FIGURE DE PROUE


FIGURE DE PROUE

On garde des dauphins une impression de sérénité que la navigation présente pousse au fond du saut

Le large ouvert à la proue, durant des siècles a gardé une infinité des possibles que la possibilité de tempête ne retenait pas à l’amarre comme un prétendu navire encré à St-Tropez ou Marbella

L’école de la mer forme sans passe-droit ni manche à galons le mousse au contenu de son caleçon

Tu rêves d’Espagne à la poussée des ailes du moulin de Don Quichotte ou de Mexique en sortant du lit de Frida pour peindre un bleu tiré de l’injustice corporelle

Et l’aube tirait de sa blancheur une autre espèce de communion qu’un succédané de dragées

Moi le vétéran revenu pas par miracle, mais parce pas héros pour un brin, grâce à l’assiette de mon cheval seul dans la rue vide

Cognant aux portes comme dans la gueule d’Halloween pour trouver la survivante

La Femme conforme à son genre

Celle qui a des seins à mettre à la bouche de la vie

La source claire dans un buisson d’algues où l’alevin gîte

Cette nature à pas vouloir perdre sa féminité pour battre le macho et prendre sa place

Tout tenon et mortaise

pour emboîtage de vie solide où s’asseoir.

Niala-Loisobleu.

15 Décembre 2022

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.