MYSTERE DE L’INSTANT


MYSTERE DE L’INSTANT

Au carré de soie sauvage s’épaulent d’extra-terrestres visions dans lesquelles je reconnais clairement la rondeur de tes seins

Jeu plaisant de juxtaposition où rien ne s’évertue à rompre le mystère des cambrures

La musique y est à l’aise

rien ne l’étonne elle est une forme de diapason abstrait et concret qui prend chaque forme comme si ça y était

ainsi quand la trompette a ouvert le toril, l’aqueux en se rendant animal a fouetté l’air en raclant de ses sabots une réflexion mal à propos

L’âne a toujours dans son rôle une place systématique, l’homme en le jugeant sot l’a attelé aux norias. Comme si le choix n’était permis qu’avec des diplômes. Moi, j’en connais qui en en étant bardés sont d’un consternant…

A l’instant présent où les menthes vont rentrer, j’abuse du tant qui reste

Quitter la digue sur le bateau de papier ou monter dans le cerf-volant que l’enfant sort de sa trousse pour écrire

laisser le cheval à la bascule

puis enfourcher mon vélo le temps que l’équin se retrouve sauvage en horde de bataille

puisque quoi qu’il se passe

il faut se battre

je te déshabille à la courte-paille des idées reçues

ça met du soleil à l’endroit voulu

Niala-Loisobleu – 15 Septembre 2021