L’ÎLE SORTIE DES NUAGES


L’ÎLE SORTIE DES NUAGES

Au bas des marches, tu as laissé tes seins sortir des palisses pour qu’ils poussent les nuages hors des jours muets. Le bras de mer autour de ma taille tu tires ta langue à la mienne comme le point sur la carte à atteindre. Dans le chenal où les estocs ont été mis de côté dans le courant d’itinéraire choisi pour sésame. La terre ruisselante comme un drap propre tiré du lavoir jusqu’ à l’herbe, écarte de ses fleurs matinales les liserons envahisseurs. Bien sûr il faudra faire comprendre à la Capitainerie, que nous sommes à bord d’un bateau qui sait qu’il faut naviguer en grands-fonds pour éviter de prendre les hélices dans les serviettes des plages pour gagner le large à la voile. L’image de ta nudité mise sur le vent propice chasse des vestiaires les brouillards du littoral. L’oiseau dans le même appareil volant sans taire son intention relève l’Atlantide pour choisir la maison où vivre autrement que dans l’asphyxie des ressources humaines alléguées. De l’âge de tes cavernes il reste du bison le fauve des toisons et la marque sanguine de ma main qui peint que des matins. Au balancier des horloges l’heur sonne. Pointé de l’estuaire dans l’axe du phare portant loin la racine d’un amour parallèle à la seule légende réelle.

Niala-Loisobleu.

10 Janvier 2023

Une réflexion sur “L’ÎLE SORTIE DES NUAGES

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.