SEISME PAR JACQUES IZOARD


SEISME PAR JACQUES IZOARD

Où dorment les séismes, dorment aussi les fourreaux, les laines et ce que je disais tel hiver sans ambages.
Les réserves de sabots, les cris les épiaient.
Discussion d’arbre à arbre, de langue à langue.
Les femmes assourdissent les traquenards, les commerces de jambes et de pluies.
Étions-nous encore en vie?
Ou cassions-nous, de nos poignets rouges, les barres de fer, les vitres éloignées des oiseaux, les troncs de femmes?
Enfance
France.
Enfance de 1945, dont tu savais le vin humide ou le lait battu.
Qui casse encore les paroles ?
Les noix errent, les aliments les plus recherchés, je les hais du fond de moi-même.
En faudra-t-il, sioux, des genièvres bleus pour serrer au col les femelles sur les oreillers ?
Je me tenais debout en moi-même: et vous, ciseaux, cocotiers, épingles, où traîniez-vous ?
Je te dois mille morts: arrête l’hiver dont tu caches le cœur sous la peau.
Garde en ta main les outils de toujours, les bons ventres à petits pas, les pieds diminués, les verres piles, les capsules d’orangeade.
Et tu verras clair: les monts prennent souffle.
Il n’en faut pas davantage pour que tes épaules s’allongent au sommet du corps.
Bravade épaisse de quelques gens très maigres, amateurs d’estampes et de faux rouillées.
Séisme est mot de couleur, cavalcade de verre où je discerne hourras et capsules.
Et ce vin sans axe libéré, ce changeur de vitesse, le parfum wallon.
Sésame, ouvre-toi.
Automne où des dandys conversent.
Clous ou briques, est-ce supplice, supplique?
Envol de bottes loin de ce sang très mince où l’avare compte ses cheveux, ses doigts.
De quelle caresse se méfier?
Sur moi, dort le hêtre lourd.
Vois : forbans pauvres, accourez, délivrez-moi des langues et des couleuvres, et coupez les anneaux, les cordons, les liens de noix.
Fourrez au fourreau vos longues queues.
Hissez le tintamarre noir, dès que je crierai «tumulte» !Qui boit cidre ou sang de bête voit les chemins d’Espagne.(Autos, traverses, gares, chapeaux),tout n’est que tout :l’équipe légère et sainte, la curée, la chasse aux doigts sous la robe d’été, la vieille et bonne attente ; qui me dit qu’un cèdre est un soldat ?(Dare-dare, les mots soufflent).Tu ramasses les papiers, les cartons que l’huile altère, et les pommades sur les croûtes, et les eaux de
Cologne dont tu aimais l’odeur (Carpathes,
Jules
Verne).
Plomb fendu des yeux.
Passe au bleutés cris de noix, tes sofas, tes boutiques.
Parle à des aveugles :Non, ne parle pas, engrange dents et voleurs, laisse à ta guise fermenter l’alcool ; le vin jette contre terre les arbres et les vitres et tu n’oses voir les seaux, les citadelles.
Ouvre pistoles, cargue mâts et bretelles.
Déjà, tu perds tout : les boutons, les marmots.
Qui comptera les pertes ?
Tu remontes vers
Paris : tout frémit (rotules, les ampoules sont œufs de poule ou boules de verre).Opaque : tombeau sans tumulte, où le gisant gît, deux jambes mortes, et deux bras morts.
L’huile a le nom sans sommeil de tel arbre debout, de tel arbre abattu.
Sous les ailes du nez, sous les ongles, sous les paupières : la poussière.
Sommeiller sous la peau, sous la nage des arbres, sous le village des arbres, dès que tu te tais, dès que tu ne regardes que.
Sommeiller contre un oiseau, dans la maison, dans les vêtements.
Sommeil-tumeur, sommeil en sang que les veines charrient.
Un nom de lèvre, un dessin de poisson au goût de.
Élève obéit.
Prévert.
Grave élève amateur de mûres, de ciseaux, de copains.
Élève larve, élève de lave ou pantin dont l’ignorance est la seule qualité contrôlée.
Jacques Izoard

Dénonciation du Corps – Elégie par Jacques Izoard


WILLEM DE KOONING

Dénonciation du Corps

Elégie

par

Jacques Izoard

Corps où les doigts, les femmes laissent, blanches, cent empreintes, où le goût du thé longe l’empire de la jambe, où tu vins, comme un laitier sans cri, sans nervures, libérer mon jade, mon corsaire.
Nous fûmes ce que nous fûmes.
Ton récit de trains et de roses, je le suivais, neutre et attentif.
Apparut nu celui qui parle, et glissent en moi l’arbre colorié, la haine alanguie, l’étui fourré de menthe; rêve en moi l’encre possessive (et ses fragments, ses incertitudes, ses continents, ses fracas, ses contemplations mates); je serre ton corps, qu’importe, le vois de la jambe à la jambe, le sais là de tous ses os, de toutes ses vieilleries, de tous ses organes sans nom, évanouis, essentiels pourtant.
Rompre, et pampre, ou pourpre.
Et pourquoi ce clair-obscur?
Pourquoi ce mouvement de la main qui écrit quand hurle celui qui naît ailleurs?
Et parole.
Et parole enfermée.
Tu bouges dans ta peau sans savoir l’aventure du corps.
Tu viens vers moi.
J’essaye de le croire, de l’écrire, de le dire, de le lire.
Ville enfoncée dans les maisons, dans les carcasses.
Tu casses le sang.
Avide, te voici lépreux sous les bras.
Que disions-nous de celle qui nous enveloppe, nous trompe ?
Fardeau de citrons et de socs, ton corps vers l’hiver déchire les linges oubliés, les turbans tachés de rouille, et le sang se répand sous la peau, plus vite, inondation nocturne, où le meurtre est vain, où les oiseaux plats filent ventre à terre, comme de folles guillotines.
Avare, tu parles, tu touches toi-même le papier, la peau, l’œil.
Et c’est une lenteur de terre fraîche, de tissu mouillé.
L’obstination mûre des sueurs, le calvaire sec du sang, la jactance insensée des prunelles ; tu tournes vers moi un visage qui n’est pas le tien; les poignets près des cuisses, les tuiles rouges où des gardiens battent des voleurs…
Dans mon bras, ton poing serre des touffes et des aisselles, des blocs de houille, des seins de neige.
Estaminet sans peuplade ou chambre de chaleur.
Jacques Izoard

LYRE. LIRE PAR JACQUES IZOARD


ODILON REDON

LYRE. LIRE PAR JACQUES IZOARD

Le bleu pâlit, touche la cuisse, plus vif entre la jambe et la hanche.
Entre les seins, le bleu exulte; autour des seins, je le vois grossir, enfler comme une bonne bête à dieu.
Le voici jeté sur la vitre où la tête apparaissait.
Quelle hécatombe bleue!
Quels bleus dégâts, quelles scissions parmi tant de franchises !
De haut en bas, la limite est tracée, rapace, chenille bleue, pour assouvir le papier, l’œil élu.
Du temps où le bleu était pur, dirons-nous désormais.

Un gris léger touche le regard, lui donne un poids de navire ou de fruit.
Que sais-je de ce que je devine?
Que sais-je du goémon, de l’écrasement que les jambes cachent?
Entre les jambes déferle l’innocence.
Et je comprends de moins en moins la lutte infirme du corps avec lui-même, la sagaie sous le crachat toujours bleu de la vie.
Les jambes en haleine, le papier les a nourries.

Léger.
J’ai.
Dans les mains, le vin caresse les veines.
Grumeaux de rouge en relief sur cet épais papier où tu passes ta vie.
L’haleine à givre est en voie de disparition.
Ils sont assis, remuent à peine, sont ensemble, assis dans leurs jambes, et leurs corps sont piqués de rouille et de bleu.
Un long bras descend vers la jambe où nul sexe n’entretient l’illusion.
Entorses et blessures, coups de toutes sortes, visages mangés de brouillard bleu montrent bien qu’ils peuvent à peine répondre aux questions sans ronces, aux questions les plus
simples.

Jacques Izoard

PASSAGE A LANGUE PAR JACQUES IZOARD


PASSAGE A LANGUE

PAR JACQUES IZOARD

D’ombre à langue, un seul quinquet.
Celui de la petite parole ou de la petite pupille.
Petite langue à la serpe.
Languette au fond du puits.
Langue douce, langue de papier.
Langue de boucher, de vitrier.
Langue de musée du verre étoile.
Deux langues disent la voix d’un double corps d’épouse.
Langue de dimanche au soleil.
Langue à l’affût des langues, des dards, des verges et des glus.
J’avance la langue vers toi, pli très doux du vertige.
Je la loge entre les lèvres les plus aveugles du corps.
Le bleu tassé inonde ventre et bouche ensevelis.
Mais l’herbe en masse étourdit le dormeur.
Le chemin de salive a longé la forêt.

Langue dodue, langue d’ailleurs.
J’arrache la voix du crieur.
J’avale la voix du voleur.

DIX ASSEMBLAGES PAR JACQUES IZOARD


DIX ASSEMBLAGES PAR JACQUES IZOARD

Assemblage de dents, de paille, de laine,

de débris de mors noir

qu’un travail exténue, de tessons.

Colle et encre, ensemble,

gardent l’odeur inouïe,

le nœud mou de l’ongle

et ce que tient l’haleine:

des taches de bleu

sur les mots malades.

Assemblage de pattes et d’allumettes,

de rotules et d’objets en étain,

déchets de jarres, de nerfs,

anciens croûtons de pain.

Haute salive où demeurent

la colère injuriée,

la fille, la bonne bouche.

