Carolina Massola, traduite de l’espagnol (Argentine) par Yves Roullière


Carolina Massola, traduite de l’espagnol (Argentine) par Yves Roullière

Extraits de La mansedumbre del pez La douceur du poisson

Inventar lo invisible a la boca
como el tallo que no vive la próxima primavera,
el destello enceguece pupilas en ruinas.

Cuando suden magnolias las ramas de ayer
y relamas el polen,

escarabajo antiguo,
brillante sobre lo blanco que te es ajeno,
el salto a tierra firme espera,
no olvides reproducir la flor.
Inventer l’invisible à la bouche
comme la tige qui n’a qu’un printemps dans la vie,
l’éclair aveugle des pupilles en ruine.

Quand les branches d’hier transpireront des magnolias
et que tu pourlècheras le pollen,
Toi,
scarabée antique,
éclatant sur la blancheur qui t’est étrangère,
le saut sur terre ferme se fait attendre,
n’oublie pas de reproduire la fleur.

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.