SOUS LES PEINTS


HENRI MANGUIN

SOUS LES PEINTS

Du chien qui court

la montée s’allonge

des tuiles apparaissent entre les feuilles

C’est le pore de la pierre qui derme

de la plante aux pieds

aux virages des lacets

Quelques fleurs demeurent

la cloche des vaches écarte le reptile

Au réveil des abeilles

ton odeur plus intime

se rappelle à mon passé 17 h

Des rondeurs apparaissent

dans le repli du mur de clôture des peints où tu as posé

les bras levés sur la montagne pour me tenter de tes seins

grande ouverte dans l’Olympe

la mer ramenée dans l’odeur

du trou d’eau au galop d’escalade

un faire forgé sellé sur la crinière du campanile.

Niala-Loisobleu.

7 Octobre 2022

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.