LE COMPLOT – ANDREE CHEDID


LE COMPLOT

ANDREE CHEDID

Accours de tous tes membres aux fenêtres du large
Reçois à face ouverte le sel après les nuits

Dans le goulot des villes invente les marées
Derrière chaque prunelle dépiste le voyage

Écarte les portes rêches
Escorte celui qui sombre
Dénonce les mots de plomb
Bouleverse les guêpiers

Épèle dans l’argile les syllabes du rêve

Partout

Brise le complot

C’est
Aimer qui importe!

Andrée Chedid

ESSAI D’AUTO-ANALYSE POUR LA PAIX DU POÈMEPAR ALAIN MINOD


ESSAI D’AUTO-ANALYSE POUR LA PAIX DU POÈMEPAR ALAIN MINOD

ESSAI D’AUTO-ANALYSE POUR LA PAIX DU POÈME PAR ALAIN MINOD

Reste toute ta guerre au réquisit de toi
Elle éteint ta lumière et détruit tout ton toit
Nerfs en escarmouche où se tue la sagesse
Se mordent en ta bouche hurlements de tendresse

Or tu meurs mille fois épuisant ta pensée
Quand toujours tu aboies au grand rire qui passe
Et là se défenestre un désir où fait trace
La beauté de l’être perdu : plongée glacée

Puis te bats contre toi te traites en vrai chien
Sans collier et sans loi qu’il faudrait que tu dresses
Bassesse où poète tu perds repère en bien
Passent en ton être tous tes sens qui t’oppressent

C’est la mère éperdue qui fait entendre voix
Pour fils qui s’est rendu à son enfer sans chaînes
Et en rage espère trouver d’elle une voie
En un collier de fer : désir masqué qu’il traîne

Mais comme ta guerre contre ton propre toi
Et contre l’autre : enfer qui en tes liens aboie
Centre en son essence ta maison « vraie prison »
Aux collets de tes sens tu en perds ta raison

Si « libérer l’amour » est retrouver l’essence
Du gamin de toujours dans l’éveil de ses sens
Demeure peur de guerre en ta maison d’enfance
Pays où mère en nerfs exaspère souffrance

Pays où enfants ségrégués jouent vengeance
Te lient à l’arbre et gais te jettent des pierres
Pays où paysans sabrent seigneurs si fiers
Pays où ton père table sur loi en déhiscence

Enfant sans souvenirs d’école et sans amis
Sauf dans le devenir de frères dans les fêtes
L’on chantait « Stille Nacht » pour bercer les têtes
Mère mise en quatre nous prenait pleurs en semis

Plus tard : père pour loi te donnait bien le fouet
A chaque fois où ta voix se sentait flouée
De n’entendre réponse de notre mère en cris
Pour savoir si sa santé lui avait tout pris

Injustice flagrante as connue en collège
Où présence prégnante : un fier dominicain
Te donnait fessées et caresses qui l’allègent
D’un désir bien caché et tout à fait mesquin

Et là tenu pour fou tout enfant qu’il était
Père et autorités du collège en question :
Tu avais regard flou pour ce si fier cité
On te faisait siège pour mauvaise intention

Des psychiatres et tests formulaient bien la chose
L’enfant était bien bête et frisait la folie
Mais tous les comptes faits c’était inventer cause
A la visite de fait : myope étais et sali

Plus tard dans ton âge mère tu interroges
Espérant avis sage – elle point ne déroge
Tu ne fus pas en rage et mal t’en en a bien pris
Fou ? Cause : lunettes – c’est ce que t’as appris
La famille l’atteste : point de gènes de myopes
Âge où l’enfant se teste en voyant ne radote

Tous travaux harassants furent ta découverte
Vu larmes avec sang « Les Illuminations »
En ta treizième année dite sans attention
Mais est-ce suranné de se penser poète

Pendant ce temps d’enfance avoir écrit poèmes
Fut ton grand train d’errance : éveil jeté au vent
Des déménagements – si cela te fit peine
C’est qu’en bel amant tu t’étais fait savant

Et en soixante neuf : le surréalisme
Avec jeunes tout neufs et simples travailleurs
Rencontrés en usine où tu appris rythme heurts
Avec matière qui lime les corps dans la machine

Et la philosophie vint avec l’engagement
Tu le sus : celui qui vainc est celui qui ment
Tant que le neuf ne naît en surface des choses
Mais ce qui est inné ne remplace pas la cause

