ENQUÊTE D’HAUTEUR


Prolongement de Vincent

ENQUÊTE D’HAUTEUR

Crissement de chaleur que l’absence d’ô investit à l’approche des fanes dans une parodie de lumière où l’apparat ambulant ouvre sa ménagerie en l’absence de M. Loyal

Cette raideur de l’iris manque du balancement de vague végétale dû à la portée de l’émotion que la grandeur de Vincent aura tenu au malheur de l’indifférence durant son vivant

Voici les corbeaux qui migrent en terres à blé

Je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a plus de cruauté dans l’amour dont on parle que dans celui que l’on fait. L’échelle de valeur de la lumière est plus à pile qu’à énergie solaire comme le montre la ligne de gros-nuages en arrière-garde. Cette fleur finira hors de la toile de lin pour abuser la réalité des autres

Au pied de la couleur fauchée Chiron surgit, en nautonier pour l’autre rive.

Niala-Loisobleu – 7 Mai 2022

VAN GOGH – FAUSTO MESOLELLA/STEFANO BENNI



Fous et asiles : camps de concentration, mal-être, répression, liberté
[2015]
Paroles de Stefano Benni
Musique de Fausto Mesolella
Extrait de l’album « Canto Stefano – Fausto Mesolella Canta Stefano Benni »
Le texte de YT.

https://images-na.ssl-images-amazon.co ...

https: //www.concretamentesassuolo.it/w ...
https: //www.plakaty-i-reprodukcje.pl/m ...
https://upload.wikimedia.org/wikipedia ...
https: //www.dutchnews.nl/wpcms/wp-cont ...
https : //m.deon.pl/gfx/deon/pl/defaulta ...

J’ai besoin d’argent pour acheter De
la couleur rouge pour les coquelicots
Pour le soleil ocre et jaune vif
Et un tube d’amour séché Du
bleu pour peindre la nuit
Mais tu es dans les clubs de ceux qui savent que
je t’aime cent fois par jour
Ne jamais
te comprendre ni te saigner n’aime pas aimer ceux qui l’entourent
Tu l’aimes quand il disparaît Tu aimes l’
art, oui j’y crois
Un jour tu achèteras ma peinture
Pour un milliard
J’aurais eu besoin de moins
Pour que tu répondes à mon regard
J’ai marché tout l’été
Parmi les corbeaux de mon abandon
Au milieu d’un grain furieux
Tu m’as envoyé des cartes postales
De quelque endroit célèbre
Avec écrit, je pense à toi Vincent

Dans ma chambre nue
Dans la fièvre et dans la dernière heure
je t’ai attendu tu n’es pas venu
Dans un portrait que j’ai peint
Le bavardage du cœur fané
« Nous nous reverrons bientôt
Nous vous reverrons  » Allez

, viens trop cher
Dans le club de ceux qui disent
je t’aime cent fois par jour
Ne saigne jamais
Achetez un vrai Van Gogh
Soyez un marchand et un expert
Expliquez-moi que je n’aurais pas peint
Tant, si bien
Si Je n’avais pas souffert
Alors prends
mon cher cadavre par le bras
Enlève la poussière de pleurer
Achète un vrai Van Gogh
Et éloigne- toi
Ne dis pas, oh ne dis pas que
nous nous ressemblons

REMINISCENCE PATCHOULI


REMINISCENCE PATCHOULI

Le sol est sec, sur le bord du toit là-bas peut-être est-ce un point d’aube qui montre sa roue

La lumière électrique de mon subconscient vient d’éclairer les cris de Vincent en dressant sa bande d’iris

St-Rémy je me souviens du chant des cigales

Arles et la maison jaune

Sur sa chaise un bout d’oreille

Me donne à entendre…

Niala-Loisobleu – 6 Décembre 2021

PETIT MORCEAU QUI RESTE DE MON MIROIR


Une savate percée en plein milieu du chemin. Ce bruit n’a rien du souffle humain. Des mutants ? Je sais pa comment dire, le langage du jour je l’ignore.. J’ai perdu la vue et l’ophtalmo m’a dit cette année qu’il était impossible de me greffer une autre cornée. Le tain d’époque est à base de quoi ? Je trouve pas de nom le rattachant à ma philosophie. Pourtant j’aime ce que dégage Michael en l’autopsiant hors du contexte du fric qui le propulse sur hors bite

Je trouve une suite à Vincent que Gauguin recolle à l’oreille

Prodigieux la chair qu’il met dans ses toiles, Michael où le paradoxe matériel du présent se colle.

