Isabelle Aubret – La Source



Isabelle Aubret – La Source

Elle chante au milieu du bois
La source et je me demande
S’il faut croire en cette légende
D’une fille qu’on y trouva
Elle était blonde elle était douce
Elle aimait à se reposer
Dans les bois couchée sur la mousse
Écoutant les oiseaux chanter
Un jour qu’elle allait à la ville
Par le bois où elle passait
Elle vit soudain immobile
Trois hommes qui la regardaient
Trois hommes qui la regardaient
Elle chante au milieu du bois
La source et je me demande
S’il faut croire en cette légende
D’une fille qu’on y trouva
Ils étaient là trois à l’attendre
Trois hommes-loups cette brebis
Elle avait la chair bien trop tendre
Ils avaient bien trop d’appétit
Elle ne savait pas défendre
Le souffle léger de sa vie
Elle tomba sur l’herbe tendre
Comme un oiseau tombe du nid
Comme un oiseau tombe du nid
Elle chante au milieu du bois
La source et je me demande
S’il faut croire en cette légende
D’une fille qu’on y trouva
Quand on la souleva de terre
Comme une grande fleur coupée
Sa robe blanche et la lumière
On aurait dit une mariée
Quand on la souleva de terre
On aurait dit comme un grand lit
Entre les feuilles entre les pierres
Une claire source a jailli
Une claire source a jailli
Elle chante au milieu du bois
La source et je me demande
S’il faut croire en cette légende
D’une fille qu’on y trouva
S’il faut croire en cette légende
D’une fille qu’on y trouva