« La ultima canzone » Francesca Solleville/Maurice Fannon/Pia Colombo


pia colombo

« La ultima canzone »

Francesca Solleville/Maurice Fanon

(Pia Colombo)

Sur le piano qui pianote pour Pia
Les notes de la ultima canzone
Est-ce une goutte de pluie qui s’écrase
Ou est-ce una notturna lacrima?
Sur le trottoir qui s’arrête pour Pia
Un couple marche qui ne comprend pas
Que c’est bien plus qu’un morceau d’Italie qui s’en va
Arrivederci Pia!

La la la…

Une colombe s’envole pour Pia
Dans le ciel de Paris, la paloma
Emporte dans le soleil una prima donna
Più bella che una stella
Est-ce la vie qui s’achève pour Pia
Ou commence una eterna vita?
Un homme pleure à Paris, une femme à Bastia
Arrivederci Pia!

Un oiseau vient de Milan
Et je n’étais qu’un enfant
Un oiseau passe en chantant
La colombe avait vingt ans

Pianiste, joue pianissimo pour Pia
Les notes de la ultima canzone
Qu’on entende encore une fois
La voix de Maria Amelia Pia
Et toi, le rideau, tremble encore pour Pia
Comme tu tremblais la dernière fois
Lorsque tu t’étais ouvert pour elle, à l’Olympia
Arrivederci Pia!

Un oiseau passe en chantant
Et je n’étais qu’un enfant
Un oiseau sur un volcan
Et voilà que j’ai cent ans

Sur le piano qui pianote pour Pia
Les notes de la ultima canzone
Est-ce une goutte de pluie qui s’écrase
Ou est-ce una notturna lacrima?
Dans le théâtre qui s’ouvre pour Pia
Un couple écoute qui ne comprend pas
Que c’est bien plus qu’un morceau de ma vie qui s’en va
Arrivederci Pia!

La la la

L’ECHARPE – CORA VAUCAIRE/MAURICE FANON


L’ECHARPE – CORA VAUCAIRE/MAURICE FANON

Si je porte à mon cou
En souvenir de toi
Ce souvenir de soie
Qui se souvient de nous
Ce n’est pas qu’il fasse froid
Le fond de l’air est doux

C’est qu’encore une fois
J’ai voulu comme un fou
Me souvenir de toi
De tes doigts sur mon cou
Me souvenir de nous
Quand on se disait « vous »

Si je porte à mon cou
En souvenir de toi
Ce sourire de soie
Qui sourit comme nous
Souriions autrefois
Quand on se disait « vous »

En regardant l’soir
Tomber sur nos genoux
C’est qu’encore une fois
J’ai voulu revoir
Comment tombe le soir
Quand on s’aime à genoux

Si je porte à mon cou
En souvenir de toi
Ce soupir de soie
Qui soupire après nous
Ce n’est pas pour que tu voies
Comme je m’ennuie sans toi

C’est qu’il y a toujours
L’empreinte, sur mon cou
L’empreinte de tes doigts
De tes doigts qui se nouent
L’empreinte de ce jour
Où les doigts se dénouent

Si je porte à mon cou
En souvenir de toi
Cette écharpe de soie
Que tu portais chez nous
Ce n’est pas pour que tu voies
Comme je m’ennuie sans toi
Ce n’est pas qu’il fasse froid
Le fond de l’air est doux

UN SOIR DE MAI – PIA COLOMBO


UN SOIR DE MAI – PIA COLOMBO

(paroles et musique de Maurice Fanon)

Je me souviens
D’un soir de mai
Pas bien longtemps
Que j’avais mis
Mes chaussons dans les tiens
Et ton lit dans le mien
Un soir de mai
Déjà couchés
Fini d’aimer
Et dans tes bras
Comme une herbe mouillée
Je me balançais

Deux messieurs
Sont entrés dans la chambre
Deux messieurs
Le chapeau de travers
Deux messieurs
Sans frapper ils entrèrent
La botte la première
La police et son clerc
Deux messieurs
Je crois qu’ils te frappèrent

Et sur tes lèvres
Le dernier baiser
Que tu m’as fait
Sans m’embrasser
les menottes aux mains
et tes yeux dans les miens
Et dans mon cœur
Ce sourire en pleurs
Que tu avais
Quand ils t’ont emmené
Comme un drapeau mouillé
qui se balançait

Des messieurs
Sont entrés dans la danse
Des messieurs
Le regard de travers
Des messieurs
Le robe et la rapière
La croix et la bannière
La sentence et son clerc
Des messieurs
Je crois qu’ils te tuèrent

Si tu en reviens
Oh ! Je te le promets
Je te ferai
Un très beau soir de mai
Mes chaussons dans les tiens
Et ton lit dans le mien
Un soir de mai
Déjà couchés
Fini d’aimer
Et dans tes bras
Comme une herbe mouillée
Je me balancerai.