A L’ECUMOIRE


A L’ECUMOIRE

Séparer les eaux-noires des nacres roses de la coquille

en claire

transhumer l’esprit

La vision subit

le regard scanne

au squale en maraude dire à l’hippocampe de sortir de les curies

C’est lourd un vide, remonte à l’haveneau des doigts le pouvoir de ta main

tu le remettras au triangle en percussion dans le sein

et non plus au tourniquet de la planche à bascule d’amour prêt à venir à cheval de Troie avec la lyre aède

tu peins comme t’écris à part la poésie dont acte de vie.

Niala-Loisobleu – 8 Août 2021

PAON DEMIS


PAON DEMIS

Sous-corné du pied de cheval

le tissu feuilleté fait paroi, unit à la sole et à la fourchette du sabot

Tissu réticulaire de la poche retenant l’élément nécessaire dans l’orbite du mont topless

La horde précède la marque du bison laissée au charbon par la main rupestre, sanguine liaison de vie

L’aube s’immisce en odeur appuyée de mouvements d’ailes à becquées renouvelées

Symphonie érigeant ses pierres au creuset pour l’alliage animal de la première forêt humaine cornue de fûts épineux, mouvantes mamelles de yourtes piquées de danses de corps

Les ruts arrivent des violons attouchés d’archets dressés, laissant le cuivre aux glissades des casseroles « Just married », le pied dans les raquettes en remonte-pente et vin chaud, une pincée de gingembre dans la glande pour renouer genre scieur-de-long

A l’enseigne du Crieur de Loup le chalet renoue avec l’aube de la première communion.

Niala-Loisobleu – 16 Février 2021

LA TABLE APPROCHE


1ad655ab43ee945e8698c8a26854d8d4

LA TABLE APPROCHE

 

Je devine l’eau  se faisant neuve du brouillard

Seule la pointe d’un sein émerge d’une voix qui me suit

Là émerge la touffe de mon inspiration claire où s’accrochent des crayons de couleurs à tirer des souches

Dans le philtre solaire mes pensées grouillent, ton oeil s’y creuse en suivant les émanations menthes gardées profondément

J’ai accroché ta ligne de vie à mon cou, les croix portent malheur, tes doigts grattent au nouveau tapis dans l’odeur qui se définit lentement au fil des notes de Malher.

 

Niala-Loisobleu – 17/11/19