Parc Borelly, Un Dimanche – Jacques Bertin


Parc Borelly, Un Dimanche

Jacques Bertin

Jets d’eau, jeux d’oiseaux tranquilles
Actes petits jetés aux oiseaux
Comme elle est calme cette île
Quelle étrangeté d’oiseau
Une fleur facile
Et un pétale d’oiseau
Les lenticules qui filent
Innombrables pas d’oiseaux
Ne rien faire qu’inutile
Et t’aimer, ton cœur d’oiseau !

Jacques Bertin

QUI SUIS-JE ? VLADIMIR JANKELEVITCH


QUI SUIS-JE ? VLADIMIR JANKELEVITCH

la question de Jacques Chancel: « Vous n’êtes pas de ces philosophes qui pensent que philosopher justement, c’est apprendre à mourir », Vladimir Jankelevitch répondait:  » Ah non! absolument pas! tout d’abord, je crois avoir consacré beaucoup de temps à dire que le mot « apprendre » n’a ici aucun sens. On apprend une chose que l’on peut réitérer et que l’on fait de mieux en mieux. Un pianiste, par exemple, apprend à jouer la Sonate en si mineur de Liszt. Il la travaille, il la répète, c’est un apprentissage avec un progrès quotidien. Mais mourir, vous ne le faites qu’une fois, et la première fois est aussi la dernière. Alors? où est l’apprentissage? »

On n’apprend pas à mourir, on ne s’y prépare pas non plus et cela quel que soit son âge car « toute mort est une mort subite, même la mort d’un vieillard de 95 ans.. parce qu’il faut toujours un dernier accident pour qu’il meure, n’est-ce pas? Il pourrait mourir le lendemain, il pourrait mourir l’année prochaine. »

Mort subie, mort subite, mort prématurée, en cela la mort dans un attentat terroriste ou sous une bombe ne se différencie d’aucune autre mort, une mort n’a jamais rien d’extraordinaire. On meurt toujours trop tôt et l’on ne meurt qu’une fois, bien sûr, mais ce qu’il y a d’extraordinaire c’est que nous ayons vécu, ne serait-ce qu’une fois. « Rien ne vaut une vie », « on ne vit qu’une fois », tout le monde sait cela et pourtant combien ce trésor est dilapidé, il y a tant d’hommes, de femmes et d’enfants sur la planète!

Et c’est encore au philosophe à rappeler l’évidence: « Ce qui est vraiment extraordinaire, c’est d’avoir vécu une fois. Une chose qui n’arrive qu’une fois dans toute l’éternité. Vous, moi, ce n’est pas personnel à moi. Chacun de nous est quelque chose d’extraordinaire qui ne vit, qui n’apparait qu’une fois dans toute l’histoire du monde. Il n’y en a qu’un comme vous. Il n’y en a qu’un comme moi. Et il y a toute l’éternité. Et cela n’arrivera plus jamais. Comprenez-vous ce que signifient ces deux mots: plus jamais, plus jamais?

VLADIMIR JANKELEVITCH

.

.

.

.

.

.

.

.

 

PENSEES PLUVIEUSES


PENSEES PLUVIEUSES

Roses de marécage sous le bras les nuages se confondent avec le chemin

impossible de séparer l’haut du bas

Le crocodile que les chiens ont mis au menu

n’est que sac à malices des raisons d’indices d’augmentation des tarifs

Dans la maison vide une agence de location étale des rencontres pour un coup d’un soir

ce temps n’est même plus à venir pisser contre un arbre pour entendre les oiseaux.

Niala-Loisobleu.

8 Janvier 2023

DECHAUSSEMENT DE CORNEE


DECHAUSSEMENT DE CORNEE

Où la vision montre soudain que les yeux n’y voient plus en face

bien qu’il pleuve on traverse un sacré désert

Avant que les inondations reviennent, les pluies incessantes d’une saison pas à sa place ne font que remplir les bassines

les nappes restent loin d’avoir refait le plein

Si les vignes dorment toujours ça n’est qu’une question de minutes pour qu’elles sortent de sommeil, le noisetier lui est déjà tout bourgeonnant en Janvier

Alors que dire de ce qui se passe à la place de ce qui n’est plus normal au programme de la nature ?

.Niala-Loisobleu.

8 Janvier 2023