DE LA GLISSE


DE LA GLISSE

Dans le désordre climatique les huluberlus eux-mêmes patinent

ceux qui sortent sans arrêt aux nouvelles vont rester longtemps couchés sur le trottoir

vois-tu bien qu’étant la seule à risquer pour faire ton devoir, te savoir revenue près de ton encrier avec du papier et ta plume ferait mon choix

Le corps dans l’haleine du chien et les yeux dans son ronflement au coin du feu

Je te mettrais des fleurs partout où c’est blanc pour colorer la peur de l’étouffement

Le temps que l’inutile finisse sa gourmandise boulimique y reste peu pour dormir et en corps moins pour lui faire plaisir

Alors peindre autre chose qui te fera rire te permettra de voir que sous le tapis extérieur t’as toutes affaires sans besoin d’aller ailleurs

J’ai parlé au cerisier dans la trompe de ses fleurs. Quelques mots chaleureux l’ont maintenu dans son projet de faire des fruits. On verra, je sais que cinq minutes après être entrés chez eux il y a des gens qui voient leur appartement partir d’un coup de canon. Les enfants arrivent même à chercher leurs parents sous la terre et les pierres

La relativité n’a jamais été aussi présente

Pense à ça et enfile ta langue dans le bleu de mon tableau. Je suis sûr que ça sortira tes jambes des bas et du porte-jarretelles.

Niala-Loisobleu – 1er Avril 2022

Sílvia Pérez Cruz • Todas las madres del mundo



« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c’est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu’un pleure, c’est comme si c’était moi. » M. D.

Sílvia Pérez Cruz • Todas las madres del mundo

23 DÉCEMBRE 2020

tags: Farsa (género imposible)Josep (film)Miguel HernándezSílvia Pérez CruzTodas las madres del mundo

Farsa (género imposible) [« Farce (genre impossible) »] est le dernier album de Sílvia Pérez Cruz, l’étincelante Catalane. C’est l’un de ses meilleurs. Prévu pour le printemps de cette exécrable année 2020, finalement publié en octobre, il est composé de travaux réalisés en liaison avec des œuvres tierces, de genres différents : cinéma, film documentaire, ballet, théâtre. On y retrouve par exemple Mañana, composée sur un poème d’Ana Maria Moix pour le film Ana María Moix, passió per la paraulaPlumita et les chansons du film La noche de 12 años d’Álvaro Brechner (2018) auquel elle participait en outre en tant qu’actrice, ou encore un extrait du ballet Grito pelao, dans lequel elle se produisait avec la danseuse de flamenco Rocío Molina.

On y entend aussi cette chanson, Todas las madres del mundo (« Toutes les mères du monde »), composée sur le poème Guerra (« Guerre ») de Miguel Hernández (1910-1942) pour le film d’animation Josep d’Aurel (France, 2020) où elle prête sa voix au personnage de Frida Kahlo.

………

Sílvia Pérez Cruz • Todas las madres del mundo. Miguel Hernández, paroles ; Sílvia Pérez Cruz, musique. Les paroles sont extraites du poème Guerra de Miguel Hernández, avec quelques modifications.
Sílvia Pérez Cruz, chant, guitare ; Mario Mas, luth espagnol ; Javier Mas, archiluth ; Carlos Montfort, violon ; Marina Sala, accordéon.
Extrait de la bande originale du film d’animation Josep (France, 2020). Aurel, réalisation ; Jean-Louis Milesi, scénario.
Extrait de l’album Farsa (género imposible) / Sílvia Pérez Cruz. Espagne, ℗ 2020.

………


Todas las madres del mundo,
ocultan el vientre, tiemblan,
y quisieran retirarse,
a virginidades ciegas,
el origen solitario
y el pasado sin herencia.
Pálida, sobrecogida
la fecundidad [virginidad] se queda.
El mar tiene sed y tiene
sed de ser agua la tierra.

Toutes les mères du monde
cachent leur ventre, tremblent,
et voudraient retourner
à des virginités aveugles,
au commencement solitaire
et au passé sans héritage.
La fécondité [virginité] demeure
Dans la pâleur et dans l’effroi.
La mer a soif et
La terre a soif de devenir eau.

