ENFANCE RENOUVELEE DETE


ENFANCE RENOUVELEE DETE

Grimpant le mur l’épine aborde le temps comme il vient

laissant dans un indéfectible retour le tendre de sa couleur

Du flacon ouvert de son parfum tu te déshabilles

Chemin nuptial de l’herbe au campanile

sur char-à-banc de rires

que l’accordéon tire à quatre violons

Le riz remplaçant la grêle ouvre sa rizière aux reins du buffle à la Cabane-Bambou

et d’une jonque sur le fleuve ma mémoire monte au delta

Le chant est rempli de Marguerite et de Tante-Jeanne….

Niala-Loisobleu – 23 Juillet 2022

AVONS DE CHASSE


AVONS DE CHASSE

En escadrilles

elles décollent extraire

Gardiennes

de notre soleil

Humbles, précédent le coq dans ce qu’il a de vaniteux

tendries du passage de faire le plein dans la cressonnière

hennissantes d’une course en Camargue d’un Crin Blanc avec sa manade

à une danse en Avignon aux seins de la Femme en rase-motte

avant d’atterrir au bord des menthes

sans mutiler l’iris

Vincent conduit à la reconnaissance.

Niala-Loisobleu – 23 Juillet 2022

BLEUITUDE


je

BLEUITUDE

Tout moussu d’écume atlantique

Dans une trouvaille sous la pierre à maree- basse

L’harpon à bord avec le tuba

Jojo le Mérou peut nager tranquille j’ai bouché la murène au fond du trou. L’anémone respire calmement dans un rêve très érotisé par la couleur

Les algues te font la peau douce et le parfum d’iode pour me laisser te paner au sable blanc.

Un des mes délires Que les mouettes adorent

Niala-Loisobleu – 23 Juillet 2022

BLEUITUDE


je

BLEUITUDE

Tout moussu d’écume atlantique

Dans une trouvaille sous la pierre à maree- basse

L’harpon à bord avec le tuba

Jojo le Mérou peut nager tranquille j’ai bouché la murène au fond du trou. L’anémone respire calmement dans un rêve très érotisé par la couleur

Les algues te font la peau douce et le parfum d’iode pour me laisser te paner au sable blanc.

Un des mes délires Que les mouettes adorent

Niala-Loisobleu – 23 Juillet 2022

LEO FERRE – LA POESIE


LEO FERRE – LA POESIE

J’ai du savon qui lave
Les péchés capitaux
Un stylo-bille qui grave
Le goût d’un apéro
Un soutien-gorge à piles
Qui ne s’allume qu’aux beaux yeux
Un dentifrice habile
A blanchir les aveux
Un buvard facétieux
Qui sèche les chagrins
Un oeil pour lire à deux
Quand le jour s’est éteint
Un violon capital
Voilé de Chambertin
A faire sonner le mal
Plus fort que le tocsin

Si ça ne va pas
Tu peux toujours aller la voir
Tu demanderas
La Poésie
On t’ouvrira
Même si elle n’est pas là
D’ailleurs elle n’est pas là
Mais dans la tête d’un fou
Ou bien chez des voyous
Habillés de chagrin
Qui vont par les chemins
Chercher leur bonne amie
La Poésie

J’ai des bas pour boiteuse
A faire boiter l’ennui
Et des parfums de gueuse
A remplir tout Paris
Des pendules à marquer
Le temps d’un beau silence
Des lassos à lacer
Les garces de la chance
Des machines à souffler
Le vert de l’espérance
Et des vignes à chanter
Les messes de la démence
Des oiseaux-transistors
Qui chantent sur la neige
Garantis plaqués-or
Plaqués par le solfège

Si ça ne va pas
Tu peux toujours aller la voir
Tu demanderas
La Poésie
On t’ouvrira
Même si elle n’est pas là
D’ailleurs elle n’est pas là
Mais dans la tête d’un fou
Qui se prend pour un hibou
A regarder la nuit
Habillée de souris
Comme sa bonne amie
La Poésie

J’ai du cirage blond
Quand les blés vont blêmir
De la glace à façon
Pour glacer les soupirs
Des lèvres pour baiser
Les aubes dévêtues
Quand le givre est passé
Avec ses doigts pointus
J’ai tant d’azur dans l’âme
Qu’on n’y voit que du bleu
Quand le rouge m’enflamme
C’est moi qui suis le feu
J’ai la blancheur du cygne
A blanchir tout Saint-Cyr
Et sur un de mes signes
On meurt pour le plaisir

Si ça ne va pas
Tu peux toujours aller la voir
Tu demanderas
La Poésie
On t’ouvrira
Des fois qu’elle serait là
Elle te recevrait même pas
Elle n’est là pour personne
Elle n’aime pas qu’on la sonne
C’est pas une domestique
Elle sait bouffer des briques
Mais quand elle veut, Elle crie

A barre ça, quoi de neuf ?


A barre ça, quoi de neuf ?

Plus frais par ici, ça porte à faire sourire La Chaume

L’aigrette a l’air ouverte au changement et le tilleul à garder l’infusion au placard

Prendre position attire la main-gauche à rouler adroite

Fleurs nouvelles avec tendresse au grimpé d’un mur cat dégage la mer

La voile soulève la vague au-delà du tropique…

Niala-Loisobleu – 23 Juillet 2022