O Marie – Feu ! Chatterton et Bertrand Belin


PAULA MODERSHON-BECKER

 O Marie 

Feu ! Chatterton et Bertrand Belin

Y a quelqu’un qui appelle mon nom,

Y a quelqu’un qui appelle mon nom

On travail aujourd’hui, on travail sous la pluie

On travaille au tabac, hostie!

Mes mains sont noires a cochon,

Mes mains sont noires a cochon

Trente jours, et trente nuits

On travail au tabac, hostie!

Oui ma blonde elle attend après mois,

Oui ma blonde elle attend après mois

Je vais retourner avec beaucoup d’argent

On travail au tabac, hostie!

Oh driver donne moi une chance,

Oh driver donne moi une chance

Avez-vous du feu pour ma cigarette?

On travail au tabac, hostie!

Ce soir, on va au village,

Chanter le chanson, boire la boisson

On travail au tabac, hostie!

O Marie, j’ai mal a la tete

O Marie, j’ai mal a la tete

Donnez nous l’esprit, l’esprit du corps

On travail au tabac, Marie

Le bleu du ciel a change,

Le bleu du ciel a change

Apres quarante jours et quarante nuits

On ne peut pas travailler au tabac

Y a quelqu’un qui appelle mon nom,

Y a quelqu’un qui appelle mon nom

On travail aujourd’hui, on travail sous la pluie

On travail au tabac

MAINS TENANT 2 (REPRISE)


MAINS TENANT 2 (REPRISE)

Qu’est-ce à dire d’ici

sI non de rien  ?

Sinon quoi…

Toute

battante et sanguine

Le retour à l’androgyne

s’impose pour recouvrer l’usage des quatre membres noués

P1040741
« MAINS TENANT 2 » – NIALA 2015 – ACRYLIQUE S/TOILE 55X46 – COLLECTIO DE L’ARTISTE

L’âme soeur

est d’une seule tête

à doubler

en un choeur

d’un seul tronc de toutes essences

d’une m’aime racine persistante de feuilles murmurantes

A force de vouloir tes yeux comme regard à plonger

ta langue comme palais à gouter

tes seins aux miens tétonnés désevrés

ton ventre germe unique de mes semences sismiques

Plus d’erre aux marées basses

equinocci

automne-printemps

passant l’équateur

jours égaux aux nuits

pour se tremper les mollets dans l’identique aurore

jusqu’au ventre de la nuit

jardin des toiles

Ton humide à mon sec

mon araire à ta glèbe

cheveux tipi

au coeur de notre feu yourte

Hennissements des steppes sauvages

Niala-Loisobleu

23 Septembre 2015

Côte de m’aille


Côte de m’aille

Les orages tournent au loin. Je me rappelle leur injustice durant des années. Et aujourd’hui là côte semble heureuse de me voir venir elle

Protectrice et hospitalière

Les plages qu’elle étale sont de sable blanc, sans étocs et des pinèdes proches les aiguilles apprennent à coudre

Niala-Loisobleu – 7 Septembre 2022