’un comme vous. Il n’y en a qu’un comme moi. Et il y a toute l’éternité. Et cela n’arrivera plus jamais. Comprenez-vous ce que signifient ces deux mots: plus jamais, plus jamais?

VLADIMIR JANKELEVITCH

.

.

.

.

.

.

.

.

 

WIEN


Que de de raisons de pleurer cette merveille prémonitoire me donne

A Marguerite te voilà jointe à Jeanne

Quand j’y suis allé la première fois dans les années 50, Vienne était encore occupée par les Alliés, la grande-roue au Prater me tourna en zone russe alors interdite

Oui cette chanson est un des signes les plus anciens qui explique…

Niala-Loisobleu – 5 Janvier 2021

Wien

5 JANVIER 2021tags: BarbaraVienne (Autriche)Vienne (chanson)Wien (Österreich)

Affiches à Vienne (Autriche), 24 avril 2014
Affiches à Vienne (Autriche), 24 avril 2014

………

Aller à Vienne, plus possible. De Shanghai à Bangkok sur une coque de noix, encore moins. À Nantes oui, peut-être — et encore. Il y faut une raison impérieuse.

Quelque chose s’est abattu sur nous. C’est tout.

………

Barbara (1930-1997) • Vienne. Barbara, paroles ; Barbara & Roland Romanelli, musique.
Barbara, chant, piano.
Extrait de l’émission de télévision Le grand échiquier. Jacques Chancel, producteur ; André Flédérick, réalisateur. Première diffusion : mercredi 9 mai 1973. Production : France, ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française), 1973.

………