HAUTES-HERBES


ODILON REDON

HAUTES-HERBES

Les hautes herbes de Hubert Voignier
Aussi je m’en vais par les routes pluvieuses ou ensoleillées d’avril, bordées d’orties vivaces et d’ombelles géantes, dont les petites grappes de fleurs blanches gravitent comme des galaxies dans l’espace poudreux des talus et des fossés, à la recherche de ces champs d’herbe haute rehaussés de fleurs — faisant ressurgir en moi le souvenir d’enfance de vertes prairies constellées de narcisses au parfum amer sur le plateau d’Hauteville — à travers les voûtements grêlés des sous-bois ou les vastes nefs renversées des platanes le long des nationales, je pars à la rencontre des hautes herbes comme à la découverte d’un grand pays luxuriant où je désire m’immerger pour ne plus refaire surface. Je m’élance à la conquête de cet au-delà de verdure où l’on puisse vivre à jamais sous les lois de vigueur et de profusion végétales, où l’on puisse s’abreuver à cette fontaine de jouvence printanière, et atteindre par là à une forme d’éternité qui soit verte.

C’est ainsi que dans cette lave suspendue au-dessus de nos têtes de mon couteau c’est fendue la goulée d’air salvatrice

Dans la braise incandescente, des fleurs blanches suspendues comme un grand oiseau jaune déversant de la pluie pour passer

Et saisir à la pointe du versant la dorsale qui remonte le vallon au départ de tes hautes-herbes d’une nouvelle vision. Au virage de la source un monticule garde l’eau, j’ai pu m’y rafraîchir et finir par gagner les aisselles en cordée des deux mains au sein du refuge.

Niala-Loisobleu – 16 Juin 2022

FORAGE


FORAGE

Sous mes yeux l’encrier se débouchonne, tu as trempé ton porte-plume dans l’encre bleue

Ce n’est pas cet étouffement qui jaillit mais un ressenti qui fait lever les bras dans un départ d’oiseau d’entre les pierres sèches

Puisatière qui court la plaine en tenant l’ombrelle de ton arbre à soie (Autre rose de bibliothèque, mature à souhait) en laissant aux dingos de Kho-Lanta les pompes réglementaires à faire. L’exploit-chasseur ne va pas plus loin qu’une législative, trois fois hélas

L’oiseau t’emmène derrière l’église pour te lire à même les menthes

là où les marguerites grimpent le chemin de croire, le bénitier dévissé du dogme pour se tremper le fondement

Il s’avère que la croissance du dérèglement porte à des écarts de langage qui peuvent se retourner quand on les passe sous le robinet dans l’écumoire

Je me rafraîchis les lentilles en écartant les graviers de la chaussure au profit des spartiates.

Laisser à nu montre l’aspect du réel du soleil filtré dans l’épaisseur végétale.

Niala-Loisobleu – 16 Juin 2022

Sous l’herbe haute


Sous l’herbe haute

D’un brin que rien n’affaisse une oreille attentive suit la native douceur d’une nature clémente

Les feux sont en surveillance depuis les tours de guet

La peinture ne sera pas mise sur les bancs, les enfants et le oiseaux pourront s’y asseoir

Niala -Loisobleu – 16 Juin 2022