Niala-Loisobleu – 2 Décembre 2021

Michael Armitage, brève histoire d’un succès fulgurant

POSTÉ PAR AICASC ⋅ 26 AVRIL 2021

Source Artprice

Le marché de l’art contemporain affiche une nette préférence pour la peinture figurative, surtout si celle-ci aborde les thèmes des identités raciales et sexuelles. Les artistes les plus cotés Outre-Atlantique ont souvent un travail en lien avec les grands bouleversements sociaux-culturels du moment.

Les œuvres de Michael Armitage, artiste de 36 ans originaire du Kenya, sont ainsi arrivées sur le marché de l’art à ce moment clé dans la redéfinition des collections muséales, comme des collections privées américaines et britanniques. Celui dont personne ne regardait les œuvres il y a six ans selon ses dires, s’est imposé comme l’un des nouveaux météores du marché de l’art en un temps record.

Michael ARMITAGE peint sur du lugubo, l’écorce d’un figuier ougandais laquelle, une fois lavée, battue et étirée en tissu est traditionnellement utilisée pour des linceuls ou pour la confection de vêtements rituels, mais que l’on retrouve aussi dans des objets prosaïques sur les marchés touristiques de Nairobi. Ce matériau lui permet de planter les racines de sa peinture en Afrique de l’est, où il a passé son enfance.

Formé à la Slade School of Fine Art et à la Royal Academy de Londres, l’artiste obtient son diplôme en 2010. Depuis, Armitage est devenu l’un des représentants de la nouvelle peinture kényane que les collectionneurs s’arrachent. Plusieurs de ses toiles monumentales seront bientôt exposées au sein de la même Royal Academy, dans le cadre de l’exposition Paradise Edict.

Les toiles de Michael Armitage commencent à attirer l’attention lors de sa première apparition à la White Cube de Londres en 2015. La même année, il participe à diverses expositions collectives à New York, Pékin, Turin et en France, lors de la biennale d’art contemporain de Lyon. Puis, la White Cube fait découvrir l’artiste à Hong Kong en 2017, à travers l’exposition Strange Fruit, dont le titre fait référence à une célèbre chanson de protestation sur le lynchage des Afro-Américains.

Sur les toiles de fond accidentées et rugueuses de lugubo présentées par la White Cube, Armitage entrecroise des aspects réels et fantasmés du Kenya. Histoires, mœurs, idéologies politiques, ragots et souvenirs personnels se répondent dans une tension esthétique située entre “les traditions européennes et le modernisme est-africain”.

L’une des toiles exposée, Necklacing, attire l’attention du Metropolitan de New York, qui l’acquiert en 2018 auprès de la White Cube. L’œuvre représente un homme nu au visage clownesque, affublé d’un pneu autour du cou. Il s’agit d’une référence directe à une pratique de lynchage courante en Afrique du Sud dans les années 1980, consistant à incendier une personne accusée d’un crime, au moyen du pneu imbibé d’essence porté en collier. Enfant, Armitage a été témoin de l’un de ces règlements de compte d’une terrible violence à Nairobi.

« …The Conservationists s’envole pour 1,52 m$ aux enchères, soit 25 fois l’estimation moyenne fournie par Sotheby’s New York. »

En 2018 donc, l’artiste intègre l’une des collections muséales les plus prestigieuses qui soit. Peu après, tous les projecteurs se braquent sur lui, du côté des institutions comme du marché de l’art international. En 2019, ses peintures et dessins font sensation à la 58e Biennale de Venise (May you live in interesting times) et au MoMA à New York (Projects 110: Michael Armitage), tandis que sa toile The Conservationists (2015) s’envole pour 1,52 m$ aux enchères, soit 25 fois l’estimation moyenne fournie par Sotheby’s New York.

The Conservationists avait fait partie d’une exposition de la White Cube en 2016 et achetée par un grand collectionneur new-yorkais à cette occasion. Trois ans plus tard, l’œuvre atteint le prix d’un grand White nets de Yayoi KUSAMA – l’une des 30 artistes les plus cotées du monde – vendue le même jour chez Sotheby’s.
The Conservationists est arrivée en salle de ventes juste après les expositions à Venise et à New York renforçant l’aura de l’artiste et, surtout, dans une période où l’acquisition d’œuvres d’artistes africains s’affiche comme l’une des grandes priorités des musées et des collectionneurs des États-Unis et d’ailleurs.