Et les lèvres sans odeur,

le pouce les touche, les enduit

d’un onguent aveugle.

Assemblage des grains et des insectes,

des œufs et des filles,

des écoles et des sucres.

L’oiseau, la statue malade,

l’eau de pluie sur l’épaule

où vit le nerf blessé

achèvent l’histoire.

La laque blanche

dort dans l’hôpital.

Assemblage des jargons et des billes

quand les socs, les sources,

les outils à portée de la main

blessent les membres ou les branches,

prennent la craie

à hauteur des gencives

et donnent à mon épaule

un fardeau de citrons.

Assemblage du gel et du courre, de la femme assise et de l’arbre mort.
Le poing serre les phalanges.
Têtue, la vitre.
Hagard, le pâle désastre où la fille, la gencive ont la bête en elles, comme un désarroi.

À présent, texte ou texte
Déchets d’un plomb gris pâle.
L’écriture est métallisée, plus grise encore ou corail.
Décès du levier, du geste.
Assemblage de la matrice et de l’encre, de la sève pour tout dire, et du bruit qui s’arrête.

Assemblage des poutres et des haleines,

des mains de l’un, des pieds de l’autre,

des becs et des cheveux ;

les loutres et les verges

ont l’élan pour elles,

meuvent le feu aveugle

et le feu qui voit.

Seront ensemble

doigts et ciseaux.

Assemblage des chemins et des pas,

des pierres pillées, des fruits volés.

Bruits d’épines ou d’armes blanches

quand cesse tout frisson

sous la cagoule, sous la paupière.

Fracas de griffes et de tonneaux.

Les vêtements perdus,

en leur souffle, en leur silence,

cachent des gaines, des aisselles.

Assemblage du mot «langue» et de l’organe lui-même, dont la sourde ablation demeure incertaine.
Rien n’arrache l’haleine.
Et l’odeur du givre, cette maison l’enfouit dans le sel ou l’armoire, dans les vêtements usés du père et du fils.

Assemblage des muscles, des papiers,

des goûts et des gels,

des laines que l’œil choisit,

des herbes à la vie facile.

Assemblage de la jambe et de l’aine

où la main contient

le corps, la légende.

Un œil de papier dort dans l’œil.
L’encre est le corps dont on sait le chemin, dont le bleu dit l’absence.
Ici naît le vin que la neige arrondit que ma parole emporte en saccage infini.

La maison n’est pas la bouche : pourtant les dents cassent comme verre.
Voici d’autres denrées : guêpes, lorgnons, papiers, ancien gel de pommes, odeur de puits qui rôde.
Le sang en poudre serre le poignet.
Les femmes frottent l’acajou étouffé.

Les voisins perdent la langue.

Je vole le sommeil

du tambour, de la chèvre.

Combien de doigts les mains

ont-elles ?

Les bras tombent

quand le jour s’éveille.

Épaule au nom d’épaule, épaule où se cache le sang pour dormir, la fille te touche et te voilà semblable à l’épaule du vin que le sommeil brise.

Habiter en soi-même demande patience et clarté.
Où sont les vins, les vêtements?
De quelle pluie attendre bonté de fille, de voyage ?
Demeure allongé, demeure, couvert d’empreintes, de traces, comme un fardeau léger dans ton sommeil de verre.

Déjà nous attendons juin, et que les rixes craquent, ensoleillées comme tant d’autres appareils du corps: les yeux dans leurs loges, gloutons et sereins, les dents d’aix, les
sûres traces de doigts sur la jambe, entre les cuisses bleues-belles, longues du feu tapi.

Éclate le verre :

sourds et bègues, les arbres

et les donjons où dort

le pantin sûr de son venin ;

nulle masse n’est morte.

Déjà les filles les plus lentes

prennent d’assaut la chambre

De temps en temps hurle

un train de voyageurs.

À ce qu’on dit

je préfère

ce qu’on ne dit pas :

calebasse sans vergogne:

cette chambre oscille.

Les doigts mis à l’épreuve;

rouet blanc

de la main enroulée,

va et vient l’allongée ;

dans le poing s’engouffrent

les nerfs du jardin.

Pétrie, la rose embellit

mon odeur,

pétrifie prunelles et jambes

et déjà la voix longe la voix,

la voix perd ses ongles.

Les lilas, les nerfs la main les touche; la maison dans le poing serre les vieux habits.
A présent, l’embellie, la jambe exacte.
Et tu respires sans y penser.

Les revêtent, les aiment.
Le sang imbibe chacun d’eux.
Chacun d’eux loge l’autre quand dort la voix, quand le verre mince arrondit l’œil, caresse le camarade.

Tu demeures vigoureux quand les dents mordent la vitesse nouvelle des têtards nombreux, des pâleurs d’oxygène.
Ah !
Tu perds l’ouïe, tu plonges dans ta main (souvenir d’ivraie, de suc !).
Voici l’eau mûrie, la verte innocence, et laisse le corps assembler la neige !

.. et dans la vieillesse, et pâle.

De temps à autre un mot

plus bleu, comme vide,

et qui veut dire

le sang léger à la tête,

ou le froid très clair

qui saisit l’haleine

et brise le coude…

et, parlant bas,

parlant très bas,

les vitriers de lin.

… et le pouvoir des muscles

engrange la chaleur

dont tu sais la bonté.

Dans toute la pupille

elle verra le pays,

les outils, les merveilles.

Mais ne dis pas le nom

des os et des vallées.

Garde pour toi

la longueur déchirée

de la main sur la jambe.

… du corps joint à celui qui part, qui revient vers lui-même ou qui s’endort croyant voir les objets, les muscles, les petites maisons serrées l’une dans l’autre, ou les doigts
fidèles qu’on oublie, qu’on jette loin de soi…

Dans ta vision, l’encrier

bleuit pupille et paupière,

chats d’Espagne.

Tel opticien de papier sourd

frappe la main,

ferme la fenêtre.

Tu traverses l’obscurité

où l’œil meurt au centuple.

Sois toi-même pantin : touche la très sainte glaise, offre à qui t’aime doigts ou coquilles.
Il faudra caresser torse et jambes.
Arrondis le sang, la sève et bois cidre en
Espagne dès que l’ombre est fragile, dès que monte à la tête l’odeur de bleu moulin.

Les marchands d’almanachs sont amis des merciers : c’était à
Liège en 1602.
Boiseries croulent et tout n’est que poussière; pousse en avant les bras : le noir te mange et c’est l’hiver, l’enfance à facettes.

Tu es de bon renom : l’odeur des pommes te plaît, tu caresses l’âtre et la vitre…
Afin d’obtenir douceur tu parles à voix basse.
La maison où tu loges est fourrée de papier : tu dois t’en souvenir : fabrique seaux et bouteilles, dors, tu dors, meunier de vin, pouce du pont des
Arches.

Corps disloqué puisque

nerfs disent nerfs,

jambes, jambes.

Corporation bleue des citrons,

des touches volées, des sucreries.

A-t-on donc sucé

le sang des merciers ?

Obéis à l’agneau.

Celui qui vend du cuir

ne peut qu’être benoît.

Quand le bras dort,

la jambe allonge le sang,

la cheville s’appelle
Mathilde,

coupe le sommeil.

Le pied court.

Plus que jamais le pouce

est fourbe et gourd.

Si l’épaule t’appartient,

lève le bras : main,

te voici transparente

dans le commerce du sommeil.

Chaque empreinte

est, sur la langue,

tampon sourd de salive.

Sois sommeil enseveli, sois enfant très mince ou feu jaloux : maison vole ou réveille le pouls pâle et glacé.
C’est l’Amblève qui parle et le moulin qui rit : le corps fait boule, rondeur de sud, se coule en la clarté d’un voleur aveugle.

À bec pointu, langue dodue.

J’ai, dans mes longs poils,

un objet de ténèbres,

la douille de l’œil.

Mes griffes, mes lèvres

ont la douceur obscure,

ont la douleur aiguë

du miel, du dard.

Les femmes frottent les coqs,

les gens couchés dans l’herbe.

Sûr disciple du citron, cède à l’œuf ta rondeur, enseigne aux tambours le cri du coq.
Et le village et l’épaule vivent en commun.
J’étais sur le point d’être nerf, vacarme.
Attends :

la voix replie ses ailes, dort de tous ses a, fait la jatte engourdie, le héron sur un pied.

Mai, comme l’hiver, sans grave courroux, prend les vitres, les gares.
Avons-nous serré filets et tas de noix dans les greniers ?
C’était, vous dis-je, la liqueur pâle à la bouche, qui amincit le corps.

Faits observés :

chemin de mains et de papiers,

va-et-vient de pupille,

de doigts le long de doigts,

fontaine dont on ne boit

ni l’herbe, ni la langue

(y passe le feu glacé

des cerises, des sifflets !).

La maison d’aujourd’hui

contient le sang aveugle.

Profusion de pattes : voici l’herbe arrachée; le patient s’affaiblit dès que l’aveugle entre dans la maison menue.
Projette salive.
Nomme

avalanche d’haleine ou pression de pouce.
Quel vaincu saisit la soie métallique entre les paupières ?

Plan d’attaque :

verre ou casse-cascade,

enfin, les merveilles, les monts

dont nous sommes les gardiens,

les sauveurs débonnaires.

Et c’est la lutte :

cherche à saisir la jambe

dont le sang pèse lourd

dès qu’on abolit

la main livrée au rêve.

Sourd, tu respires mieux.

Tu fais face au sarcasme

des cheveux et des lèvres.

