FLOCONS VAGUES


GIGI MILLS

FLOCONS VAGUES

Le bras tendu vers l’oreille d’une respiration nouvelle

la neige que je laisse passer

fait tourbillonner les flocons sur la corde à linge de l’horizon

Petit-linge que les dames utilisent en brise-bise aux vitres de leurs terrasses

quand un cri du loup pointe à la nouvelle-lune

le long de la limite du bac-à-sable

un dernier mégot

tombe sans que le feu déborde du tunnel

Gardé dans la noirceur des ténèbres

un fer à vapeur

remorque les plis d’un Almanach Vermot

l’humour tire la gueule de Nation à République

tandis que la balle du chien repasse sur le fusil du boucher

le non-dit de la grâce des condamnés

Jeanne

le cul dans la baïne, perd sa virginité

anal du 49.3

Les grands oiseaux blancs se lâchent

pendant qu’il est encore tant des soldes et que d’un reste d’électricité

je visionne les dernières

secousses d’un dessin d’enfant.

Niala-Loisobleu.

19 Janvier 2023

2 réflexions sur “FLOCONS VAGUES

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.