LE GRAND VIAGER (Extrait) – LUC BERIMONT


PAUL GAUGUIN

LE GRAND VIAGER (Extrait)

LUC BERIMONT

Rassembler sans répit.

Savoir qu’une main cause

Au centre de l’esprit,

Que nous lui devons l’être

Le gîte et le couvert

La forme des fenêtres

Et les mots de nos vers.

Être une artère étanche

Du silence au papier,

Capter la lippée franche

Du fer et des osiers.

Avancer sans lumière

Au long des corridors

Dans la ruelle amère

Où s’arme notre mort.

Donner son cœur, ses lèvres

A qui n’attendait rien.

Déraciner la fièvre

Remplacer l’eau du puits

Les oranges , la fève

Le pain qui n’est pas cuit.

Marcher tout son voyage

En mendiant son feu,

Renverser les barrages

Sans hargne, comme un jeu.

Délimiter la terre

Pour mesurer son nom.

Obtenir son pardon

De vivre; et puis se taire.

.

LUC  BERIMONT

.

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.