« LES NUITS BLANCHES »- NIALA 2021 – ACRYLIQUE S/CANSON -ENCADRE SOUS-VERRE 40X50


« LES NUITS BLANCHES »

NIALA

2021

ACRYLIQUE S/CANSON

ENCADRE SOUS-VERRE 40X50

Comme la figure de proue d’un vaisseau à trois ponts fourvoyé dans ce port de galères, au-dessus de la Méditerranée plate dont le blanc des vagues semble toujours
fatigué d’un excès de sel se levait pour moi derrière une correcte, une impeccable rangée de verres à alcools, le visage de cette femme violente.

Derrière, c’était les grands pins mélancoliques, de ceux dont l’orientation des branches ne laisse guère filtrer que les rayons horizontaux du soleil à cette heure du
couchant où les routes sont belles, pures, livrées à la chanson des fontaines. On entendait dans le fond du port des marteaux sur les coques, infinis, inlassables comme une
chanson de toile au-dessus d’un bâti naïf de tapisserie balayé de deux tresses blondes, circonvenu d’un lacis incessant de soucis domestiques, avec au milieu ces deux yeux doux,
fatigués sous les boucles, la sœur même des fontaines intarissables. On ne se fatiguait pas de boire, un liquide clair comme une vitre, un alcool chantant et matinal. Mais
c’était à la fin un alanguissement de bon aloi, et tout à coup comme si l’on avait dépassé l’heure permise, — surpris le port sous cette lumière
défendue où descendent à l’improviste pour un coup de main les beaux pirates des nuits septentrionales, les lavandières bretonnes à la faveur d’un rideau de brumes
— c’était tout à coup le murmure des peupliers et la morsure du froid humide — puis le claquement d’une portière et c’était la sortie des théâtres dans
le Pétrograd des nuits blanches, un arroi de fourrures inimaginable, l’opacité laiteuse et dure de la Baltique — dans une aube salie de crachements rudes, prolongée des
lustres irréels, la rue qui déverse une troïka sur les falaises du large, un morne infini de houles grises comme une fin du monde — c’était déjà l’heure
d’aller aux Iles.

Julien Gracq

Sans être régie par les marées la Méditerranée laisse le bleu et le blanc dans tout leur symbole

annulant les prédictions guerrières au prétexte de Carthage

C’était du moins ma conviction qui n’a pas été partagée…

Niala-Loisobleu – 11 Septembre 2021

D’UN SEUL ZEST


D’UN SEUL ZEST

Humide et fuyant le jour peine à sortir du brouillard. Le gibier devra se méfier de l’ouverture de la chasse

Clair-obscur, au petit-matin en pensant à Matisse, je n’ai pas peint sans lumière

Ce qui n’a rien à voir avec l’inspiration proposée par le quotidien

Les raisins vivent les derniers instants de l’été. Autour des vignes les paniers s’accumulent, on a sorti les machines

L’image qui reste est bizarrement faite de bleu sur des murs blancs

Trop d’enterrements viennent quêter du glas en commémoration aux parvis des églises…

Niala-Loisobleu -11 Septembre 2021

A BAIE OUVERTE


A BAIE OUVERTE

Pied d’une falaise que le rêve dresse école impressionniste

lèche de vagues en passages de mouettes

battues au poignet de la veuve

jusqu’au fouet de l’embrun qui claque

Revenue seule au rivage la barque prête son dos pour la rédaction de l’ex-voto

De la lande qui étale aux moutons l’horizon sans limites

le phare allume sa gardienne à la trouée du noir encré d’étoiles

Niala-Loisobleu – 24 Août 2021

L’ACCORD DES BONDS DANSE


L’ACCORD DES BONDS DANSE

Il flottait comme un 4ème confinement dans l’aire quand, avant d’en arriver à devoir en venir aux passes, il lui dit :

Mon Ange

Oui ou merde

Voulez-vous danser ou continuer à faire banquette ?

Le beau temps est d’v’nu tellement aléatoire que le présent s’est divorcé de l’été

Ce qui inonde est loin des ras de marrées festivalières

C’est moche et si dépourvu de tendresse qu’à part pleurer son dernier tango au pain sec, la piste déclare miction impossible à l’épisode.

Niala-Loisobleu – 17 Juillet 2021

DE L’ÂNE A L’ANALYSTE ET RETOUR par JOYCE MANSOUR


DE L’ÂNE A L’ANALYSTE ET RETOUR

par

JOYCE MANSOUR

facebook sharing button

Il était une fois

Un roi nommé
Midas

Aux dix doigts coupables

Aux dix doigts capables

Et aurifères

Freud parlant du grand roi mythique dit

Tout ce que je touche devient

Immondices

Aux
Indes on dit que l’avarice

Niche dans l’anus

Or
Midas avait des oreilles d’âne

Ane anus anal

Dans «
Peau d’Ane » de
Perrault

Le héros anal

Le roi amoureux de sa fille

Le pénis fécal

Le sadique au sourire si doux

Possède l’âne qui vivant

Crache de l’or par l’anus

Et qui mort servira de bouclier contre

L’inceste

Jeux de miroirs

De verre et de vair

D’or et d’excréments

D’anneaux et d’anels

Anamorphoses

Dans le casino de l’inconscient

Le pénis paternel

Fait le guide

Voyez ô voyez

La peau de l’âne

La fortune du roi présente et future

Sur le dos de la princesse fait le mort

Ainsi l’or pur devient l’ordure

Tel le phallus scintillant enrobé de foutre gris

La princesse attend pour se dévêtir que le danger de

l’inceste
Passe

Bottom de
Shakespeare fut âne l’espace d’un songe
Ainsi va la nuit et ma petite chanson : âne

anus

anal

analyse

analyste

analogue

Joyce Mansour

LE TABLEAU DE BUEE


LE TABLEAU DE BUEE

Dans l’aiguille le fil de voix s’enfile au bout des doigts

l’atmosphère s’embue durant l’installation des étals au marché couvert

Dehors c’est la remise des cageots à l’entrée des demains

hier s’est tétin nouveau-né

Du poil reste sur le passage des ras musqués

un chat efflanqué guette les miettes au banc du fromageL

L’espoir a toujours faim d’un passage surélevé pour visiter les étapes du Grand Magasin de la Samaritaine

pendant que la Seine a été déménagée des douves du Louvre, les antiquaires se sont abonnés au musée

Le moment bute sur sa confusion entre l’avant et l’après

difficile, voire inexplicable à justifier le retournement, à moins que ça ouvre une piste sur l’inconnu à l’heure du réallumage des feux

Sous l’arc un vol de grives remonte les chants élysées

Offenbach fanfare

D’un remous du bassin l’arlésienne cache son absence de maillot à l’avenue

Par une fenêtre en terrasse sur la cour, une radio nostalgique évade l’Appel du 18 Juin 40

remontée aux fortes-marées des carreaux-cassés pour ranimer le sel aux marais

La croix de Lorraine en résistance étreint la fenêtre de ses grands bras pugnaces.

Niala-Loisobleu – 14 Juin 2021