Depuis quatre-vingt-neuf toute la poésie
Et les jours passants neufs : amour de l’oiseau bleu
Philosophie somnole ? Éveil d’aile en saisie :
Elle teste idées folles du moindre des bigleux

Ton père en hôpital bien avant de mourir
N’a pas été banal et sans plus discourir
A envoyé une dame au devant de son fils
« Vous avez grande âme » puis lui vient sur la piste

Il conforte poète et plus tard gai ajoute
Pianiste en sa fête : n’oublie musique en route
Depuis : tant de combats : paix liberté justice
Fruits de tous les ébats dans l’oppression en lice

Vraie Solitude tranche en Misère où l’on flanche
Aux souvenirs qui scient – mais toute poésie
Contre le mal se penche contre ses avalanches
Qui provoquent folies – tient partage saisi.

Alain Minod

RÉCRÉATION PAR LÉO FERRÉ


RÉCRÉATION PAR LÉO FERRÉ

Moi je serai putain et moi marchand d’oiseaux
Moi je vendrai des chapelets d’oraisons doubles
Et moi du chinchilla et moi des haricots
Moi je ferai de la politique en eau trouble

Moi je serai bico à
Asnières comm’ ça
Et moi je serai flic comme le fut mon père
Donne-lui donc à boire à c’ bico-là,
Pourquoi?
Moi je serai le président des pissotières

Moi je serai hôtess’ de l’air moi monte-en-1’air
Moi je serai du chiffre aux
Affair’s indigènes
Moi je mettrai des points sur les « i » moi derrièr’
Les jeunesse(s) en pépées j’irai filer la laine

Moi j’irai à
New
York apprendre à être con
Et reviendrai pour fair’ des cours aux camarades
Moi je serai laveur chez
Renault et toi donc?
Moi je regarde ailleurs une étoile malade…

Léo Ferré

LE VOYAGE DE PLUME DOIGTS


LE VOYAGE DE PLUME DOIGTS

Des stances transparentes traversent les pas perdus

Propre qui sale l’eau douce d’un frottis sorti d’art-re du coquillage

la coquille étape et gîte le chemin de St-Jacques

On voit plus loin du haut des tours

quand la main d’un signe écrit de ses lèvres le noir regard bleu de ses yeux

sous la voile être

Saxifrace au bec l’oiseau rocaille le rempart..

Niala-Loisobleu – 13 Juin 2021

Jacques Bertin – Un voyage

Un voyage »

J’ai retrouvé dans la coque la vieille fêlure
L’humidité qui suinte comme l’éternel poison
Et j’ai pleuré, assis la tête contre la cloison
De l’autre côté le moteur battait son chant profond
Celui qui vient de l’enfance
Et dont les basses fréquences
Toujours ont raison

Où tu vas poser ton sac
Fais un lit avec tes larmes
Il flottait dans cet endroit une odeur de goudron et d’urine
Gravé dans le travers de la blessure on distinguait un nom
Une illusion ou un message ou une marque de fabrique
Le monde passait contre les hublots lentement comme un monde
Les façades prétentieuses croulaient dans les angles morts
On voyait des visages de femmes glacées et pensives
Marquant la brume comme d’immatures soleils d’hiver
Je ne sais pourquoi je me bats le bateau me conduit dans l’aube
Ah vers la haute mer, bien sûr, comme chaque matin
Je me retrouve faisant mon méchant trafic dans un port incertain
Il faut payer cash, en devises fortes et avec le sourire
Je ne sais pourquoi je me bats. J’ai pleuré dans la chaleur torride
Le monde est beau! Les femmes se donnent avec des airs de s’oublier!
Nos victoires sont devant nous qui nous tendent la main!

Où tu vas poser ton sac
Fais un lit avec tes larmes

« LA GARDIENNE DES ABEILLES » – NIALA 2021 – ACRYLIQUE S/TOILE 65X54


« LA GARDIENNE DES ABEILLES »

NIALA 2021

ACRYLIQUE S/TOILE 65X54

Ces fleurs sans lesquelles le pouls de ma couleur s’éteindrait promènent leur souffle de la Normandie jusqu’aux débords de la terre en absolu

Les trains que le regard des meuhs pose de gare en gare sont de voix universelle

Aux falaises des bordures le bleu dispense sans limites

Parfums charnels en résidence aux vents se déplacent à dos de plume de l’oiseau nidifiant

Sauver l’abeille est le bon soldat

Je t’en fais gardienne toi ma parolière sensible qui déplace l’inutile au sites de consommation de l’artificiel bête et m’aime pas animal

Du silence né l’intelligence est naturelle

Suc de fleur pour la trompe seul à ne pas mentir

Volons de concert.