Paralyse l’eau : tu seras sans outils, sans demeure blanchie, sans liens autour du bras.
Tire l’arbre à tâtons vers le ventre où tu dors.
Les mots sont mécaniques.
Le vin, dans sa victime, s’empare du poing, visite l’estomac pâle et la maison des guêpes.

Donne à ce conseil

le juste équilibre:

l’embellie, la foudre

seront sœurs.

Et tu veux toucher

les objets cousus, les pelotes

dont les épingles

ont des dents de hiboux.

Tu ne peux connaître

l’étendue du pays :

ferme l’épaule hâtive,

serre l’œil dans son habit.

Retrouve en ton sommeil

mille poings, mille pattes.

La femme naïve étreint

le garçon qui ne peut courir :

sors la langue, donne

au premier venu

les yeux, les mains, les jambes

L’embuscade est tendue

au-delà du genou.

Enveloppe à bon escient

la bête en sa vigueur. « 

… et la langue y persiste,

y pose douceur vaine,

tandis qu’au pressoir,

dans le jardin de chaux,

les ouvriers savent

ce qu’il faut de travail,

de cris, de halètements,

de mouvements sans fin.

Qu’adviendra-t-il

des jarrets et des coudes,

des vêtements usés, des faucilles

dont l’odeur déchire

la vitre du papier?

De jambe en jambe, jambe d’ivoire ou de bois, jambe de sel ou de
Jean, jambe de peau de bête.
Tiens la jambe et caresse le pied bleu ou bot.
Qu’est-ce qu’un soulier?
Le lieu où le corps perd l’espace, où le talon de verre, d’un coup à la tempe, tue
Cendrillon.

Outils et pains, coquilles sont partout dans la salle.
On dirait un pays noir du souffle des oiseaux.
La serpe à l’affût ne craint pas la chèvre.
Tonneau qui roule perd paroles et citrons.

Goût du goût sans bleu, goût de la veine, de l’haleine dont tu es léger, frère sourd du feu.
La main dort en elle-même.
Elle touche, ce jour-ci, genoux et cadenas, ou chêne.
Tu ne sais pourquoi tu as le mot judo à la bouche.

… doit boire la lie.
Si la jambe a sommeil, mille points de rouille pillent le corps entier.
Il pleut à verse: gueux sont les doigts.
Hébété, tu cours, car les couteaux tirés sont posés sur la table

Herse blesse.
Féminin, tu parles : c’est le décès du chanvre, dès que tu tiens à la main tel jouet au sang gelé.
Tu casses le papier liquide.
Par temps chaud, tu meurs.

C’est une bleue.

Tu la voyais sur la langue

tenir chaque doigt, chaque objet.

Tu la voyais dans l’œil

garder bonne contenance.

Adieu paniers, poitrails,

gens de sabots et de bouteilles !

Toi, tu te tais :

tu es blanc

comme une
Agnès.

Accord des oiseaux et des arbres sous les tambours nus ou sourds.
Accord des cœurs et des herbes, quand le rêve des enfants devient un puits sans fond.
Accord de la jambe et du sexe, dès que sont criards les porcs, les poulies, les voix.
Accord sous l’eau noire.
Accord sous l’enclume.
Quelques morceaux d’enfants sont dans la noce rebelle des soldats qui ne meurent pas.

Abus glouton des poings qu’on serre et qu’on écrase !
Nain cousu, je respire dans le tambour sans portes, dans l’eau allongée.
Chacun parle à l’autre du temps passé, des ouailles, du pouce gelé, de juin.
Vivat !
Vivat !

Vois en toi-même : l’autre bras t’entoure ou te passe corde à la jambe.
Et tu ris d’avoir volé le sang du voisin.

Te voici long ou bleu :

fête, en ce coude,

le bras, l’avant-bras.

Le territoire allongé

(ou qui s’allonge)

est fleuve ou cité:

les poings dans les poings

hissent étendards et renards,

cris empaillés, fracas de rhum.

Dort dans mon oreille

celui qui fait le sourd.

En la ronde ardeur tu fais le sourd ou le muet.
Crains-tu l’approche de la main, de la jambe ?
Le corps grossit dans l’eau, coupe le pouce étiré, donne au pauvre sabot brassée de ligaments, pas perdus de papier.

Housse où vit le corps :

l’aveugle en bleu

n’y voit personne.

Nul voleur n’y vole

un peu de sang.

Nul toucheur d’épaule

n’y cherche un amandier.

Qui j’ignore

mesure la longueur

du pouce et de la jambe.

Mais la langue fait coquille

près du cœur, près du poing.

Dit : en ce temps-ci, la main ne tient outil que par méprise.
Récit : haillons dans le sel, amis coiffés de petits ânes, tels sont pensers d’ici.
Constat: chef du vignoble ou du corps très blanc…
L’aisselle où tu vis, la main la creuse, y fait pelote ou soleil.

Étendue du corps par où l’on regarde : ainsi l’œil, petit appareil, fait patte à tout venant, lèche le bout du feu, l’extrémité de la jambe, ou la langue qui
appartient à ma langue, laquelle est dans la langue du gel.
Tire vers toi l’échelle, oublie le nom des doigts, l’œil-index, l’œil-pouce, enveloppe de bordeaux tout le métal des ormes.

Langue brûle.

Petits os de main

sont en petits morceaux.

Jambe est séparée

du corps.

Poing serre poing.

Doigt droit

touche pouce;

au pays nerveux,

on pille déjà.

… j’attendais que la main

soit chèvre encore, ou touffe

de mimosa dans les yeux.

Ma fille fait bien

de se tenir tranquille :

et ses cuisses et ses coudes

attachent le corps.

Et voici la langue,

élève humide et dodue,

court chemin

des dents à la racine.

Corps de logis : rouge à l’aisselle.
Au creux du genou dort la tache d’encre.
J-es marchands avaleurs de bêtes ou de sonnailles te poursuivent, alléchés.

Et voici qu’un grand couturier me prend par la jambe et me conduit vers les noix entassées dans la chambre.
Y a-t-il déjà, dans ce sac, les outils

amoureux de rouille, les roues dentées, les flacons ?
Longe de la main l’anorak bleu, le moteur.
Nous parlons,
Hélène, d’un parfum cousu, d’une aumône.

La main droite

est la main de la main gauche,

comme l’œil gauche

est le voisin de l’œil droit.

Voleur, tu caches

l’œil central.

L’œil ovale

n’est pas l’amande

qu’on serre entre les dents.

Herbe où les nains cherchent ma jambe.
Herbe où les nains cherchent mon cœur.
La faux coupe en quatre le trèfle et le thym.
La montagne est belle dans l’œil de
Nalôn : cinq doigts caressent une lampe de mineur.
La rivière arrondit cailloux et remous.

Je me servais des bras pour franchir l’orifice et clouer au papier les plumes, les épingles.
On demande la faveur de mourir, de détruire l’amande en fusion, l’œil écarlate.
Tous les objets cuits, les fouloirs du peuple.

Est ou se tait.
Demeure volé, caché, sous

on ne sait quoi.
On tient en vie comme par.
Et déjà le froid, déjà les mains, les jambes abondent.

Enfant coupé du nord au sud,

voici tes bras vus de l’intérieur.

Tel juin, le laitier meurt

et les passants verts attendent

la venue des jacinthes, des tambours.

Aurait-on pu penser cela ?

Ouvert, le corps entre

en respiration lente et sûre.

Elle a raison de s’éloigner,

l’haleine.

Elle est dame légère,

on ne la voit jamais voiler

la cécité des guêpes.

Dans l’ongle où jacassent l’oiseau menu, le feu plié, se cache aussi le dé à coudre.

Cesse de couper le fil de laine.
Cesse de limer l’œil : maints plumages caressent le regard nègre.

Jacques Izoard

BASSE OURTHE ET GEL PAR JACQUES IZOARD


BASSE OURTHE ET GEL PAR JACQUES IZOARD

Déjà, les sucs émeuvent les enfants minuscules qui vivent dans les souches, les dés à coudre, les très petites boîtes d’allumettes.
Et nous osons longer la longue eau glauque.
Je romps le soleil de laine qui cache mes bonnes paroles.
Fragile tige de verre qui relie deux tempes.
L’évasion nous tente et nous courons toucher la menthe amie, l’herbe et ses scalpels, ses étendards aigus qui blessent les mains. 0 soleil sans souffle, te voici couché sur la
rivière, te voici noyé, doré liquide, écho sans tumulte, iris pur.

Corps hérissé: ficelles, bagues, fils de fer…
Le cœur d’un castor bat.
Les vêtements dont dieu tissa velours et flanelles se déchirent, s’éparpillent.
Le genou paraît bleu.
J’ai caché les échasses dans l’armoire en noyer.

Village: boule de maisons.
L’odeur blanche des tilleuls ameute bras et jambes.
Je passe la langue sur celle de l’agneau.
Le bleu monte à la tête.
Le tambour bat les tempes des voleurs de garçons.

À beau moudre

un cri d’oiseau dans sa cheville

celui que pique un coq…

Dès qu’un château flambe,

un enfant rêve.

Dès qu’un chemin se perd,

parmi ronces et rocailles,

bat le cœur, bat le tocsin.

Les doigts posés

sur les doigts : mûres

et pêches douces, et grenades

ont des noms de fruits.

Le pain fomente

complots bleus, provoque

cris de cris.

Et sonnailles de pleuvoir !

Parole de fil blanc

cousue de verre ou de liseron.

J’entoure ton corps

sans savoir qui tu es,

lampe où l’été

est torrent de poissons.

Pille tout: les œufs, les outils,

les vêtements

qu’on ne mettra plus.

Les doigts toucheront

les nouveaux doigts.

