DU CHANTIER 4…UN DETAIL


NIALA – CHANTIER VUE DE GAUCHE…

DU CHANTIER 4…UN DETAIL

Température du corps dépassée,

je cherche le frais au plus profond de son mystère approuvé

Pas loin d’ici le feu ravage

je serre les poings autour du peint

pour l’arroser…

Niala-Loisobleu – 11 Août 2022

Quem Me Leva Os Meus Fantasmas

Maria Bethânia

A quoi sert d’avoir une carte ?
De que serve ter um mapa

Si la fin est fixée ?
Se o fim está traçado?

Quelle est l’utilisation de la terre en vue
De que serve a terra à vista

Si le bateau est arrêté ?
Se o barco está parado?

A quoi sert d’avoir la clé ?
De que serve ter a chave

Si la porte est ouverte ?
Se a porta está aberta?

à quoi servent les mots
Pra que servem as palavras

Si la maison est déserte ?
Se a casa está deserta?

c’était le moment
Aquele era o tempo

Dans lequel les mains étaient fermées
Em que as mãos se fechavam

Et les nuits lumineuses les mots ont volé
E nas noites brilhantes as palavras voavam

J’ai vu que le ciel était né de mes doigts
Eu via que o céu me nascia dos dedos

Big Bear était aux fers allumés
A ursa maior eram ferros acesos

Marins perdus dans des ports lointains
Marinheiros perdidos em portos distantes

Dans des bars cachés dans des rêves géants
Em bares escondidos em sonhos gigantes

La ville vide, couleur d’asphalte
A cidade vazia, da cor do asfalto

Quelqu’un m’a demandé de le chanter plus fort
Alguém me pedia que eu cantasse mais alto

Qui m’emmène chez mes fantômes ?
Quem me leva aos meus fantasmas?

Qui me sauve de cette épée ?
Quem me salva desta espada?

Qui me dit où est la route ?
Quem me diz onde é a estrada?

c’était le moment
Aquele era o tempo

Où les ombres se sont ouvertes
Em que as sombras se abriam

où les hommes niaient
Em que homens negavam

ce que d’autres ont érigé
O que outros erguiam

J’ai bu de la vie à petites gorgées
Eu bebia da vida em goles pequenos

trébuché de rire
Tropeçava no riso

étreint trop peu
Abraçava de menos

Avec votre dos tourné, vous ne pouvez pas voir l’avenir
De costas voltadas, não se vê o futuro

Ni le parcours de la balle ni la faille dans le mur
Nem o rumo da bala, nem a falha no muro

Et quelqu’un m’a crié dessus, avec la voix d’un prophète
E alguém me gritava, com voz de profeta

Que le chemin se fait entre la cible et la flèche
Que o caminho se faz entre o alvo e a seta

Qui conduit à mes fantômes ?
Quem leva aos meus fantasmas?

Qui me sauve de cette épée ?
Quem me salva desta espada?

Qui me dit où est la route ?
Quem me diz onde é a estrada?

Qui conduit à mes fantômes ?
Quem leva aos meus fantasmas?

Qui conduit à mes fantômes ?
Quem leva aos meus fantasmas?

Qui me sauve de cette épée ?
Quem me salva desta espada?

Et dis-moi où est la route
E me diz onde e a estrada

Qui m’emmène chez mes fantômes ?
Quem me leva aos meus fantasmas?

Qui me sauve de cette épée ?
Quem me salva desta espada?

Qui me dit où est la route ?
Quem me diz onde é a estrada?

Qui conduit à mes fantômes ?
Quem leva aos meus fantasmas?

Qui conduit à mes fantômes ?
Quem leva aos meus fantasmas?

Qui m’emmène ?
Quem me leva?

Source : Musixmatch

Paroliers : Pedro Abrunhosa

TERTIO DE CHANTIER


NIALA – IL EST 15H45 LE 11/07/22

TERTIO DE CHANTIER

Les planchers ont été coulés et le banché tient ses pierres en place de fers

c’est le passage entre les arbres, les troupeaux et les maisons de tolérance, qu’ajuste un lunettier fou

orange et citron

du raisin

de la figue

anémone

ô femme c’est ta grappe que j’engorge

notre Dame à la volée résonne d’airain

le Peintre

a sorti son oiseau devant tout le monde

avant de rentrer, sommé par un Avis de Canicule.

