ONDE


ONDE

Prise des doigts la page en retour fait la couverture

Les marques de l’ancienne grange sont clouées dans leurs planches

La haie-vive tient l’églantier comme essence au rythme des lourds pis de meuhs en balade sous la garde du chien noir

La pluie traîne son essorage au tamis bleu du chevalet des doigts

Le roulement du train berce cette nuit -là

Niala-Loisobleu – 30 Décembre 2022

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.