Pouces, pierres, pupilles

ont des souffles cachés.

Je les connais à peine:

je dors dans mon sommeil.

Tu tiens à peau de loup

la rivière dans ta nage.

Et voici nos habits déchirés.

Le cidre et l’oiseau

sont à nous.

Nos yeux nous appartiennent.

Salons carcasse et pain.

Suce la langue

de celui qui t’aime.

Pose le pouce

au milieu du dos de la main,

près de ta belle veine.

Et sois noir.

Déjà, tu changes

comme à chaque essaim,

dès la mort.

Contradiction du cœur

d’un coq-bulbe:

le mien devient sourd,

a de longues pattes,

au lever du soleil

est de verre.

C’est la rançon du souffle.

Automne.
J’erre

de herse en herse.

J’accours.
Je cours.

Je couds ensemble

doigts et cheveux.

Dans l’œil, la rivière

caresse le regard,

à l’insu des fileuses.

Qui veut me dire ou qui

me dira «j’étouffe»?

Là, dans le poing, le sabot,

là, dans le dé à coudre

où vit la flamme amenuisée.

Ronce, le feu.

Liesse d’eau.
Bel engin

qu’un colporteur de quilles

porte sous la peau.

Le pouce cherche l’ouverture.

Tombe le sel où le sel

n’assourdit ni la langue

ni le bleu couteau du savetier.

En parlant d une arme à feu, j’embrasse un feuillage.
J’étreins l’instrument qu’un enfant fabriqua, l’objet long de l’angine et du serpent à plumes.
Je surprends l’horloger, le maître et son enclume.
Déjà, les échines, les exils annoncent un bel hiver.

Médian, le vif.

Cœur très sûr dont le feu

enveloppe les doigts réunis,

enveloppe la langue de miel

Découvre émail ou molaire.

Sois détaché,

sois en
Asie,

debout, debout,

dans tes jambes.

Empêche la soif d’être à la bouche l’empire veuf.
Demeure très sec, à la limite de la peau, comme opaque.

Le givre affiche.
Le givre est rond dans l’odeur de l’œil.
Tu veux venir chez moi laver le feu, boire à l’aiguière, emporter l’étau.

Noueux mars dilettante voici ta graine.
Quel pouce te garde au bout de la quinzaine?
Dur noyau d’hiver enveloppé de laine.
Corps à quatre sangs dont la cheville s’enfonce vers le pays coiffé.

La ville de cent maisons est mangée de machines.
Nul puits n’y protège le cœur et sa flamme.
Billots, sacs éventrés, à vau-l’eau font vacarme.
On croit apercevoir des filous noirs de suie.

L’haleine halète et le feu sourd

sous les ongles et les paupières.

Je traverse la peau des autres

et je serre l’instrument bleu

que ma langue aspire.

Ô moulins des mains, des bergers.

L’étrave et l’écharde

sont sœurs de lait.

Le dieu dans la bouche

est mon sifflet d’ivoire.

L’haleine est feu d’herbe : en silence, je lève le bras, je parle ou je marche. Étrave qui me suit.
Bel ami d’hébétude.
Avancée du pied, du genou : le buis tourne, et l’âne, au jardin des ânes, est le bon dieu de tous.

Petits mots : poivres, moineaux.

L’haleine à fleur de peau

court la prétentaine.

Dès que la langue allume

sébiles, escarcelles,

nous vivons.

Le corps nous vide

en chacun de nos pas.

Le
Bien
Né se penche

et l’étang l’attire, l’embrasse.

Un seul étau broie les tempes

de qui s’habille de blanc.

Je vois ta peau mince

et, sous elle, pays de verre:

on n’ose rien toucher.

Le moindre souffle :

ton regard fragile.

Salée salive…

Coulée de gel

aux commissures des lèvres.

Bonne abondance

de jus de mûres.

Je l’appelle du tréfonds,

je la sens venir,

inonder la maison

dont je suis le furet.

Siffle salive.

Nul rouet n’abandonne

le long fil

des lèvres et des paroles.

Nul templier n’insulte

la bouche creuse, le sabot.

Le feu mince unit

ma jambe à la tienne.

La salive en petite écume est belle en elle, elle bouge à peine, elle est salive, ou vêtement léger peint sur les lèvres. À fleur de peau, je la suce.
Elle nourrit le bonheur de la langue éphémère.

J’entre un doigt

dans la bouche du dormeur.

La salive me happe,

me lèche la peau.

Un petit venin me tire

vers la calèche

que le cœur accompagne.

Jacques Izoard

LA MAISON D’EPINGLES PAR JACQUES IZOARD


LA CHAMBRE BLEUE – SUZANNE VALADON

LA MAISON D’EPINGLES PAR JACQUES IZOARD

Dans la maison d’épingles, l’ami de tous les jours est un garçon très pâle.
Le saint bras m’attire vers les vêtements bleus.
Le givre avale cru paumes et pattes.
L’hiver étreint l’embrassée, la cloue au papier peint.

Le sifflet d’ivoire appelle
Adam de laine ou susurre l’embellie. Évanoui, le val d’août.
La mort se meurt dans le bleu des rivières. À moi, cris fluides !
Sorciers d’osier ahanent sous les coups du tambour..

Broc noir; table ronde où les farfadets déchirent mon corps, ma lumière.
Trois mètres de bras suffisent.

Le cou de l’embellie, je le coupe à l’aube.
Il en résulte un saccage de voix, de vêtements.

J’assomme le sommeil.
Je vis dans l’œil de verre d’un aveugle innocent.
Meurs en moi, je l’exige, tatoué de poignards, de fleurs.
Nous marchons en nous-mêmes, nous usons notre peau sous les paupières qui bougent.

La salive endort la fée.
Les mains glissent sous la peau.
Le bras d’épines de
Jean vit dans mon bras gauche.
Ainsi va la rivière : elle chante et s’étonne.
Sous l’aisselle pousse l’aile d’un voleur de
Dieu.

L’aveugle et l’aveuglette lacèrent le bandeau noir.
Et qui veut entendre ma voix pleine de sable?
J’avance à pas prudents : mon corps est envahi de jambes et de bras.

Mauve ébriété des cygnes.

Quel talion me point ?

Quelle aiguille me traverse

de citrons acérés, de béquilles?

Je suis vu des voleurs,

je ne suis plus nu.

Les herbes me caressent

sous le ventre et la main.

Je bois le venin gauche.

Et la flûte effilée

répand l’encens, le nard.

Salive et neige et coq.
Deux lèvres se serrent.
Les mots nous quittent.
Il appartient aux doigts de caresser la joue…
Dès que nous aimons l’herbe, les hiboux nous attaquent, lacèrent nos vêtements, nous prennent le cœur.
Mais nous ne tremblons pas.
Nous commençons nos nages.

Douze instruments frappent

le coude et le cœur,

la cheville qu’on déchire,

le doigt qui sait tout,

l’épaule amie des fées,

la rotule qui roule,

qui n’amasse que la mousse,

l’œil amoureux du vent,

le pouce pansu, petit ogre,

le cheveu sans fin du rêve,

et la paume des quatre mains,

le sang-froid de l’aorte,

les douze mois

des lèvres et des caresses.

Dans la deuxième phalange, une fée meurt de faim : dés à coudre et rémouleurs, paniers de bleu, sauterelles, voilà nos objets, nos talismans.
Je rêve d’un rêve de rêve, d’une maison dans un miroir, où le feu nage et se noie.

Dans la chambre étouffée,

amoncellements de bras, de jambes.

Un anneau d’or autour du sexe.

Et l’isoloir des guêpes

se remplit de farine.

Voilà le sommeil

gonflé d’escargots, de prunes.

Le papier fin meurt.

Nous n’ouvrons à personne.

Le souffle du mort me touche la peau : j’allonge les jambes.
Un encrier sans écolier garde une odeur de sperme.
Et j’assaille en douceur un corps de sable.
Un chandelier brisé lèche ses propres flammes.
Quelqu’un dort dans ma main.

Maison d’épingles de marins, ou huche d’épines, ou amandier.
La coquille de verre protège la boule noire du sommeil.
Goûts de miel, de marie-jeanne… Éparpille donc ici les yeux ou les jonquilles.

Langue de loup.
Nous conversons, lucides.
La tempe est un parvis.
Cœur: caillou glacial.
Habillons les doigts d’habits de bagnards, de sabots d’aveugles.
Dormons dans la sébile d’un voleur de noix.

Je lèche tes lèvres :

voici le cuir, la craie, l’huile.

Les tables de bois blanc

sont chargées d’hirondelles.

La meule me fend la peau :

je respire, je ne respire pas.

Ote la langue.

Un grand mot blanc tombe.

Un feu rapetisse

dans le sabot des fleurs.

Écrire sans respirer :

deux chevaux sur les épaules.

Écrire sans bouger :

sur le verre ou le papier,

une haleine d’amandier, de fille

efface ma paume.

Et si j’écris sans écrire,

les liens du lin m’étranglent,

et le rêveur ivre attise

un feu de nerfs ou d’osiers.

Thym sans écharde.
Un torrent de souffles vit dans le bahut.
Qui dort dans l’œil de verre d’un coquelicot naïf?
Qui fabrique un engin de joncs, de fils de fer?
Au nom des cinq familles, je vous parle d’encens, de pas perdus, de pieuvres.

La femme en haleine aime la verveine et la pie.
Déshabille-toi, frégate !
Un peu de vin souille le sein, la serpe d’or.
Qui touche mes mains devient sourd, aveugle, objet de métal bleu sur le lit du mort.

