DE LA DEPENDANCE A L’ATMOSPHERE


DE LA DEPENDANCE

A L’ATMOSPHERE

Les mots-peints qui stagnent su ma langue butent à la camisole de la robe de vent et de pluie monstrueuses qui masquent le corps que la solitude sait présent derrière brouillard glacé qui le retient

Des deux ciels un seul est sien

l’autre n’est qu’un effet fantasmagorique d’un quotidien en grève

Viens à ma main te laisser dévêtir du temps de merde qui cache l’horizon sans modifier ton désir

La solitude est des deux côtés du fleuve

Faute de barque la nage est toujours possible.

Niala-Loisobleu.

17 Janvier 2023

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.