La sangre enarbola el cuerpo,
precipita la cabeza
y busca un hueco, una herida
por donde lanzarse afuera.

Le sang hisse le corps,
précipite la tête
et cherche un creux, une blessure
D’où fuser au-dehors.

La sangre recorre el mundo
enjaulada, insatisfecha.
Las flores se desvanecen
devoradas por la hierba.

Mis en cage, insatisfait
Le sang parcourt le monde.
Les fleurs se fanent,
Dévorées par l’herbe.

El corazón se revuelve,
se atorbellina, revienta.
Arroja contra los ojos
súbitas espumas negras.

Le cœur se retourne,
tourbillonne, éclate.
Il jette contre les yeux
De soudaines écumes noires.

Ansias de matar invaden
el fondo de la azucena.
Acoplarse con metales
todos los cuerpos anhelan:
desposarse, poseerse
de una terrible manera.

Des envies de tuer prennent possession
Du coeur du lis.
Tous les corps aspirent à
S’accoupler avec des métaux :
Avec eux se marier, se posséder
d’une manière terrible.

El mar tiene sed y tiene
sed de ser agua la tierra.

La mer a soif et
La terre a soif d’être eau.

Después, el silencio, mudo
de algodón, blanco de vendas,
cárdeno de cirugía,
mutilado de tristeza.
El silencio. Y el laurel
en un rincón de osamentas.
Y un tambor enamorado,
como un vientre tenso, suena
detrás del innumerable
muerto que jamás se aleja.

Et puis, le silence, muet
de coton, blanc de bandages
Bleu de blouses de chirurgiens,
mutilé de tristesse.
Le silence. Et le laurier
dans un coin parmi les ossements.
Et un tambour amoureux,
comme un ventre tendu, bat
derrière l’innombrable
homme mort qui jamais ne s’éloigne.
Miguel Hernández (1910-1942). Todas las madres del mundo, adaptation par Sílvia Pérez Cruz du poème Guerra, extrait de Cancionero y romancero de ausencias (1938-1941).Miguel Hernández (1910-1942). Toutes les mères du monde, trad. par L. & L. de Todas las madres del mundo, adaptation par Sílvia Pérez Cruz du poème Guerra, extrait de Cancionero y romancero de ausencias (1938-1941).

………

PIECE D’APPUI


PIECE D’APPUI

L’argument en tant que pièce d’achoppement bute sur l’obstacle du manque de fondement

On fait en paroles ce qu’en acte on apprend à méconnaître

L’usage à des fins personnelles fondant dans le sens de ce qui tient la route pour personne, le feu reste au rouge, rien ne passe au vers.

Niala-Loisobleu – 19 Janvier 2022

J’ai pas d’regrets – Serge Reggiani/ Boris Vian


J’ai pas d’regrets

Serge Reggiani/ Boris Vian


J’ai pas d’regret
D’avoir fait c’que j’ai fait
Je pouvais plus vivre avec sa peine
Jetez-moi la pierre
Si vous n’avez jamais
Tant souffert comme moi je souffrais
Par grande misère
Elle avait oublié
Ce que c’est pour de vrai quand on s’aime
Mon soleil d’hiver
Mon eau fraîche en été
Ma Nelly… je l’aimais… je l’ai tuée
Emmenez-moi
Dans toutes vos prisons
Mettez-moi dans le fond d’un cachot
J’y vais pourrir
Et j’y pourrai mourir
Car je n’ai plus de goût pour le jour
Mais j’y r’verrai
Lorsque je serai seul
Mes premiers vrais cadeaux de mariage
Sa main dans la mienne
Et son corps dans mon lit
Et son souffle mêlé à ma vie

Couplet
Cette complainte que j’entends
C’est un air de limonaire
Qu’un invalide débonnaire
Me serine en passant
Fait divers sans apprêt
Tragédie élémentaire
Histoire éternelle et sommaire
De pauv’gens qui s’aimaient


