UN PONT


UN PONT

Les lèvres du fleuve s’ouvrent et se ferment

l’arche écarte les jambes

Passe une ouïe grande ouverte

le bouchon saute en prononçant le nom qui dormait dans un confluent de garage

ça fait dresser l’aqueux des feuilles d’iris

et combiner un plan aux canards

autour de l’île la navette cesse les balades, les touristes iront en attente se faire voir

plus de monstres de croisière cannibales de Venise

St-Marc lessive

En regardant flotter tes seins

ça fait

comme un sentiment d’enfant drivant son ballon sans qu’un con tende sa jambe

j’ai dit « But », je mourrai pas de fin aujourd’hui

Et laissant les syndicats peaufiner leurs combines

j’ai suivi ton train, comme on se précipite aux sphères pour pu avoir peur du noir

Par le couloir de l’enfilade, cette perspective que les colonnes savent rassemble sans doser l’hier à l’aujourd’hui

La preuve le soleil m’invite à l’atelier, La Chaume est pleine de lumière.

Niala-Loisobleu.

18 Janvier 2023

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.