Dans la coque ou la gousse, je dors sans oiseaux.
Cabaret de salive, dérive, désastre…
Et je lèche et caresse ton corps, ta folie.
Dans l’herbier, le nain accompagne la rivière.
Je suis seul à piller la maison du laitier.

Dans la maison menue, je frotte serpes et chandeliers.
Je mange la suie bénigne et deviens taupe en or.
Quel feu pétille sous l’ongle où ma fée me caresse ?
Quelle bosse de bleu bouleverse l’horloge?
Langue de chat me lèche.
Un peu de sang vacille.

Étaux et cordages, osselets.
J’énumère sur les doigts membres et falbalas.
J’occis le cœur du feu, caressant les mâts des lèvres et des herbages.
Respire sous l’ongle, géant mince du sang.
N’arrache pas la peau de celui qui délire.

Bande l’arc du bègue

et entre la langue

dans la bouche d’un rêveur:

voici les buis et les merveilles

La pluie, la peau nous lient:

nous vivons sans haleine.

Voyou bleu indicible

en chemin de fer,

les essieux qui crissent

lacèrent ta peau.

Nous arrivons à
Liège

et c’est le carnaval

des marmots, des hélianthes.

Le fou rire éperdu

d’un jean-foutre en blue-jean.

Essouffle.
Des rêves, lentement.

Le froid mord le nain.

La tragédie à la renverse.

Et le moteur très doux

de la paume empalée…

Je sais retenir l’œil

qui roule pupille.

Un seul envol de linges

m’extirpe du lieu fatal.

Don
Juan désuet pille

verreries et châteaux d’eau.

Faut-il mettre à sac

nos gosiers, nos grossesses ?

Pourtant, le sperme est doux.

Blanchira-t-il encore

ma voix dans la tienne ?

Invente aussi la roue: elle est de laine dans l’œil, de tissu mince dans le pied, de poudre d’or sur la main.
Nous cachons dans les tonneaux nos fardeaux de neige.
Nous jetons nos carcans de gel.
Ramasse la rotule rouge.
Demeure assis dans la cheville.

L’épinglier dort ici sous la voûte et la plante.
Sifflement de ciguë, feu doré du pouls.
Les pommes, par centaines, roulaient dans la maison.
Je nage !
Je nage !
On entend crier: la neige ! la neige !

Dans la chambre minuscule, cent sabots sont rangés.
Quelques lampes à huile ont le poing levé.
La blanchâtre amourette, l’osier sourd de l’oreille, quelques trésors plies en quatre
Un serrement de trèfle autour du cœur.

Jacques Izoard

OURDIR LE BLEU PAR JACQUES IZOARD


OURDIR LE BLEU PAR JACQUES IZOARD

Ourdir le bleu

dont on possède l’ombre ou la clarté.

Les savoyards logent dans la maison croquée.
Comme l’étain.

le cuivre est sourd :

cruches et tabatières

en témoignent.
Passe ton chemin.

porteur de coquilles.

Ensemble de tracés, de clameurs.

Les genoux ont des coussins.

La sombre, en son poivre,

est fagot de sureau,

blancheur mourante.

On ne peut que voir

à petit feu.

On ne peut qu’annoncer

la langue et sa manœuvre.

Nerfs dont on ne sait ni le nom, ni le chemin, ni la rivière fluide, nerfs de laine ou de foin, nerfs, je vous appelle.
Vous longez, silencieux la main, la jambe.
C’est le cœur qui vous tient serré dans sa lumière.

Cri mâle ou parole qu’on jette aux ajoncs !
Souvent, le souvenir.
Souvent, la récolte.
Quinquets et sabots sont dérision.

Grondeur intègre et bleu.
Les plantes et les veines emmêlent tiges et cheveux.
J’arrive au sommet du mont : le clocher dressé, la fièvre.
Opaque devin qui me traîne.
Les pirogues ont des mains papelardes et des éboulis muets.
J’élève l’élève, et la langue, en ce moulin moelleux, fait figue, fait flèche.
Et c’est le démêlé très doux qu’on suppose en la cosse.

Vin chantant.
Toupie.
Lave l’œuf à grande eau.
Bonnet de laine ou grain de blé.
Bon sabot plumé.
Ou orge, ou gorge.
Ou orme assouvi.

Maisons de papier, de foin, où vivent ensemble arbres et mulots, voici vos villes, vos étreintes
La poutre et le carreau ont mille raisons de craquer, de fendre toits et portes.
Au jardin, le linge prend feu pâle, capture en vain papillons ou mains.

Tout est bon : le lierre, les murs gris, le feu franc, les lèvres et les jambes.
Nous irions voler, dès qu’aube tombe, chats et bestiaux, femmes sans langue.
Et je marche à travers les souches mates, les sapins, comme endormi, palpé sous la peau, animal sans ombre.

Le doux appareil frotte le linge contre la main.
Et nous sommes sûres de voir muscles et tendons.
Fallait-il amincir la peau fine et les ongles ?

L’œil sans cloison n’étouffe qu’une clarté sans famille.
Me voilà dans l’épaule.
Me voilà dans le talon qui claque ou qui ronronne.
Partout, les mains dorment, frêles et liquides, dans le geste enfermé d’un dormeur bleu.

Touche toutes les armes

l’orange et la chaux,

la douleur très ronde

où l’œil est un puits,

le genou dodu, la châtaigne.

On verra le pays

vivre dans la querelle

du charbon repu.

L’écureuil poursuit jabots ou crécelles.
Claque un cabaret !
Mon timon noir ameute les filles, les femmes.
En chandail jacquard, je fais le jade, franchis l’éventail du coq et du pou.

Chacun des bras, chacun des doigts.
Y compris la cuisse et le genou, la maison, le papier, l’enclume, et l’odeur ovale des arbres, le lait qu’on avale.
Papiers à grandes jambes dans le ruisseau vert.
Repas de grenouilles.
Jambes courtes du sang, jacquemart bleu d’amblève, amande en langue de chat.
J’allonge en vain le cœur jaune: jambe de bois n’ose.

Bourgeons ronds, menus grains

dont l’œil s’emplit.

Et c’est la pluie

dont nous aimons

les liens, les pattes,

les boules de nerfs.

Déjà, plumes et châtaignes

font rouler l’ombre :

on dirait qu’un soleil

meurt noyé,

qu’un enfant court

dans le parfum des aulnes.

Oubli gelé de la sève très blanche, l’hiver.
C’est ici le lieu, la rotonde.
C’est ici le lieu.
Nul ne se cherche un visage : flots de givre en mon ventre, flots d’étoffe, de graines, ou de grains coupés en deux.
Les enfants font des rondes, avalent des poignards.
Mettront-ils à feu et à rêve le home des voleurs ?

Langue avide vers le couloir que défend la herse aux oiseaux froids.
Déluge emplumé des yeux, dédale de doigts très fins.
Dans la maison ronde, l’arc du borgne, touche le cœur.

Nous vivions de laine,

de crayons de couleur,

d’eau fraîche, d’estampes.

Les fenêtres en papier

n’étaient pas des tambours.

Nous aimions le candi, la cannelle,

les femmes sans bras,

les garçons sans regard.

Muscles doux et volés

sous la peau qui caresse

la peau, qui coupe

le souffle.

Court projet des doigts,

des dents à la carie.

Salve de salive !

Donc, tu vis, tu choisis

la maison détruite,

ses poutres, ses mannequins,

l’empire de la main nue.

Péroné rouge, te voici, long sous le gel, outil de longue taille, cassé deux fois, vers midi.
Enfant de petit doigt, nous aimons ta nage et clamons à cris nus : feu logé ! vaste neige !

J’avoue qu’un ouvrier serre le plus grand talon, conserve un outil bleu le plus longtemps possible.
Vive épreuve, action de neuve envergure, où l’arbre est debout dans la bouche du parleur.

La main laisse à la main la paume et les dix doigts, la femme ou l’étendard.
Viens à moi, fileuse, fille sans recours…
L’épaule gauche est la bosse du deuxième cœur.

Coupe en quatre lèvres et cheveux : l’épingle est visitée, le sabot parle bas, le chemin fait le tour de la chambre et du cœur.

Langue à vendre

ou œil sourd

dans un panier d’aveugle…

Et va la veine

au cœur.

Et dort le dormeur

dans le poing, dans l’oiseau.

Le feu volé, je le donne à ce parleur dans une maison vide, à ce marcheur très doux dans une forêt touffue.
Et je coupe les ciseaux.
Je ne tranche pas le cou de la femme que j’aime.

Connais-tu le figuier?
La clarté sans couture vit dans la bouche.
C’est la femme endormie qu’il faut suivre: la rivière l’assouvit, la très pâle enchantée, muscade en son parfum, l’éveillée sans retour.

Jetais cavalcade ou sel pur dans le chemin des veines, le chameau de l’aiguille ; forêt, je salue tes étais, tes papiers fondus. À mamelon entier, je préfère
demi-sabot, quenouille, ou grenouille dans la bouche: c’est soleil, c’est fracas d’eau nourrie de viviers, de vive nuit, de vin clair qu’on a bu dans les fermes, au fond des puits glacés,
claquant dents et scies; marchez vivants, enfants de laine, dont les yeux sont jouets de cerises, et caressez goupils et filles.
Orée des cheveux.
Orée des mains, des chemises.
Mentirai-je sur les doigts?
Je fuis à courte paille au sommet des maisons.

Carcans et châssis font ténèbres.
Chassent la peau, la neige, et j’essaie de retenir bras d’enfants, chenilles, paupières dans cette chambre où, finalement, tout se joue: le vivre à perte d’œil, le nourrir
en son melon, le grossir en cette potiche gardeuse de billes, de pièces de monnaie, de fragments d’ongles de jade !
Exulte le chant très franciscain.
De l’attente enfiévrée, je sors très pâle et seul, près des ciseaux primaires.
Des masses de foin fondent.
On entend les osselets crisser, les drapeaux coudre leurs couleurs.

