ANATOMIE DU LANGAGE (REPRISE)


ANATOMIE DU LANGAGE

(REPRISE)

Des coups de sève battant
l’enclume des feuilles à remplir

aphone de bon sens

qui
importe quoi qui tienne

au-delà de personne ?

Les résonances ne font pas de rappel
elles gravent à l’aigu
la grande élision dans l’apostrophe

Maraud dis-moi, sous la saignée de l’écorce
coeur au couteau des veines
l’intégrale du verbe primordial

Au dehors du temps
pieds en cap de vents porteurs baignés d’étreintes d’embruns
rigole-affluent
sillon tranché par un soc volcanique
attelé à la ruée des bras d’espérance
défaits de leurs mortes branches
qu’un quotidien ordinaire prothèse au vivant

Qui hors l’amour
pourrait s’entendre sans besoin de dire ?

Niala-Loisobleu – 15 Décembre 2017

MÂT DE VEILLE


30d338af301ebd4103b7d7b315467e89-644x427

MÂT DE VEILLE

Des paupières couloir

où la descente des marches

gigote sur la chaise

coulent en perspective

les toiles de ma galaxie folle

Oculaire tension

c’est la voile qui monte au mât de veille

ses traversées en une Dernière

Je vibre cello

avec Toi mon Autre

unis dans le m’aime mêle anges

d’âme de violoncelle !

Niala-Loisobleu – 16 Octobre 2016

 

Manu Scribe


P1020704

Manu Scribe

 

Tant d’écrire je t’aime que, retroussé au vent, j’hâlais dessous ton écriture pour qu’elle ne sèche pas et me laisse à l’encre, balloté.

Sillon s’aimait

Aréoles

Cap devant

Iode d’aisselles restée au varech…

Niala-Loisobleu – 5 Juillet 2016