Au chevet des lunettes


Au chevet des lunettes

Le cheval manifeste juste ce qu’il est sur des mots d’amour à la plume d’oiseau

Les yeux d’un décollage pour l’île du soleil

Les mains pressant le jus de fruit du matin

Se revoir à quinze ans recolore le chemin de la verdeur de l’herbe au point de penser qu’on a rien à gagner à se refuser d’être entièrement ce qu’on est soi, quoiqu’il se passe autour.

Niala-Loisobleu – 10 Décembre 2022

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.