Car si je scie le doigt, je scie le feu, la flamme femelle du corbeau: anis, cannelle, pépins, levain, radis, poivre, voilà plus qu’il n’en faut pour survivre en ce cocon
touffu.
Tout fait farine à
Iveldingen.
Je me souviens: j’essuyais les cheveux, les vitres, les carreaux, les verres laissés à terre, que les bafouilleurs avaient oubliés.
Et nos enfants juteux marmonnaient maints embrouillaminis; lève un seul sabot: la houe rouille.
Fourre de papier le mannequin que tu portes sur le dos, tel un nain tatoué, un frelon nu qu’on châtre sous le préau.
Allonge un long membre dans la maison des doigts: lave le va-et-vient qui meurt dans la mort.

Coquin vêtu de vert, je t’embrasse en tes balafres, et te crie: scie les mains et les sabots, et cherche en ton chien les plumes ennuagées.
Viens avec moi: la peau tire les genoux vers les yeux ; je tue le feu, le linge où vit le plat papillon du front, les charbons délavés des veines, les pupilles mates des bambins
qui vont à l’école.
Et je me dresse, et je hurle à la hâte les indistincts mots du pus noir.
Voile, voile l’orage, l’organisation des pas du sable et du bois.
Rêveur chaud que la menthe assouvit, vis ici parmi les encres et les chiffons et les fragments de peau; pulpes, verrières, plantes grasses, émaux n’étoufferont pas la petite
femme dans la savonnette.

Opaque lointain.
Montagne en neige.
Le papier noyé boit les mots où la femme en lèvres fend le cuir dont tu sais les tendons, les mortes frondaisons.
Mirabelles dans des paniers de lin; fleur d’amandier dans l’œil.
De quel époux se séparer?
Je touche outre.
Au-delà des doigts, l’orfraie ou la haie fïleuse et ses chemins poudrés ou pointus, qui vont vers les étangs piles, les miroirs gredins, les puits vengeurs, d’où
sortent des brassées d’enfants minuscules.
Ah!
Sommet de nos centaines de vitres, de nos moleskines, de nos trajets coupés en huit.
Février est un homme court.
Les doigts pendus aimaient les doux vernis d’Isabelle en gris, les cœurs de jade ou de
Jacques.

Ma campagne passe par l’œil dont tu cousais l’étoffe, la blancheur canaille, la prunelle.
Et les cloutiers rêvaient.
Et les dormeurs, appuyés aux échelles, aha-naient.
Fruits duvetés des pommiers, la coque est pleine.
Hors d’ici, voleurs de filles; qui secondera les bras courageux de l’hyène et les efforts du grand cheval bleu?

Pourvu que j’écrive «froidure» ou «demi-sentier» ou «carcasse» ; haute givrée, la voici onglée sous l’œil jeune et je ne sais lui parler,
mangeant les mots qu’elle donne, hurlant «scalpel» , matins ouverts dans une maison, dans un oursin, dans une espagne à l’envers, où le nalôn se sert de mes mots.
Je juge un juste espoir.
Je pends le papier à l’aide d’un croc.
La main prend peur si le fruit rapetisse ou gagne le grenier vrai des filles qu’on engrosse, qu’on veut toucher demain dans la dent, toujours à l’intérieur.

Puisque claques font ténèbres, jeu de peuple en naufrage.
Ouvrier de bonne menthe, je sais que tu m’aimes.
Eclate.
Suis la poutre et saute à travers l’œil glacé de la poule ou fais semblant de l’enivrer, lucide.
Je suis l’odeur de mon odeur, corps déraciné qui naquit de mon ombre, dans la foulée d’un incendie qui marche à pas de sang dans mes membres, et mes vertèbres, et mes
épaules fragiles.

Et voici l’astuce, le terrain mou des yeux, des regards de glu sous la table.
Hésitez, soyez plus noir que l’horloge éventrée dans des jardins engloutis.
Je marche et suis vieillard.
Je marche dans le parleur orange, dans l’oreille immense d’un parc de vitres, où chaque plante sort d’un œuf.
Hurle ou ne hurle, tu verras des maisons sur le flanc, des enfants d’orge, qui viennent voir leur mère dans le ventre de ta mère.

A sombre venue, je lisse la chambre et suis organe de noir massage à travers maints ouvriers les pieds cassés, les moignons bien vivants dans des guêpes et des encriers nus, dont
j’étais le sauveur.
Perpétue la trace et le fol enjeu, damne et cloue, laitier bébé que je tatoue, que je traverse d’une masse argileuse, avec mes aigrefins, mes vautours pointus, mes cadenas
enveloppés de laine. À qui dirai-je que j’écris pour écrire un seul mot qui me tient à jambe?

Arrache à foudre sans demain le glas poilu de l’œil: déjà tu te sers des mâchoires pour avaler l’œuf premier, puis la langue, et des milliers d’amandes, dont le
goût te traverse, hors du toucher rêche.
Prunelles ou baies par tombereaux, assaillez-moi !
Pitié, poux ou arbres de noir rejet, vierges carnages !
Je dirai demain que je pars vers vos étraves, prêt à déchirer les jutes, les ganglions, les estomacs, les tissus somptueux des jaunes d’œuf, dans le dédale sec du
palais d’os que ma main possède.
Et je suis ici dans chaque cri qui coupe en deux la nourriture.
Ave.

Village dont on se sait brisé ou gourmand.
Je lance à bonne vitesse un flacon d’orange et je dors dans le village de mes épaules, dans le village de mes jambes, dans le village de mes yeux, dans le village de mes cheveux, dans
le village de mes ongles que je regarde souvent.
Ongles sans
Pyrénées, sans vains parloirs : êtes-vous là, étiez-vous là sans histoire, quand on me demandait d’entrer dans la prison
Saint-Léonard, poupée bouffie de son ?

Bois à goulée le citron, la neige, le thé.
Je n’écris pas, je mange à poings perdus dans ma vie effilée, fil tendu de l’ongle, où des cerfs lèchent un peu de bon sang pendu.
Je m’insurge à chaque rondeur du corps où mes mains inondent une douleur de grenade, un bon sens évidé: luxe ou taillis, réminiscence, plan d’eau vaine, plan de
verveine à chaque étage.
Au grenier, je nage entre les os norvégiens des enfants.
Je saute et diminue de clarté, car le tambour que j’ai aimé m’engrange et m’endors roulé dans un grain de sel.

Petits souliers mous, je vous aime, puisque je vis à
Halbachermuhle, dans un moulin creux, qui croît le long des aulnes, à
Amblève, où sont mes blancs parents, de longs chemins enroulés dans les jambes.
Quatre caisses de bois craquent, et mon cœur, mon corps allègent le feu qui palpe une dernière fois les hanches des branches, les landaus muets de quelque châtelain
cru.
Navigateur béni, crois-moi, je tiens à courts bras l’orfraie dont les plumes poissent le col ; ma femme plie le linge enneigé, les plies, les soles, dans l’armoire en
noyer.
Incestueux promeneur, mange ton ombre et grave, ce mardi, ton nom et le mien dans le cuir peureux, dans l’écorce mate.
Mille phalènes sont dans les yeux ; les fourmis, dans les jambes, ont des genoux minuscules, et nous économisons notre regard en ne le posant qu’où nos lèvres se posent, sur
le chemin chevelu de
Meyerode.

Glotte où petits oiseaux me font mourir de cris.
Sont, sont ainsi longs doigts de pied ou jouets de couleur pour de nègres oranges.
L’étouffement de la paume a permis le voyage : le voyeur est caché dans la dernière phalange et casse tout : les yeux qu’on gardait pour le bon regard, les pieds bots
empalés.
Ah! juristes sans vérité, que faire?
J’oins les parties de mon corps de liquide douceâtre et de miel et suce enfin arbres et robinets.
Passe, garde à cheval, et ne me crois pas.
Je vis le remous à l’intérieur du cœur et ne suis ici qu’en demi-voyageur.

Bête à bête.
On dit bien qu’on ira battre une panse à pleines mains, cacher dans la fontaine un gigot de velours, voler le cœur gonflé d’un garçon très noir, dont les muscles en
sommeil n’ont pas de nom, n’ont que fièvre sans foudre, ou jardin épais.
Je suis joyeux ; ceci me donne un remontoir de papier, puisque je vais à la campagne faire mûrir les tambours, récolter les rivières ou lécher l’eau pure, compter les
grains moussus, les cerises cerise.

Jacques Izoard

DIX ASSEMBLAGES par JACQUES IZOARD


Assemblage de dents, de paille, de laine,

de débris de mors noir

qu’un travail exténue, de tessons.

Colle et encre, ensemble,

gardent l’odeur inouïe,

le nœud mou de l’ongle

et ce que tient l’haleine:

des taches de bleu

sur les mots malades.

Assemblage de pattes et d’allumettes,

de rotules et d’objets en étain,

déchets de jarres, de nerfs,

anciens croûtons de pain.

Haute salive où demeurent

la colère injuriée,

la fille, la bonne bouche.

Et les lèvres sans odeur,

le pouce les touche, les enduit

d’un onguent aveugle.

Assemblage des grains et des insectes,

des œufs et des filles,

des écoles et des sucres.

L’oiseau, la statue malade,

l’eau de pluie sur l’épaule

où vit le nerf blessé

achèvent l’histoire.

La laque blanche

dort dans l’hôpital.

