LE COQ QUI COUVE


LE COQ QUI COUVE

Le silence ordonné des messes dresse l’oreille

l’enfant chantonne en roulant ses billes

là-haut des grues passent enlever les containers made in Taïwan

pendant que l’oiseau fait la sortie des bourgeons sur les branches

à présent qu’on a du printemps en plein hiver

du fond des cours et loin des poubelles, une voix me dit qu’on ne changera rien là où vivre n’a de sens que de le faire et de se taire sur l’article

l’esprit de déménageur va bien avec l’envie naturelle transmise par la végétation, les éléments, nos organes, les vieux légumes, le veau sous la mère, les poules qui courent et le saumon sauvage

les seins d’origine, tout comme les culs sont faits pour asseoir la fondement de l’entreprise

l’esthétique c’est intrinsèque

pas externe au coeur des choses

et ça ne doit pas couler comme du rimmel de faux-cils

c’est d’abord de la philosophie,

pas du resserrage de zygomatiques

les vieilles peaux muent dans la tradition du voyage

sois un peu gitan tu comprendras à quoi servent les cartes de réussite mises en paume.

Niala-Loisobleu.

5 Janvier 2023

HISTOIRE D’UN OEUF DE COQ


NIALA (Oeuvre en cours le 05/01/23)

HISTOIRE D’UN OEUF DE COQ

Le clocher tenu à deux mains bat d’un saut à la corde

dans le tunnel d’un dernier métro où Marlo Brando grimpe à l’arrêt publique

oint de bon beurre pour que l’envie sorte de la coquille Quai aux Fleurs

Sur le rail des anémones tirées des cuissardes gardent le pertuis équitable

Il est grand de toile ce chantier naval en cours

des fruits plus lourds que de la mangue accrochés au mât

C’est l’enfant qui tient la barre pour tenir le cap

les vétérans de la narine plus bons qu’à pendre

sont envoyés chez les Carmélites pour l’échange du dialogue de sourds

Son col marin par la crête des embruns gardera dans des jarres le mystère de la volupté poétique

cerf-volant

arc-en-ciel

le tapis d’ô riant auto-lèche les vents ascensionnels en traversant les herbages odorants des cavités célestes

comme dit le Peintre-Fou, remonter son coq tous les soirs lève des matins radieux.

Niala-Loisobleu.

5 Janvier 2023

LES NOUVEAUX BÂTARDS


LES NOUVEAUX BÂTARDS

Retour au voyage dans la nuit

le réseau secondaire récupère l’intelligence humaine

pour que les contrôleurs (sortis de grève) prennent tous les départs au moyen de l’intelligence artificielle

Et crédules comme on aurait pas imaginé ça possible, les lambdas se bousculent aux distributeurs de billets

Du coup devançant les soldes, les écoles bazardent le cursus de feu les humanités sans que ça émeuve la culture

On a sorti Victor Hugo en édition spéciale pour les fêtes, tu parles et mon cul c’est du poulet, Molière sera la prochaine comédie musicale. A Angoulême le Banquet sera bientôt servi en BD. Les bougnats eux seront privés de bouts de bois, les brigades anti-civilité veillent à la traque de l’humanisme

Ah coupe-toi les doigts du manuel du travail, jette ton marteau où tu as abandonné ta faucille. L’herbe on la fait maintenant synthétique dans les déserts

Le vieux con que je suis reste sans débander avec son coq, comme le chant qui n’a pas besoin de réveil dans son caleçon pour s’éviter de clocher

Les indiens d’Amazonie peignent sur le ventre de leurs petits une tradition qui s’est interdite de numérique, les volcans qui sommeillent pourraient bien décalotter pour mettre un terme à la connerie humaine. A voir comme la banquise fond les grands sorciers finiront par se faire empaler. Je me fais interdire de Jeux…

Niala-Loisobleu.

5 Janvier 2023

CHARGE


CHARGE

Sous le poids de la neige oubliée les toits se plaignent de pénibilité

Si l’histoire littéraire ajoute des pages à ses écrits la vie arrache des chapitres à la clarté du texte

Ça Pantine sec à l’apporte du pari

L’algorithme a profusion déploie sa bêtise réelle au nom de l’intelligence artificielle

Sur la vague de l’influence ce qui faisait l’or des Lumières sombre dans le marécage de l’argent

Pauvre petit homme…

Niala-Loisobleu – 5 Janvier 2023