Un marché sous tension

Le marché des enchères va vite, de plus en plus vite, alors que les galeries ont tendance à contrôler l’évolution de cote de leurs protégés, pour que cette évolution soit constante et durable. Les galeries se méfient généralement du phénomène de mode qui propulse rapidement les jeunes artistes à des niveaux de prix plus forts que ceux d’artistes contemporains plus connus. Il y a toujours un danger pour que le marché s’essouffle, qu’il passe à autre chose et que la cote dégringole. Mais lorsqu’il y a un soutien institutionnel, que les artistes sont exposés et achetés par les musées, la base est plus solide et les collectionneurs sont rassurés.

« Promu parmi les 10 artistes de la  “Peinture au nouveau millénaire” par la Whitechapel Gallery (2020). »

Même si la cote de Michael Armitage a flambé du jour au lendemain, nous ne sommes peut-être pas au bout de nos surprises tant il est soutenu. Promu parmi les 10 artistes de la  “Peinture au nouveau millénaire” par la Whitechapel Gallery (2020), Armitage exposait à la Biennale de Taiwan et à la Haus de Kunst de Munich en ce début d’année. En circulant, l’œuvre gagne en notoriété internationale et conquiert naturellement de nouveaux acheteurs potentiels. Il serait étonnant donc de voir sa cote s’essouffler dans les prochains mois si le principe de rareté des œuvres est maintenu en salles de ventes. Moins les œuvres seront nombreuses, plus les enchères grimperont. La loi d’une offre raisonnée face à une demande électrique devrait maintenir les prix, désormais millionnaires, du jeune trentenaire.

TIRET DU JARDIN


TIRET DU JARDIN

La broussaille chaude déverse son vers

gel raidit autour du bourgeon

Du buisson printanier le rouge-queue sort le bleu de cette mésange

au jaune assorti à la maison de Vincent

Quand rouvrent les arènes l’iris se fait gladiateur

Pousse levé…

Niala-Loisobleu – 12 Avril 2021

CES CAILLOUX DE LA POCHE


CES CAILLOUX DE LA POCHE

Du bord que l’étalement éloigne

un vélo avec quille et safran

fait cogiter Léonard de Vinci dans sa Renaissance

en soleil au bord de loir

L’oiseau dit c’est Dimanche, je sors mon costume canard du placard

chemise col-vert

et palmes pour spartiates

Rêver un déjeuner sur l’herbe immergée en amicale pensée dédiée à ceux de Saintes, marris de l’amer

Du rempart où le chevalet veille

je guette la première oie-sauvage, symbole d’espoir, en tête du vol migratoire

pour mettre mon impression de lin sans l’autre en chantant pour un renouveau comme savent le faire les sauveteurs en mer appelés à la dernière pêche des cailloux sortis de la poche en ex-voto

Le campanile et la fontaine, tintinnabulant autour de la manade des crins blancs en tenant l’enfant par l’aqueux

Du jaune, du violet et du bleu dans les iris de Vincent

en permanence au soleil d’Eygalières,

tambourins et mentilles

promenant la seule Vierge dont le noir porte bonheur

panière de figues, ananas, pommes et cerises sur la tête

A la vie à l’amor !!!