Son coeur, mon coeur
Et l’espoir qui se meurt
Le travail peu à peu vous sépare
La nuit, le jour
On se cherche toujours
Et l’amour crève au fond d’une cour
Vous qui souffrez
Fallait pas vous aimer
Fallait pas écouter les poètes
Souffrir à deux
C’est pas plus merveilleux
Que d’souffrir sans personne et sans feu
Et vous gueulez
Et vous vous entêtez
Moi aussi, je veux rire à la fête
Emmenez-moi
Ne m’abandonnez pas
Je veux mordre au bon pain de la joie
On reste en plan, et l’amour fiche le camp
En tournant sur un air de manège
On reste là et l’on ne comprend pas
Et l’on pleure une vie qui s’en va…

Source : LyricFind

Paroliers : Benjamin WALTER / Boris VIAN

A L’EAU REPONDEZ-MOI


A L’EAU REPONDEZ-MOI

lci et là, tous ces regards qui balancent des mains

Leurs fleurs artificielles en bout quai

Et l’atmosphère noyée dans le canal St-Martin, l’Hôtel du Nord dérive

Sur l’assiette faïencée de la statue équestre le roi en rit et tombe poignardé, ail

Le pari actuel ne vaut pas une messe

Miracle dans la cour de l’école Roberto professe l’insolence

Ah larmes au secours

Pendant du marronnier la fleur en grappe du poème rosit dans la rouille des saisons

C’est dur pour l’Adam

Mais l’Eve son aube aux genoux communie.

Niala-Loisobleu – 18 Janvier 2022

SENSITIVE EMISSION


SENSITIVE EMISSION

Du jour en début d’éveil sortent des manifestations qui se sont trempées dans le catalogue des Allégories. Façon propre à l’épiderme de sentir la rosée venue au pied de sa mise en marche

Le premier moulin tourne l’évent du premier galop

Sur le banc deux amoureux tête-bêche se donnent à boire sous la quille du bateau qui passe

Debout sur le trapèze prête à jeter les mots rebattus, la poétesse remonte depuis l’enfance pour donner au peintre matière à retenir le mouvement du pétale que la tige soulève du chant sec

Quelque chose est à se défaire de la pesanteur

la voile se détache du corps-mort au passage des oies-sauvages

Apparaissent les formes de ta nudité

tu découpes l’horizon

Bouche pleine de ta langue je pose tes odeurs intimes sur la palette.

Niala-Loisobleu – 18 Janvier 2022

JACQUES BERTIN – PROSE DES JOURS LONGS


Jacques Bertin « Prose des jours longs »

J’étais solitaire chaque jour un peu plus. J’aimais me taire
Je doutais de qui j’étais chaque jour un peu plus. Je guettais
Sur les visages de mon âge la tristesse, ses sillons,
La certitude aussi de la défaite intime. Nous traînions

Chacun le deuil d’un amour sans cadavre dans un sac trop lourd
Les manigances de l’amour et la gifle de la hautaine
Nos âmes fêlées par un simple mot comme des porcelaines
Et ce qu’on n’ose pas crier à la hautaine dans les cours

L’abjecte société, l’un après l’autre, nous avait meurtris
Bien des gens que j’aimais s’y sont, par ambition, laissés corrompre
Ils sont perdus corps et biens comme vaisseaux dans l’opaque gris
Ils suivaient comme au jeu, par orgueil : Ah, plutôt ramper que rompre!

Il me semblait pourtant savoir, et de mieux en mieux, où j’allais
Je m’appliquais à travailler dans la mémoire de mon père
Y cultivant ses idéaux perdus ainsi qu’en un jardin
Pour que mon fils en fût encouragé à les transmettre au sien

Et quelque chose vive ainsi en aval de nous, s’il se peut
Obscure foi qui me tenait! Qui j’étais ne sachant plus guère
Comme un rêveur dans un grenier parlant tout seul, les jours qu’il pleut
Ou bien aux anges dans un poulailler étrange dans la guerre

Jacques Bertin

MOMENT CHOISI


MOMENT CHOISI

La voici parvenue au centre de la journée pleine où rien ne pousse hors l’embouteillage

Le moment paraît bien choisi pour lui avancer le fauteuil oùle soutien moral s’est glissé

A voir l’envie que le chien témoigne ça doit faire un baume sur la douleur qui pèse

