PARIS A L’AUBE – JULIEN GRACQ


ALBIN BRUNOVSKY

PARIS A L’AUBE – JULIEN GRACQ

IL y a dans toute trajectoire un passage à vide qui retient le cœur de battre et écartèle le temps : celui où la fusée, au sommet amorti de sa course, se pose sur le lit de l’air avant de s’épanouir — où le gymnaste entre deux trapèzes, un instant interminable, appuie notre diaphragme à un vide de nausée — une perte de vitesse où la ville qu’on habite, et que recompose pour nous jour après jour, comme ces larves de lenteur qui flottent sur la moire d’une hélice, l’accélération seule, le volant lancé à fond d’un maëlstrom d’orbites folles, se change en fantôme rien qu’à laisser sentir un peu son immense corps. Le jour qui se lève sur Paris n’a pas affaire avec l’exultation de la planète, avec le lever de soleil orchestral de la Beauce ou de la Champagne : il est le reflux aveugle d’une marée interne du sang — il est l’affleurement sur un visage vivant, à la surface d’une vie close, d’un signe de secrète et rongeante fatigue — l’heure où la vie se retire vers sa laisse la plus basse et où les moribonds s’éteignent — il est ce moment poignant, cette heure douteuse, où d’une tête aimée sur l’oreiller le visage s’envole, et, comme à un homme qui marche sur la neige, un masque inconnu s’oriente selon l’éclairage incomparable de la mort.Ce cœur a beaucoup battu, et connaît maintenant que tant de beauté est mortelle. Il y eut des matins où, au fond des brumes du lit, le premier claquement amical d’un volet sur les ténèbres était la veilleuse rassurante qui brille toujours à la fenêtre d’un malade en danger — où les rues noires étaient les intervalles douteux d’une flotte à l’ancre d’étraves sourcilleuses, et où l’écho rassurant des pas sur l’asphalte ne pouvait donner le change sur son aptitude découverte à l’engloutissement. Dans l’air acide de l’aube qui se lève sur Paris, il traîne encore aujourd’hui par les rues vides, au pas du premier promeneur, quelque chose du coup de talon rude du marin qui éprouve le pont de son navire — il fond dans la bouche avec la première lampée d’air un goût de pain quotidien. La ville se dresse, ailée, effilochant son cocon de brumes jaunes, deux fois émouvante de sa force et de sa fragilité. Quiconque traverse Paris avant que ne se lève le jour traverse avec gêne un chantier engourdi en pleine marche, qui appelle instantanément l’herbe folle, une machinerie géante débrayée brutalement par le sommeil de l’œil et de la paume de l’homme, et déjà insensiblement érodée, ravalée à l’état panique de paysage par je ne sais quelle housse de pesanteur. Un désert à perte de vue de murs, de chaussées luisantes, et de miroirs d’eau claire propose chaque matin aux hommes la tâche exténuante de le fleurir tout entier, de le vêtir et de l’aveugler — comme ces maisons abattues qu’une palissade si exactement remplace, — d’une toile sans couture de circuits, de trajectoires et de rumeurs. Dans ces échafaudages machinés, ce labyrinthe de pistes luisantes, ces entassements de colonnes, le matin, comme un flot qui se retire, décèle à un troublant manque de réponse ce caractère de provocation pure à une activité incompréhensible qui demeure à une capitale aussi secret, aussi essentiel qu’à une femme la nudité. Cette heure aventureuse où Rastignac, du haut du Père-Lachaise, répond au défi, est en vérité une heure interdite. Un peuple entier a sécrété une carcasse à sa mesure monstrueuse pour y plaquer à bout de bras de toute sa hauteur la robe de ses millions de désirs. L’œil sacrilège qui glisse à travers la nudité grelottante d’une aube dans les rues de Paris surprend quelque chose du scandale d’un fond de mer entrouverte, de cet instantané plein de malaise d’une coupure encore exsangue que le sang dans une seconde va combler jusqu’à son bord. Une grêle rude de caresses s’apprête à fondre sur cette vacance amoureuse : le labyrinthe béant d’un ventre endormi et découvert féminise la ville, accroche à ses grottes secrètes les ressorts d’un éréthisme inlassable, attire dans ses rues à la première heure l’affamé et le solitaire, et communique à la flânerie matinale le caractère absorbant et coupable de la possession.Il y a une ivresse trouble à traverser, tremblante à l’extrême bord du repos nocturne, cette frange baudelairienne du « rêve parisien » où la ville, rédimée de toute servitude, s’engrène une minute aux formes pures de l’espace et du temps, où le long des failles lisses des rues comme dans un port saccagé s’égalise la marée des brumes, et où la cité, entraînée au fil de son fleuve, écoute mania-quement sonner l’heure aux horloges plus attentives, dans cette majesté fascinante qui rebâtit de marbre une capitale à la veille d’un tremblement de terre. Le corps géant s’est dépris une fois de plus d’un coup de reins dédaigneux de tout ce qui le manie, comme une divinité aux yeux vides et bleuâtres qui se recouche, à nouveau déserte, pour peser sur l’horizon d’un poids pur. L’étrangeté inabordable de la forêt vierge en une nuit revient expulser l’homme de l’ouvrage de ses mains.Les yeux qu’on frotte clignent une seconde sur le gel de cette nécropole pétrifiante, une main secourable empoigne les outils, le soleil libéré d’un million d’énergies refoule à ses brouillards le fantôme d’une lucidité inhumaine, un sang tumultueux et confiant bouillonne à tous les canaux, ouate un timbre de mort, brouille des perspectives inexorables, une face aveugle et sourde, médusante, se dilue dans le jour qui monte avec les étoiles : pour Paris, comme pour la sentinelle biblique, le matin vient, et la nuit aussi.

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.