Niala-Loisobleu – 7 Février 2021

Comme ça, en passant…


Vincent Van Gogh

Comme ça, en passant…

Vincent

(La) nuit étoilée, étoilée.Peint ta palette bleue et grise,Regarde dehors par un jour d’étéAvec des yeux qui connaissent la noirceur de mon âme.Les ombres sur les collines,Esquissent les arbres et les jonquilles,Attrapent la brise et les froideurs de l’hiver,En couleurs sur la terre enneigée de lin. Maintenant, je comprendsCe que tu essayais de me dire.Comment tu souffrais pour ta raison,Comment tu as essayé de les libérer.Ils ne voulaient pas écouter, ils ne savaient comment.Peut-être maintenant écouteront-ils. Nuit étoilée, étoilée.Fleurs rougeoyantes qui flamboient de mille feux,Nuages tourbillonnant en une brume violette,Reflétant les yeux bleu de Chine, de Vincent,Couleur changeant de nuance,Champs matinaux aux grains ambrés,Visages burinés alignés dans la douleur,Apaisés par les mains aimantes de l’artiste. Maintenant, je comprendsCe que tu essayais de me dire.Comment tu souffrais pour ta raison,Comment tu as essayé de les libérer.Ils ne voulaient pas écouter, ils ne savaient comment.Peut-être maintenant écouteront-ils. Car ils ne pouvaient pas t’aimerMais ton amour était véritable.Et quand aucun espoir visible ne restaitDans cette nuit étoilée, étoilée,Tu t’ôta la vie, comme les amoureux le font souvent.Mais Vincent j’aurais pu te dire :Ce monde n’a jamais (rien)signifié pour un êtreaussi beau que toi. Nuit étoilée, étoiléeDes portrait pendus dans des couloirs vides,Têtes sans cadres sur des murs sans nomAvec des yeux qui regardent le monde et ne peuvent oublier,Comme les étrangers que tu as rencontrés :Des hommes en lambeaux dans des vêtements en loques, (1)Une épine argentée dans une rose sanglante,Qui gît écrasée et brisée dans la neige vierge. Maintenant, je comprendsCe que tu essayais de me dire.Comment tu souffrais pour ta raison,Comment tu avais essayé de les libérer.Ils ne voulaient pas écouter, ils n’écoutent toujours pas.Peut-être ne le feront-ils jamais.

ENTRAIN DE CAMPAGNE


ENTRAIN DE CAMPAGNE

Je visage de la grande plaine où Vincent aimait appeler le train

est là clair et souple dans le raide et obscur tunnel de surface quotidienne

Ces blés qui gardent nos regains

ces cyprès qui fendent le ciel bas

flèche incontinente toujours dressée

sorte de pont à bascule des Saintes

ô Marie si tu savais

comme je borde notre remblai en resserrant les traverses

tu jetterais le mouchoir des péris en mer avec l’ex-voto…

Niala-Loisobleu – 16 Septembre 2020

PAILLE DE CHAISE


f_0641

PAILLE DE CHAISE

 

 

Du landau où les lapins ont fini par laisser la peau

le caniveau se repose contre le trottoir laissant l’après-midi au coin de la blanchisserie

les fers et les rires se gonflent la poitrine , nourrissant les quolibets sur le  linge repassé

et devant la porte les derniers cris du journal du soir  arrivent en triporteur

Un rempailleur de passage fait des ombres chinoises dans sa tête

debout dans une belote au fond du bistro il conte les points du temps qui arrive à quai

pendant que Vincent passe la tête entre les iris comme un besoin d’asile pour sa vie

il faut s’asseoir la traversée…

 

Niala-Loisobleu – 2 Septembre 2020

CECI S’ADRESSE AUX CURIEUX QUI VIENDRAIENT S’EGARER COMME ON ECHOUE . JE NE SUIS PAS UNE PLAGE…


021d65161b7dbb8687c5e7bdf5eb407d

CECI S’ADRESSE AUX CURIEUX QUI VIENDRAIENT S’EGARER COMME ON ECHOUE . JE NE SUIS PAS UNE PLAGE…

 

Ôter le masque

Je n’ai aucune raison de vouloir vous plaire

et ne désire surtout pas provoquer

Je comprends donc que mon travail vous dérange et provoque chez-vous un désintérêt que vous afficher depuis des années

C’est la réussite de l’Art

la vraie

Celle qui se tient droit dans la case Vincent, abominable et criminelle par ses détours d’enchères

Et non dans la case de Pierre, du type qui Soulages, à vomir, outrancièrement noire

Les faux-artistes en toutes expressions sont le résultat d’un valet de Mittérand qui fut suppôt de la Culture

Habile magouilleur il continue d’ailleurs de s’engraisser au dépends de la société

Je n’y peux rien changer, sauf que je peux le dire et c’est beaucoup

Mon propos n’a rien à voir avec les Amateurs. De vrais artistes  de coeur s’y trouvent. Ils ont le statut que la vie leur impose de garder. Mais le professionnalisme ne devrait  pas être reconnu que par le fisc

Ma liberté de penser chante d’autant plus que je botte le cul de tous les imposteurs qui pourrissent l’Art

Aucune envie de vous servir de tremplin

Aussi passez votre chemin et ne venez pas ici exhiber votre absence d’humilité en m’étalant vos créations de merde -ateliers d’écriture, cours de peinture, poètes ténébreux – la lumière doit demeurer.

 

Niala-Loisobleu – 15 Août 2020