DE L’UNITAIRE A L’AMBLE


DE L’UNITAIRE A L’AMBLE

Au bouchon qui plonge

l’ombre devant la lumière

sont accrochés des pianos du pauvre

qu’un disque dore en l’absence de bretelles

Les deux façades aux flancs de l’entrée principale en arrière-plan

genre vase de Médicis où l’ô stagne

avec au script du film ce qui trame son coup d’état

Un crapeaud-buffle

dépasse de la lucarne, une envie de boeuf en libre-expression

A la fourchette sortir l’oeuf du plat

de la sainte-table

et crever les bulles de ce que nous savons de Marseille

afin de suivre le cerceau qui n’a que l’enfant dans la main

L’oiseau-empaillé enlevé de la cheminée

dans un bouche-à bouche amazonien au fond de ta forêt non-rasée

Regarde sur le haut de la vague tout ce qu’on doit sortir du fond

que ce soit du phare d’Alexandrie comme partout ailleurs

sans concevoir une autre pyramide aux guichets du Louvre.

Niala-Loisobleu.

15 Janvier 2023

MES TEMPS PSYCHOSES


PABLO AULADELL

MES TEMPS PSYCHOSES

Mi-janvier

en corps temps de se faire des voeux

le sable glisse si vite des plages

qu’on marche sur la tête

plus noir qu’une crise de foi

Tout trompe

alors si je pars ce soir

putain de moine

je reviens avant demain

en macareux

bienheureux

L’amer de l’eau-douce dans le vain

sorti du vers

un gros bec

des couleurs

sur le sec d’une route fermée au soleil par les averses

mettre des embruns dans l’évent

ça bat l’aine assurément…

Niala-Loisobleu.

15 Janvier 2023

Antoni Clapés traduit du catalan par Denise Desautels


Antoni Clapés

traduit du catalan par

Denise Desautels

L’aquitectura de la llum

L’architecture de la lumière

(Extraits de la première partie)
Éditions du Noroît, Montréal, 2014


I
camines a les palpentes — pel marge
travesses alzinars garrigues maresmes bladarsuna avinguda d’oms — un camí d’aire
_______ les fosques aigües de la memòria
____ un silenci enfollitenllà de l’itinerari albires una clariana lluminosa
____________ — la casa de la llumcreus haver arribat a l’indret d’on vas partir
_________ com més t’hi atanses més sembla allunyar-se’t

I
tu avances à l’aveugle – en bordure
tu traverses chênaies garrigues marais champs de blés une allée d’ormes – un chemin d’air
_______ les eaux sombres de la mémoire
____ un silence affoléau loin tu devines une clairière radieuse
____________ – la maison de la lumièretu crois être revenu au lieu d’où tu es parti
_________ et plus tu t’en approches plus il s’éloigne
II
primera hora — primera llum
l’aire instal•la llunyanies
absents presències — l’avara raça profetal — murs de silenci___ el deliri del tremolorressona un fremir en el cau dels escurçons
II
première heure – première lueur
des formes lointaines bougent dans l’air
absentes présences – avide race prophétique – murs de silence___ le délire du tremblementun frémissement résonne dans le nid des vipères
III
___ habitar just a la llinda de la paraulaallí on la llum
és invisible __________ i tot esdevé visible
III_
__ habiter le seuil même de la parolelà où la lumière
est
invisible __________ où tout devient visible
IV
la paraula_______ t’allunya del real
_______ anuncia — delimita — corprèn_______ dóna forma
__________ al so d’un indici
__________ al so d’un pensament
__________ al so de l’insondable
__________ al so de la llum________________ al silenci radical de déu
IV
la parole_______ t’éloigne du réel
_______ surgit – délimite – frappe_______ elle façonne
__________ le son d’un indice
__________ le son d’une pensée
__________ le son de l’insondable
__________ le son de la lumière________________ radical silence de dieu
V
en aquella hora
___ de pins clars i tendres
___ de roques abruptes i camins emboscats__________ la llum t’era pur reflex de la infantesa
V
à cette heure
___ de pins clairs et tendres
___ de rochers abrupts et de chemins boisés__________ la lumière te semblait pur reflet de l’enfance
VI
a mirada et transporta fora de tu — enllà de totaquest esclat de llum prové d’un enllà
____ del qual no en coneixes resi escrius — i t’escrius____ com si tot en depengués
VI
le regard t’amène hors de toi – au-delà de tout cet éclat de lumière arrive d’un ailleurs
____ dont tu ne sais rienet tu écris – et tu t’écris____ comme si tout en dépendait
VII
a llum traspassa tota frontera — s’atansa al límit
s’extravia — no pas en una altra banda
____ sinó en el teu interior
VII
la lumière traverse toute frontière – approche la limite
s’égare – non pas ailleurs
____ mais en toi
VIII
dissolts en la llum — els mots del silenci
________ escriptura en blanc
VIII
les mots du silence dissous dans la lumière
________ – écriture blanche

Antoni Clapés est né à Sabadell (Catalogne) en 1948. Il a publié plus de trente livres, principalement de la poésie et des réflexions sur la poésie. Après avoir créé et dirigé, entre 1976 et 1986, Les edicions dels dies, il crée en 1989 Cafè Central, une maison d’édition qu’il dirige toujours, consacrée à la poésie et à sa traduction, et qui compte plus de trois cents titres. Il a traduit notamment Christian Bobin, René Char, Danielle Collobert et Philippe Jaccottet, ainsi que les poètes québécois Claude Beausoleil, Nicole Brossard, Denise Desautels, France Mongeau et Diane Régimbald. L’œuvre d’Antoni Clapés a été traduite en plusieurs langues, parmi lesquelles l’anglais, l’espagnol, le français et l’italien.

Denise Desautels
Née à Montréal, elle a publié, au Québec et à l’étranger, plus de quarante recueils de poèmes, récits et livres d’artiste qui lui ont valu de nombreuses distinctions, notamment le prix Athanase-David et le grand prix de littérature francophone Jean Arp. Son dernier ouvrage, Sans toi, je n’aurais pas regardé si haut (Éditions du Noroît, 2013), traduit en catalan par Antoni Clapés (Éditions Cafè Central, 2014) lui a permis de recevoir, pour une 2e fois, le grand prix Québecor du Festival international de la poésie de Trois-Rivières. Elle est membre de l’Académie des lettres du Québec et de l’Ordre du Canada.

Source: TERRE A CIEL

SOUS LA DICTEE DE MES MOTS-PEINTS


NIALA – Oeuvre en cours au 15.01.23

SOUS LA DICTEE DE MES MOTS-PEINTS

Il suffit d’un ciel contrarié pour que la main aille se poser au bleu d’emblée

la mer est sous les pieds d’un macareux-moine prêt à plonger

à la pêche du premier poisson-volant qui décollera de sa vague

Ces personnages qui sont attachés à l’arbre sont toujours fruitiers

comme l’herbe a le plus beau vert qu’ailleurs

Mouvements sanguins à l’écluse du coeur

que l’aine ouvre à un amour irréversible

c’est de la vie

je vais à la ligne de la terre brulée

accoster l’île sauvage

mon Amazonie

trouver mon âne

à bord équitable

La couleur parle d’elle-même

sans mentir

sans trahir

la douceur de la chambre d’amour

centre de l’âtre où le feu crépite pour assainir le sens du langage.

Niala-Loisobleu.

15 Janvier 2023

Martre


MARTRE

Courbes qui lacent

Le bleu au vers

En bons ganglions la grappe se développe autour du cou des rives

Coule de quoi faire des doigts du travail à la main

Niala-Loisobleu -15 Janvier 2023