Niala-Loisobleu – 11 Août 2022

SUITE 2 DE CHANTIER


SUITE 2 DE CHANTIER

Nouvel assaut du feu que la peinture a l’eau contrôle

L’élan de la nature escalade le corps nu étendu sur le sable sans erreur de destinataire

L’amour amarré hôte hisse le grand-pavois aux replis des dunes…

Niala-Loisobleu – 11 Août 2022

Tout autour la vie ne se cache pas

Ne meurs pas – Leny Escudero


Ne meurs pas – Leny Escudero

Déjà quand nous étions enfants
Ô du temps des jeux innocents
Ô du temps de l’école
Après la dernière farandole
Nous arrivions au bout du chemin
Il nous fallait lâcher nos mains
Tu me criais : «Au revoir, au revoir!»
Et déjà, sur un dernier regard
Dans les yeux un peu de chagrin
Tu me disais : «Surtout demain, surtout demain,
Viens pas trop tard!»

Nous ne sommes plus des enfants
Nos jeux ne sont plus innocents
Et si loin le temps de l’école
Où sont passées les farandoles?
Je t’aime tant, je t’aime tant

{Parlé}
Reste le temps, restent les heures
Je ne veux pas que tu meures
Puisqu’on dit que le temps passe
Que l’on me dise où il passe
J’irai me cacher pour l’attendre
Je me battrai pour le prendre
Et je te l’apporterai là
Mais ne meurs pas
Oh, crie que tu veux vivre encore!
Et si tu me le demandes
J’irai jusqu’à Samarcande
Et je tuerai la mort
Mais ne meurs pas!
Moi je veux que tu vives
Comme la flûte est au roseau
Comme tes hanches sont les rives
Comme je suis le ruisseau
Méphisto, si tu te presses, viens
Viens mon âme est à vendre
Pour un seul jour de jeunesse
Un jour encore trop tranquille
Ecoute! Le printemps arrive
Ecoute, il faut attendre un peu
J’ai tant nagé pour atteindre tes rives
Quand j’y serai, je serai vieux
Crie, mon amour crie!
J’ai le cœur qui bat l’amble
Prends la moitié de ma vie
Pour qu’on la vive ensemble
Tu es l’arbre et la forêt
Le feu et l’or
Tu es hier et tu es toujours
Et dans tes yeux
J’ai vu mourir ma mort
A chaque fois que nous faisions l’amour
Oh, ne meurs pas! Ne meurs pas!

Déjà quand nous étions enfants
Ô du temps des jeux innocents
Ô du temps de l’école
Après la dernière farandole
Nous arrivions au bout du chemin
Il nous fallait lâcher nos mains

Leny Escudero

CHANTIER PERMIS AU PUBLIC ? 1


NIALA

CHANTIER PERMIS AU PUBLIC ? 1

En fait le 1 est le 2

depuis qu’il est ouvert ce chantier n’a qu’une idée: mettre de l’ordre

Combat de la vie contre la mort qui rode

Le cheval rue

Apparaissent des têtes qui dans l’absence de panique iront se faire voir ailleurs un peu plus tardd

je pense à toi quand je peins, à vous quand je change l’eau, à plus rien quand la fraîcheur des marronniers est terrassée par la chaleur

Alors rien n’arrive par hasard…

ce qui explique mon envie d’attendre demain pour partir.

Niala-Loisobleu – 10 Août 2022

Partir de quelque part, c’est arriver le plus dur…


.

Partir de quelque part, c’est arriver le plus dur…

Dans l’acte en cours je pense à son découpage en deux parties distinctes et inséparables

Le subjectif et l’accompli

Je peins en ayant la vie pour seul modèle

La vie dans son contexte avec la mienne dans son concept que le ressenti génère

Celui-ci manifeste davantage

dans son état d’avancement il montre un certain état de fièvre très foisonnant sans pour autant sortir de son calme

Déjà le format donne un avis sur l’importance du dire

Importance issue d’un sentiment de fin évidente mais inacceptable

L’homme grouille au départ d’une absence

Son paradoxe

Le désir de résister

Sans héroïsme

Autre paradoxe…

Niala-Loisobleu – 10 Août 2022

TENDREUR CELADON


TENDREUR CELADON

Toujours montante la chaleur ne cesse d’écraser sous sa poussée

bientôt il n’y aura plus de pin dans les Landes si l’on regarde la multiplicité des actes pyromanes comme comparable aux rodéos dans les rues

Ce qui, le moins qu’on puisse dire, ne trouble pas notre roi d’un battement d’oeil

Demander à qui ?

pour arrêter le massacre

Je sors nos peaux pour y verser sans quête.