Sur l’accoudoir prêt à tout

l’oiseau est à la commande d’inclinaison

le peint du matin l’a pulsé en plaçant Orange en orbite

Il projette à présent son affiche dans une nouvelle inspiration anémone au coude à coude avec la Muse

C’est serein …

Niala-Loisobleu – 17 Janvier 2022

COLLINE de JACQUES BERTIN grimpée à mon ressenti


COLLINE de JACQUES BERTIN grimpée à mon ressenti

C’était juste pendant les très grandes chaleurs,
Cette année là, nous cherchions à nouveau un logement,
En attendant nous étions chez une amie qui était belle
Mais nous ne faisions pas l’amour et sans doute c’était à cause du temps

Ou c’était que nous n’étions pas chez nous et tu t’étonnais de cela

Et je savais que l’homme est une mécanique plus fragile
Que les appareils compliqués qu’on voit dans les musées silencieux
Et qui oscillent sans un bruit et sont mystérieusement utiles
Tu venais juste de reprendre le travail et tu avais du mal,
Nous étions de passage et Colline qui était belle
Parfois nous la surprenions nue et nous la regardions
Avec amour dans son sommeil
Et tout trois nous nous aimions bien

Nous ne faisions pas l’amour, et par timidité peut être
Parceque cela aurait remis en route quelque part une de ces machines éteintes
Pourtant nous nous aimions, les choses sont si simples
Que ces machines qu’on dérègle pour un rien sont sans complications

Je ne sais, oh, je ne sais, pourquoi j’écris tout cela
Pour tendre un filet à travers ma vie qui m’entraîne
Il faisait dans l’appartement une chaleur
On ne respirait plus
Nous étions dans une parenthèse élevée d’un immeuble de notre vie
Un jour, je me dis que peut être nous aurons enfin une maison Sur la pointe de l’ile entre les deux bras et les années qui passent
Je les verrai venir et se mêler à mon passé
Comme dans les tourbillons de la Loire,
L’eau et ensuite, l’eau paresseusement va mourir dans les sables
Crois tu qu’un jour nous aurons réellement une maison
Avec une bonne amie à nous et nous saurons avoir la force
De nous aimer, nous l’aimerons sans peur souviens t’en
Ce sera bien plus beau et bien plus pur qu’un couple même comme nous deux

Ce sera comme une prairie dans la partie ombragée de l’été vers le soir
Tu n’auras pas peur de l’orage et ni surtout de toi même,
Dans l’herbe, on aura disposé ces machines inutiles des musées,
Avec des balanciers, des contrepoids, des rouages de cuivre, des roulements…
Et il flottera une de ses chansons mélodiques que chantait nos parents,
Pour qui crois tu que nous serons capable de cette fête, souviens t’en …

Jacques Bertin

Quel tremplin que celui de tes seins dont l’oblique du regard hisse au large

c’est archipel à portée

les sentes au baissé de culotte des chemins détournés

A l’étreinte de l’attente nos corps attelés sillonne le cheval pour le retour du grain

rassurée par la reconnaissance de ton argument d’écriture tu n’as plus peur de le dire cet amour absolu

dans l’oeil du chien ta fidélité en gardienne du désir réveillé

Et sur l’onde de ce qui flotte de notre concept, le bateau de papier lancé à la poursuite de l’espoir

Niala-Loisobleu – 17 Janvier 2022

DERRIERE LA GLACE


DERRIERE LA GLACE

Sur le blanc en traîne l’oiseau trouve l’aumônière sous la branche

sans voir la mer on entend le chien courir la sortir des appels de la cloche de brume

Le cheval crinière dans ses traces porte la torche au phare dans le mouvement qui balaie

Tout arrive

le propos du seoir qui tombe est en phase à la gratte des guitares

Ce que les mains tiennent parle avec le mystique des gestes écrits par la plume poétique

qui remet le son à la voix masquée par le détour écolier

Des yeux qu’un bandeau manipulateur retient à distance se dirige la vue des maisons épaulées à l’amour

Ils se voient en braille et se lisent dans ce monde aveugle doigts posés sur leur clavier ouvert, les embruns assurant le transport

Niala-Loisobleu – 16 Janvier 2022.