Niala-Loisobleu – 10 Mai 2021

FEDERICO GARCIA LORCA: EL PASO DE LA SIGUIRIYA – (Jacob Gurevitsch à la guitare)


FEDERICO GARCIA LORCA: EL PASO DE LA SIGUIRIYA – (Jacob Gurevitsch à la guitare)

El paso de la siguiriya

Entre mariposas negras,
va una muchacha morena
junto a una blanca serpiente
de niebla.
Tierra de luz,
cielo de tierra.
Va encadenada al temblor

de un ritmo que nunca llega;
tiene el corazón de plata
y un puñal en la diestra
¿Adónde vas siguiriya,
con un ritmo sin cabeza?
¿Qué luna recogerá
Tu dolor de cal y adelfa?
Tierra de luz
cielo de tierra.

Le pas de la Séguirilla

Parmi les papillons noirs,
va une brunette moresque
à côté d’un blanc serpent
de brume.
Terre de lumière,
Ciel de terre
Elle va enchaînée au tremblement
d’un rythme qui jamais ne s’établit;
elle a un coeur en argent
et un poignard dans la main
Où vas-tu, siguiriya,
de ce rythme décervelé?
Quelle lune soulagera
ta douleur de citron et de bouton de rose?
Terre de lumière
Ciel de terre.

L’ETRANGE DOUCEUR : MARTINE CAPLANNE (René-Guy Cadou)


L’ETRANGE DOUCEUR : MARTINE CAPLANNE (René-Guy Cadou)

Comme un oiseau dans la tête
Le sang s’est mis à chanter
Des fleurs naissent, c’est peut-être
Que mon corps est enchanté

Que je suis lumière et feuilles
Le dormeur des porches bleus
L’églantine que l’on cueille
Les soirs de juin quand il pleut

Dans la chambre un ruisseau coule
Horloge au caillou d’argent
On entend le blé qui roule
Vers les meules du couchant

L’air est plein de pailles fraîches
De houblons et de sommeils
Dans le ciel un enfant pêche
Les ablettes du soleil

C’est le toit qui se soulève
Semant d’astres la maison
Je me penche sur tes lèvres
Premiers fruits de la saison.

(René-Guy CADOU, Hélène ou le règne végétal, Paris, Seghers 1952)

LA BOÎTE A L’ÊTRE 46


LA BOÎTE A L’ÊTRE 46

Par le rayon de soleil hors catégorie qui l’éclaire, ma boîte bat en corps par l’oiseau niché dans sa main. Le temps a coulé. Ma dernière conversation remonte au 7 Décembre 2018. Epoque que les moins ne peuvent pas connaître, tant ce qu’elle portait d’espoir naturel, qui n’avait pas besoin de vaccin pour perdurer. La suite quand on l’avance au Centre fait monter le filet d’air dans l’enfoui, sans qu’un anachronisme tente de boucler la page

Le chat est maître de la bambouseraie

ces longs étirements font ses griffes à la densité végétale qu’un sentiment de fond poursuit dans l’organique taire d’hier et d’aujourd’hui

Le mystique y développe la force d’une composition chimique dans laquelle les effets de l’âme prédominent assez pou laisser les erreurs de l’humeur du quotidien loin derrière.

Le banal s’enfonce dans l’ignorance qu’il choisit d’adopter

s’habillant de tout ce qui dissimule

A confondre le système de fonctionnement de la Nature avec ses petites habitudes, l’Ëtre se plante à côté

L’automne mûrit en se tapissant dans le pourrissement , elle est la parturiente qui refuse le déni

La pointe rose de l’oeil qui crève à la branche n’est pas profane, elle initie le printemps dans son ensemble absolu.

Niala-Loisobleu – 8 Avril 2021

AU DOS DE LA CHAISE


AU DOS DE LA CHAISE

Un peu de jour passe par les volets

éclairant suffisamment d’assise sur la chaise

où rêve en corps le déshabillé du parcours qui mène au matin

toilé de mer

sur le chevalet se balançant à l’embarcadère

L’oiseau perché crie taire

caresse sa plume

en relevant le store du bonjour.

Niala-Loisobleu – 5 Avril 2021