L’ESPACE AGRANDI


EDVARD MUNCH

L’ESPACE AGRANDI

Sortis de la cour et tournés rive-gauche, passé les nids-de-poule, les sabots de mon cheval résonnent de toi en toi à travers leurs résidences du moment

dans l’encoignure des seins, sous le pont des jambes, le creux de l’aisselle de l’écluse ou de la poterne

Pas une rue n’échappe à sa crise, l’abondance est la voie de la fin, la guerre l’hôpital de la société, la pierre la page de tout épitaphe

Et ici dans l’ailleurs ce coin vers où pousse plus loin la végétation de son bonheur soumise à la lune aux carrefours du soleil

Une forêt-vierge, un ras-d’eau, un abreuvoir et les outils qui vont avec pour occuper ses mains ( tes hanches par exemple et ces excroissances propres à ta nature)

J’ai fait peintre par choix du défi et mon attention des objets-perdus s’en est accrue

Par exemple, entendre le Piaf chanter cette foutue samba en français, ça me dit ce que je n’éprouve pas le besoin de m’expliquer…

Niala-Loisobleu – 1er Septembre 2022

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.