PLONGEE CONCEPTUELLE


Richard Parkes Bonington

PLONGEE CONCEPTUELLE

Aux thermes d’un bassin mis en exercice chamanique pour un grand-bain, le peintre ouvre l’ô sans s’être couvert selon la recommandation en vigueur qui oblige les pharmacies à avoir un distributeur extérieur ouvert jour et nuit

Trop show, il s’écarte du Cap-d’Agde pour se diriger vers des restes de mosaïques de cité romaine sous l’empire de fresques ayant survécu aux orgies volcaniques du temps jadis

Le cheval est sorti de l’écurie en disant O.K. pour une balade en forêt-maritime sans rapport avec une manoeuvre de rattrapage présidentiel, les haras des Champs-Elysées et leurs partouzes c’est que du porno professionnel

La nature selon l’haricot qu’on commence par planter dans un pot respecte en tous points mon concept sexuel

Il faut garder ailleurs que dans un éco-musée les lois de la nature à l’usage des enfants

A mon âge je tremble encore de la découverte du point de départ de la Naissance du Monde que m’offrit ma copine de trois ans le jour où elle me dit qu’on peut avoir une différence dans le même petir-bateau

Depuis ce jour je garde un concept de la vie totalement poétique qui m’a toujours détourné de la rue St-Denis pour partir en voyage à la Gare de l’Est lever le soleil.

Et vous connaissez ma préférence, donc ma couleur de genre

Tout ça pour dire que la crise actuelle n’altère pas ma baguette de sourcier quand elle va en quête d’une source à forer.

Niala-Loisobleu – 22 Juillet 2022

DU BON POIDS


DU BON POIDS

La vie a toujours eue besoin d’équilibre pour tenir droit le fléau de son histoire, les pestes et choléras aux basques, conquêtes , guerre de 100 ans, siège sans faire d’enfant, dictatures royales-révolution-empire, font partie de son constant..

L’oiseau a toujours gardé son assiette dans la chevauchée non sans y laisser quelques plumes

Quand la mer est transparente je vois où trouver l’éponge pour la débarbouiller du noir et je plonge en apnée

Car tant qu’il y aura des hommes tout s’aggravera, ce qui pourrait expliquer ma préférence bien que la perfection soit une hérésie développée par les dieux

J’aime le lourd c’est du généreux sur le vide.

Niala-Loisobleu – 22 Juillet 2022

DANS L’IMPATIENCE DU GRENIER


ALBIN BRINOVSKY

DANS L’IMPATIENCE DU GRENIER

Au coeur d’une sécheresse dont les sentiments posent interrogation, j’ai arrosé tes zones érogènes d’une chanson de corps de garde

Bandonéon qui se contorsionne pour rentrer les récoltes des semailles du tant qu’on s’aimait au grenier

La boule jette ses plus intrépides caresses quand tu fléchis à l’entrée de mon genoux entre tes cuisses

et que la plante recroquevillée sous son capuchon décapote un neuf bouton

Venus des villages lointains perchés en montagnes les clochers remontent aux forges

l’oiseau qui fait messager ne veut plus être un pigeon

Quant à lui le cheval est au labour depuis l’aube

l’odeur venue du sillon montre un reste d’ô en profondeur

Mon envie d’ananas repart en voyage.

Niala-Loisobleu – 22 Juillet 2022

TÉNACITÉ


TÉNACITÉ

La lumière va du port de la tête au compas des cuisses où l’arrondi du fessier se fait provocant

Ce noir ambiant est prétexte d’un lancé de bengales des corps végétaux

Sur la piste décolletée la tentation se fait frugale

Tango qui fait rêver le matelas de l’escale

À quai le cargo se passera de ses marins

Enrôlés dans un autre équipage

Les corps surpassent l’odeur des fumées âcres, l’amour sort ses sorciers…

Niala-Loisobleu – 22 Juillet 2022