Niala-Loisobleu – 10 Août 2022

Balada Para Mi Muerte


Astor Piazzolla/Horacio Ferrer – Susana Rinaldi – Orchestre Radio/Télévision d’Israël

Antonio Berni

Balada Para Mi Muerte – Astor Piazzolla/Horacio Ferrer – Susana Rinaldi – Orchestre Radio/Télévision d’Israël

Je mourrai à Buenos Aires, ce sera à l’aube
Moriré en Buenos Aires, será de madrugada

Je garderai docilement les choses de la vie
Guardaré mansamente las cosas de vivir

Ma petite poésie des adieux et des balles
Mi pequeña poesía de adioses y de balas

Mon tabac, mon tango, ma poignée de splin
Mi tabaco, mi tango, mi puñado de esplín

Je porterai un manteau par les épaules, toute l’aube
Me pondré por los hombros de abrigo, toda el alba

Mon avant-dernier whisky restera imbuvable
Mi penúltimo whisky quedará sin beber

Ma mort amoureuse arrivera tangally
Llegará tangamente mi muerte enamorada

Je serai mort vif, quand il sera six heures
Yo estaré muerto en punto, cuando sean las seis

Aujourd’hui que Dieu m’empêche de rêver
Hoy que Dios me deja de soñar

A mon oubli je passerai par Santa Fe
A mi olvido iré por Santa Fe

Je sais que tu es déjà dans notre coin
Sé que en nuestra esquina vos ya estás

Toute de tristesse, jusqu’aux pieds
Toda de tristeza, hasta los pies

Tiens-moi fort à l’intérieur
Abrazame fuerte que por dentro

J’entends des morts, des morts anciennes
Me oigo muertes, viejas muertes

Agressant ce que j’aimais
Agrediendo lo que amé

Mon âme, allons-y
Alma mía, vamos yendo

Le jour vient, ne pleure pas
Llega el día, no llorés

Je mourrai à Buenos Aires, ce sera à l’aube
Moriré en Buenos Aires, será de madrugada

Quel est le moment où ceux qui savent mourir meurent
Que es la hora en que mueren los que saben morir

Le mufa parfumé flottera dans mon silence
Flotará en mi silencio la mufa perfumada

De ce verset que je ne pourrais jamais te dire
De aquel verso que nunca yo te pude decir

Je marcherai tant de pâtés de maisons et là sur la Plaza Francia
Andaré tantas cuadras y allá en la plaza Francia

Comme les ombres fugaces d’un ballet fatigué
Como sombras fugadas de un cansado ballet

Répétant ton nom dans une rue blanche
Repitiendo tu nombre por una calle blanca

Les souvenirs me laisseront sur la pointe des pieds
Se me irán los recuerdos en puntitas de pie

Je mourrai à Buenos Aires, ce sera à l’aube
Moriré en Buenos Aires, será de madrugada

Je garderai docilement les choses de la vie
Guardaré mansamente las cosas de vivir

Ma petite poésie des adieux et des balles
Mi pequeña poesía de adioses y de balas

Mon tabac, mon tango, ma poignée d’esplín
Mi tabaco, mi tango, mi puñado de esplín

Je porterai un manteau par les épaules, toute l’aube
Me pondré por los hombros de abrigo, toda el alba

Mon avant-dernier whisky restera imbuvable
Mi penúltimo whisky quedará sin beber

Ma mort amoureuse arrivera tangally
Llegará tangamente mi muerte enamorada

Je serai mort vif, quand il sera six heures
Yo estaré muerto en punto, cuando sean las seis

quand il est six heures
Cuando sean las seis

quand il est six heures
Cuando sean las seis

quand il est six heures
Cuando sean las seis

Source : Musixmatch

Paroliers : Astor Piazzolla / Horacio Ferrer

Antonio Berni – Le vieux monde qui n’en finit pas…

COIN DE CHAUME


« COIN DE CHAUME » – NIALA 2012 – ACRYLIQUE S/TOILE 55X46 – COLLECTION PARTICULIERE

COIN DE CHAUME

La Chaume est là qui garde en tenant l’invasion immobilière à bonne distance

des oiseaux divers y séjournent encore protégés par la présence de nombreux arbres

L’atelier n’a rien devant les yeux que la nature vierge.

Une vue sur le large

bleue comme une mer porteuse

Naturiste une nudité qui se montre sans clôture dès le moins de 1 an pour éduquer sans pudibonderie

de quoi donner l’état d’esprit écologiste libre de droit détourné de récupération politique

La St-Jean y fait sauter le coeur pour unir

Ce que j’aurai peint là de mots durant déjà 38 années aura gardé la valeur de l’herbe plus propre qu’un engrais

D’une philosophie humaniste qui aujourd’hui l’arrose (faute d’eau) pour l’empêcher de brûler…

Niala-Loisobleu – 9 Août 2022

DOUCHE INTERNE


DOUCHE INTERNE

Nettoyer le massif du porche des mauvaises herbes qui ont dépassé le seuil de tolérance en se gavant inconsidérément

Tendre la joue ne doit pas s’entendre tendre l’ajout

Il faut relativiser plus que de coutume dans un climat qui dépasse les bornes

Marthe m’a toujours dit que vouloir rendre heureux ne devait pas rendre idiot et contribuer qu’àu développement de l’ingratitude

Restrictionne on va manquer d’ô…

Niala-Loisobleu – 9 Août 2022