Assemblage des jargons et des billes

quand les socs, les sources,

les outils à portée de la main

blessent les membres ou les branches,

prennent la craie

à hauteur des gencives

et donnent à mon épaule

un fardeau de citrons.

Assemblage du gel et du courre, de la femme assise et de l’arbre mort.
Le poing serre les phalanges.
Têtue, la vitre.
Hagard, le pâle désastre où la fille, la gencive ont la bête en elles, comme un désarroi.

À présent, texte ou texte
Déchets d’un plomb gris pâle.
L’écriture est métallisée, plus grise encore ou corail.
Décès du levier, du geste.
Assemblage de la matrice et de l’encre, de la sève pour tout dire, et du bruit qui s’arrête.

Assemblage des poutres et des haleines,

des mains de l’un, des pieds de l’autre,

des becs et des cheveux ;

les loutres et les verges

ont l’élan pour elles,

meuvent le feu aveugle

et le feu qui voit.

Seront ensemble

doigts et ciseaux.

Assemblage des chemins et des pas,

des pierres pillées, des fruits volés.

Bruits d’épines ou d’armes blanches

quand cesse tout frisson

sous la cagoule, sous la paupière.

Fracas de griffes et de tonneaux.

Les vêtements perdus,

en leur souffle, en leur silence,

cachent des gaines, des aisselles.

Assemblage du mot «langue» et de l’organe lui-même, dont la sourde ablation demeure incertaine.
Rien n’arrache l’haleine.
Et l’odeur du givre, cette maison l’enfouit dans le sel ou l’armoire, dans les vêtements usés du père et du fils.

Assemblage des muscles, des papiers,

des goûts et des gels,

des laines que l’œil choisit,

des herbes à la vie facile.

Assemblage de la jambe et de l’aine

où la main contient

le corps, la légende.

Un œil de papier dort dans l’œil.
L’encre est le corps dont on sait le chemin, dont le bleu dit l’absence.
Ici naît le vin que la neige arrondit que ma parole emporte en saccage infini.

La maison n’est pas la bouche : pourtant les dents cassent comme verre.
Voici d’autres denrées : guêpes, lorgnons, papiers, ancien gel de pommes, odeur de puits qui rôde.
Le sang en poudre serre le poignet.
Les femmes frottent l’acajou étouffé.

Les voisins perdent la langue.

Je vole le sommeil

du tambour, de la chèvre.

Combien de doigts les mains

ont-elles ?

Les bras tombent

quand le jour s’éveille.

Épaule au nom d’épaule, épaule où se cache le sang pour dormir, la fille te touche et te voilà semblable à l’épaule du vin que le sommeil brise.

Habiter en soi-même demande patience et clarté.
Où sont les vins, les vêtements?
De quelle pluie attendre bonté de fille, de voyage ?
Demeure allongé, demeure, couvert d’empreintes, de traces, comme un fardeau léger dans ton sommeil de verre.

Déjà nous attendons juin, et que les rixes craquent, ensoleillées comme tant d’autres appareils du corps: les yeux dans leurs loges, gloutons et sereins, les dents d’aix, les
sûres traces de doigts sur la jambe, entre les cuisses bleues-belles, longues du feu tapi.

Éclate le verre :

sourds et bègues, les arbres

et les donjons où dort

le pantin sûr de son venin ;

nulle masse n’est morte.

Déjà les filles les plus lentes

prennent d’assaut la chambre

De temps en temps hurle

un train de voyageurs.

À ce qu’on dit

je préfère

ce qu’on ne dit pas :

calebasse sans vergogne:

cette chambre oscille.

Les doigts mis à l’épreuve;

rouet blanc

de la main enroulée,

va et vient l’allongée ;

dans le poing s’engouffrent

les nerfs du jardin.

Pétrie, la rose embellit

mon odeur,

pétrifie prunelles et jambes

et déjà la voix longe la voix,

la voix perd ses ongles.

Les lilas, les nerfs la main les touche; la maison dans le poing serre les vieux habits.
A présent, l’embellie, la jambe exacte.
Et tu respires sans y penser.

Les revêtent, les aiment.
Le sang imbibe chacun d’eux.
Chacun d’eux loge l’autre quand dort la voix, quand le verre mince arrondit l’œil, caresse le camarade.

Tu demeures vigoureux quand les dents mordent la vitesse nouvelle des têtards nombreux, des pâleurs d’oxygène.
Ah !
Tu perds l’ouïe, tu plonges dans ta main (souvenir d’ivraie, de suc !).
Voici l’eau mûrie, la verte innocence, et laisse le corps assembler la neige !

.. et dans la vieillesse, et pâle.

De temps à autre un mot

plus bleu, comme vide,

et qui veut dire

le sang léger à la tête,

ou le froid très clair

qui saisit l’haleine

et brise le coude…

et, parlant bas,

parlant très bas,

les vitriers de lin.

… et le pouvoir des muscles

engrange la chaleur

dont tu sais la bonté.

Dans toute la pupille

elle verra le pays,

les outils, les merveilles.

Mais ne dis pas le nom

des os et des vallées.

Garde pour toi

la longueur déchirée

de la main sur la jambe.

… du corps joint à celui qui part, qui revient vers lui-même ou qui s’endort croyant voir les objets, les muscles, les petites maisons serrées l’une dans l’autre, ou les doigts
fidèles qu’on oublie, qu’on jette loin de soi…

Dans ta vision, l’encrier

bleuit pupille et paupière,

chats d’Espagne.

Tel opticien de papier sourd

frappe la main,

ferme la fenêtre.

Tu traverses l’obscurité

où l’œil meurt au centuple.

Sois toi-même pantin : touche la très sainte glaise, offre à qui t’aime doigts ou coquilles.
Il faudra caresser torse et jambes.
Arrondis le sang, la sève et bois cidre en
Espagne dès que l’ombre est fragile, dès que monte à la tête l’odeur de bleu moulin.

Les marchands d’almanachs sont amis des merciers : c’était à
Liège en 1602.
Boiseries croulent et tout n’est que poussière; pousse en avant les bras : le noir te mange et c’est l’hiver, l’enfance à facettes.

Tu es de bon renom : l’odeur des pommes te plaît, tu caresses l’âtre et la vitre…
Afin d’obtenir douceur tu parles à voix basse.
La maison où tu loges est fourrée de papier : tu dois t’en souvenir : fabrique seaux et bouteilles, dors, tu dors, meunier de vin, pouce du pont des
Arches.

Corps disloqué puisque

nerfs disent nerfs,

jambes, jambes.

Corporation bleue des citrons,

des touches volées, des sucreries.

A-t-on donc sucé

le sang des merciers ?

Obéis à l’agneau.

Celui qui vend du cuir

ne peut qu’être benoît.

Quand le bras dort,

la jambe allonge le sang,

la cheville s’appelle
Mathilde,

coupe le sommeil.

Le pied court.

Plus que jamais le pouce

est fourbe et gourd.

Si l’épaule t’appartient,

lève le bras : main,

te voici transparente

dans le commerce du sommeil.

Chaque empreinte

est, sur la langue,

tampon sourd de salive.

Sois sommeil enseveli, sois enfant très mince ou feu jaloux : maison vole ou réveille le pouls pâle et glacé.
C’est l’Amblève qui parle et le moulin qui rit : le corps fait boule, rondeur de sud, se coule en la clarté d’un voleur aveugle.

À bec pointu, langue dodue.

J’ai, dans mes longs poils,

un objet de ténèbres,

la douille de l’œil.

Mes griffes, mes lèvres

ont la douceur obscure,

ont la douleur aiguë

du miel, du dard.

Les femmes frottent les coqs,

les gens couchés dans l’herbe.

Sûr disciple du citron, cède à l’œuf ta rondeur, enseigne aux tambours le cri du coq.
Et le village et l’épaule vivent en commun.
J’étais sur le point d’être nerf, vacarme.
Attends :

la voix replie ses ailes, dort de tous ses a, fait la jatte engourdie, le héron sur un pied.

Mai, comme l’hiver, sans grave courroux, prend les vitres, les gares.
Avons-nous serré filets et tas de noix dans les greniers ?
C’était, vous dis-je, la liqueur pâle à la bouche, qui amincit le corps.

Faits observés :

chemin de mains et de papiers,

va-et-vient de pupille,

de doigts le long de doigts,

fontaine dont on ne boit

ni l’herbe, ni la langue

(y passe le feu glacé

des cerises, des sifflets !).

La maison d’aujourd’hui

contient le sang aveugle.

Profusion de pattes : voici l’herbe arrachée; le patient s’affaiblit dès que l’aveugle entre dans la maison menue.
Projette salive.
Nomme

avalanche d’haleine ou pression de pouce.
Quel vaincu saisit la soie métallique entre les paupières ?

Plan d’attaque :

verre ou casse-cascade,

enfin, les merveilles, les monts

dont nous sommes les gardiens,

les sauveurs débonnaires.

Et c’est la lutte :

cherche à saisir la jambe

dont le sang pèse lourd

dès qu’on abolit

la main livrée au rêve.

Sourd, tu respires mieux.

Tu fais face au sarcasme

des cheveux et des lèvres.

Paralyse l’eau : tu seras sans outils, sans demeure blanchie, sans liens autour du bras.
Tire l’arbre à tâtons vers le ventre où tu dors.
Les mots sont mécaniques.
Le vin, dans sa victime, s’empare du poing, visite l’estomac pâle et la maison des guêpes.

Donne à ce conseil

le juste équilibre:

l’embellie, la foudre

seront sœurs.

Et tu veux toucher

les objets cousus, les pelotes

dont les épingles

ont des dents de hiboux.

