LE PEINTRE ET SON MODELE


LE PEINTRE ET SON MODELE

En un voeu de formes jointes de l’outil à la main

ce n’est qu’un corps marin qui traverse les âges sans avoir de crampes suggestives

Le phare de l’oeil est allumé dans l’horizon protégé

il tourne et fouille le point noir où tout danger s’embusque sans prévenir

main armée

cheval séllé

la fenêtre à rosée langue à la bise, prête à peindre

Et si je n’ai pas ouvert l’atelier aujourd’hui comme averti de sortir pour garder du soleil et ignorer ce putain de temps de pluie qui balance ses boniments du grimoire

Non je n’expliquerai pas la présence en moi de ce bleu à ceux qui l’effacent à tort et à raison qui est leur

les villages aux maisons reconnaissables ont des enfances amoureuses en guirlandes sur des sapins sans planches

L’aller et venir fait partie du rituel sans rompre

ainsi cette buée des étoiles d’où débouche l’anémone dans la vigueur de son mouvement que les apparences n’ont pas remisées

La vie a ses arrangements face à ses circonstances

je ne serais pas surpris qu’elle choisisse de montrer le contraire de ce qu’elle pense au plus intime d’elle-même pour ne rien en perdre.

Niala-Loisobleu.

24 Décembre 2022

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.