LEVER DU SOLEIL – FEDERICO GARCIA LORCA


Federico Garcia Lorca par Alice Wellinger

Lever du soleil

Federico Garcia Lorca

Mon cœur angoissé
sent d’abord s’éclairer
la douleur de son amour
et le rêve de l’éloignement.
La lumière de l’aube porte
une traînée de regret
et la tristesse sans yeux
de la moelle de l’âme.
Le sépulcre de la nuit
lève son voile noir
pour cacher
à la lumière l’immense cime étoilée.
Que ferai-je dans ces champs
ramassant nids et branchages,
entouré d’aurores boréales
et plein de nuit mon âme !
Que ferai-je si tes yeux
sont morts en pleine lumière
et que ma chair ne sentira jamais la
chaleur de ton regard !
Pourquoi es-tu perdu à jamais
dans cette soirée claire ?
Aujourd’hui ma poitrine est aussi sèche
qu’une étoile terne.

Federico Garcia Lorca

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.