A LA POINTE NUE DE L’AVERSE – JACQUES BERTIN


NIALA

 À La Pointe Nue De L’Averse

Jacques Bertin


À la pointe nue de l’averse il y a mon amour

Elle est plus belle que l’averse et que l’eau sur la terre

Vient le vent nu sur son cheval et il la trouve belle

Le vent lui jette son filet, il se baisse et lui parle

Le vent l’emmène dans sa nuit, il la veut pour sa femme

De toute la blancheur des nuits, mon amour est plus blanche

Le vent la met dans le matin entre le gris et l’herbe

Au devant du matin debout, mon amour est plus belle plus belle d’herbe et d’eau souillée, la nuit dans son regard

Le vent s’en va. Pour mon amour les soleils vont se battre

Au bout nu de l’averse est mon amour

C’est plus beau que la pluie et l’eau sur terre

Le vent nu vient sur son cheval et il la trouve belle

Le vent lui jette son filet, il se penche et lui parle

Le vent le prend dans sa nuit, il la veut pour femme

De toute la blancheur des nuits mon amour est plus blanc

Le vent l’amène le matin entre le gris et l’herbe

Debout avant le matin mon amour est plus beau

Herbe plus juste et eau polluée, la nuit dans son yeux

Le vent passe. Pour mon amour les soleils se battront

Jacques Bertin


LES MAINS JUSTES PAR GABRIELLE ALTHEN


PIERRE BONNARD

LES MAINS JUSTES PAR GABRIELLE ALTHEN

Les Mains justes

Mais pourquoi notre terre, dans le manteau du soleil, était-elle si petite, notre terre et ses routes exquises, avec cyprès, châteaux et amandiers sur les terrasses ? Et notre peur de perdre et de mourir convoitait ces douceurs de façon si féroce que la fleur fut fauchée et le fruit se rompit.
On dit que, par le passé, aurait existé un bel amour qui laissait tout en place en caressant l’instant de ses mains toujours lisses.

Gabrielle Althen

BOUTURES DE CIEL


HUGO GRENVILLE

BOUTURES DE CIEL

La cloche d’une balise me parvient par-delà les éboulis

Des Sanguinaires descendent du ferry, le bandana sur la tête

Amarres

L’Atlantique franchi ses feux pour sentir de Grasse un parcours aéré du GR 20

De Calvi à Bavella

L’anneau tient

La barque a un ponton éternel amovible

Les jours passent la joie demeure dans l’ineffaçable. La chasse rouverte ne tire pas sur mes beaux-jours

Sans hasard la nature lutte, aux carreaux cassés des fenêtres la buée est restée, le souffle accroche

Du coeur d’un instrument à cordes l’hibiscus camoufle la lézarde d’une canicule

Les fleurs que ta robe laissent sortir des bretelles au ras des cuisses chantonnent, je m’avance à la régalade, les doigts pas encore secs de la palette

Que ceux qui n’aiment pas partent faire les vitrines.

Niala-Loisobleu – 20 Septembre 2022

TOIT EMOI


TOIT EMOI

En attente depuis des mois après les désordres du ciel d’un sinistre été, aujourd’hui la réparation du toit

s’amorce

Je lance mes yeux en avant de mes pieds

Quels désordres nous attendent aux abords de l’automne ? C’est devenu la mode

Je ne veux pas de la mode , la vie comme elle est dans son choix de départ me paraît plus qu’acceptable

L’équilibre est des relations la plus remarquable

Aimer pour moi c’est si simple que je crois comprendre pourquoi c’est toujours compliqué…

Niala-Loisobleu – 20 Septembre 2022