Lâché-prise


Lâché-prise

En vidant la boîte à boutons sur la table j’ai vu partir les boutonnières des culottes fendues

Du dru qui en dépassait une société de fourmis allait au travail sans s’arrêter de chanter

Plus vraie que les Sept-Nains la métaphore n’avait pas de grincheux

Juste la joie de vivre que donne le travail

J’ai jeté un regard sur l’année 36, le front populaire qui gagnait tout ce qui aujourd’hui se perd

Et fermant la radio sur la grève, j’ai rentré dans l’ô jusqu’au bonheur de vivre

Sur le plus gros caillou l’oiseau creusait son nid.

Niala-Loisobleu – 19 Janvier 2023

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.