Tu ne peux connaître

l’étendue du pays :

ferme l’épaule hâtive,

serre l’œil dans son habit.

Retrouve en ton sommeil

mille poings, mille pattes.

La femme naïve étreint

le garçon qui ne peut courir :

sors la langue, donne

au premier venu

les yeux, les mains, les jambes

L’embuscade est tendue

au-delà du genou.

Enveloppe à bon escient

la bête en sa vigueur. « 

… et la langue y persiste,

y pose douceur vaine,

tandis qu’au pressoir,

dans le jardin de chaux,

les ouvriers savent

ce qu’il faut de travail,

de cris, de halètements,

de mouvements sans fin.

Qu’adviendra-t-il

des jarrets et des coudes,

des vêtements usés, des faucilles

dont l’odeur déchire

la vitre du papier?

De jambe en jambe, jambe d’ivoire ou de bois, jambe de sel ou de
Jean, jambe de peau de bête.
Tiens la jambe et caresse le pied bleu ou bot.
Qu’est-ce qu’un soulier?
Le lieu où le corps perd l’espace, où le talon de verre, d’un coup à la tempe, tue
Cendrillon.

Outils et pains, coquilles sont partout dans la salle.
On dirait un pays noir du souffle des oiseaux.
La serpe à l’affût ne craint pas la chèvre.
Tonneau qui roule perd paroles et citrons.

Goût du goût sans bleu, goût de la veine, de l’haleine dont tu es léger, frère sourd du feu.
La main dort en elle-même.
Elle touche, ce jour-ci, genoux et cadenas, ou chêne.
Tu ne sais pourquoi tu as le mot judo à la bouche.

… doit boire la lie.
Si la jambe a sommeil, mille points de rouille pillent le corps entier.
Il pleut à verse: gueux sont les doigts.
Hébété, tu cours, car les couteaux tirés sont posés sur la table

Herse blesse.
Féminin, tu parles : c’est le décès du chanvre, dès que tu tiens à la main tel jouet au sang gelé.
Tu casses le papier liquide.
Par temps chaud, tu meurs.

C’est une bleue.

Tu la voyais sur la langue

tenir chaque doigt, chaque objet.

Tu la voyais dans l’œil

garder bonne contenance.

Adieu paniers, poitrails,

gens de sabots et de bouteilles !

Toi, tu te tais :

tu es blanc

comme une
Agnès.

Accord des oiseaux et des arbres sous les tambours nus ou sourds.
Accord des cœurs et des herbes, quand le rêve des enfants devient un puits sans fond.
Accord de la jambe et du sexe, dès que sont criards les porcs, les poulies, les voix.
Accord sous l’eau noire.
Accord sous l’enclume.
Quelques morceaux d’enfants sont dans la noce rebelle des soldats qui ne meurent pas.

Abus glouton des poings qu’on serre et qu’on écrase !
Nain cousu, je respire dans le tambour sans portes, dans l’eau allongée.
Chacun parle à l’autre du temps passé, des ouailles, du pouce gelé, de juin.
Vivat !
Vivat !

Vois en toi-même : l’autre bras t’entoure ou te passe corde à la jambe.
Et tu ris d’avoir volé le sang du voisin.

Te voici long ou bleu :

fête, en ce coude,

le bras, l’avant-bras.

Le territoire allongé

(ou qui s’allonge)

est fleuve ou cité:

les poings dans les poings

hissent étendards et renards,

cris empaillés, fracas de rhum.

Dort dans mon oreille

celui qui fait le sourd.

En la ronde ardeur tu fais le sourd ou le muet.
Crains-tu l’approche de la main, de la jambe ?
Le corps grossit dans l’eau, coupe le pouce étiré, donne au pauvre sabot brassée de ligaments, pas perdus de papier.

Housse où vit le corps :

l’aveugle en bleu

n’y voit personne.

Nul voleur n’y vole

un peu de sang.

Nul toucheur d’épaule

n’y cherche un amandier.

Qui j’ignore

mesure la longueur

du pouce et de la jambe.

Mais la langue fait coquille

près du cœur, près du poing.

Dit : en ce temps-ci, la main ne tient outil que par méprise.
Récit : haillons dans le sel, amis coiffés de petits ânes, tels sont pensers d’ici.
Constat: chef du vignoble ou du corps très blanc…
L’aisselle où tu vis, la main la creuse, y fait pelote ou soleil.

Étendue du corps par où l’on regarde : ainsi l’œil, petit appareil, fait patte à tout venant, lèche le bout du feu, l’extrémité de la jambe, ou la langue qui
appartient à ma langue, laquelle est dans la langue du gel.
Tire vers toi l’échelle, oublie le nom des doigts, l’œil-index, l’œil-pouce, enveloppe de bordeaux tout le métal des ormes.

Langue brûle.

Petits os de main

sont en petits morceaux.

Jambe est séparée

du corps.

Poing serre poing.

Doigt droit

touche pouce;

au pays nerveux,

on pille déjà.

… j’attendais que la main

soit chèvre encore, ou touffe

de mimosa dans les yeux.

Ma fille fait bien

de se tenir tranquille :

et ses cuisses et ses coudes

attachent le corps.

Et voici la langue,

élève humide et dodue,

court chemin

des dents à la racine.

Corps de logis : rouge à l’aisselle.
Au creux du genou dort la tache d’encre.
J-es marchands avaleurs de bêtes ou de sonnailles te poursuivent, alléchés.

Et voici qu’un grand couturier me prend par la jambe et me conduit vers les noix entassées dans la chambre.
Y a-t-il déjà, dans ce sac, les outils

amoureux de rouille, les roues dentées, les flacons ?
Longe de la main l’anorak bleu, le moteur.
Nous parlons,
Hélène, d’un parfum cousu, d’une aumône.

La main droite

est la main de la main gauche,

comme l’œil gauche

est le voisin de l’œil droit.

Voleur, tu caches

l’œil central.

L’œil ovale

n’est pas l’amande

qu’on serre entre les dents.

Herbe où les nains cherchent ma jambe.
Herbe où les nains cherchent mon cœur.
La faux coupe en quatre le trèfle et le thym.
La montagne est belle dans l’œil de
Nalôn : cinq doigts caressent une lampe de mineur.
La rivière arrondit cailloux et remous.

Je me servais des bras pour franchir l’orifice et clouer au papier les plumes, les épingles.
On demande la faveur de mourir, de détruire l’amande en fusion, l’œil écarlate.
Tous les objets cuits, les fouloirs du peuple.

Est ou se tait.
Demeure volé, caché, sous

on ne sait quoi.
On tient en vie comme par.
Et déjà le froid, déjà les mains, les jambes abondent.

Enfant coupé du nord au sud,

voici tes bras vus de l’intérieur.

Tel juin, le laitier meurt

et les passants verts attendent

la venue des jacinthes, des tambours.

Aurait-on pu penser cela ?

Ouvert, le corps entre

en respiration lente et sûre.

Elle a raison de s’éloigner,

l’haleine.

Elle est dame légère,

on ne la voit jamais voiler

la cécité des guêpes.

Dans l’ongle où jacassent l’oiseau menu, le feu plié, se cache aussi le dé à coudre.

Cesse de couper le fil de laine.
Cesse de limer l’œil : maints plumages caressent le regard nègre.

Jacques Izoard

BANDE L’ARC DE TA LANGUE PAR JACQUES IZOARD


BANDE L’ARC DE TA LANGUE PAR JACQUES IZOARD

Et ce délire déjà déchiré du mouchoir et du sperme, et l’odeur des affûts : la main, dans le bras creux, cherche l’hiver, le fou rire.
On grandit malgré soi dans l’oreille des vigies.

Ce que l’on dit de bleu fait mourir les filles.
Aimons jarres et parfums.
Marchons nus dans les rues.
Les maisons qu’on abat, faisons-en des navires.

Langue en langue.

Le doigt sur la bouche.

Affame.
Femme.

Blé bleu du chaos verni,

je t’incendie.

Dix clous sans tête

et je meurs à l’envers.

Incertain venin des nages.

Belle enclume de
Babel

dont je cache les marteaux.

Je m’insurge et vomis :

fleurs et bourreaux bourrus

m’enferment ici.

N’étemue qu’un vizir nu,

qui balbutie, qui lapide.

Le corps: maison de salive où des jambes multiples laissent trace, empreinte, où des mains de cent doigts effleurent le verre mince de l’œil ou du poignet.
Que meure la hâte des battements du cœur !
Que le bon liquide circule et soit suave!
Tout le vêtement des veines, cachons-le sous la peau.

Nous voici désossés, lancinants, languissants et meurtris.
Et nos bris de verre nous assaillent.
Et nous crispons poings et flottilles.
Le nerf aigu de l’herbe avive en nous paresse et pâmoison.
Cachons les épaules dans les grands miroirs.
Blé d’embolie dans le mille.
Ou serpent voyageur des abîmes.
Ainsi, ce ne serait que l’intérieur d’une coquille d’œuf : y loge un poing fermé.
Mille pattes le roulent en moi, qui n’ai pas de ventre.
Et j’use de mon droit de canaille, je souffle dans tous vos orifices et je vous enduis de mes liquides amers.
Réjouie, la dentellière se perd dans sa dentelle.
Je m’égosille dans la sueur; nos vitres vitrifiées, quel marteau les brisera?
Quel poupin me nargue?
Quel pantin me foudroie?
Quel jasmin me séduit?
Quel aveugle entêté me bande les yeux?
Quel bandit de bonheur m’étrangle?
Qui m’arrache langue et doigts?
Le nain
Vertige.

Jacques Izoard