N’ÊTRE QUE SON PREMIER MATIN JUSQU’AU SOIR


N’ÊTRE

QUE SON PREMIER MATIN

JUSQU’AU SOIR

Jouir les doigts au trempé de peinture fraîche comme on apprenait à lire et à écrire à l’illettrisme

dans le mortier où la lumière se broie pour l’étal

C’est étendre la plage au-delà des méduses

franchir le temps inutile

à l’araire parallèle de la sueur du cheval

bouchonnée à la paille

Comme Marthe m’apprit à dire merci

et René le nombre de marches que compte le palier d’un étage

Elle peut se taire à la foule en délire pour laisser battre son sein au tympan de mon église

seule la bêtise fait voeu de refaire le monde comme tout Président en carton

Je ne mourrai pas sans que tu me dises on y va je te suis

Moi l’oiselle du cerisier

ton émoi bleu outre mer qui vole en archipel.

Niala-Loisobleu.

1er Janvier 2023

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.