FORAGE


FORAGE

Sous mes yeux l’encrier se débouchonne, tu as trempé ton porte-plume dans l’encre bleue

Ce n’est pas cet étouffement qui jaillit mais un ressenti qui fait lever les bras dans un départ d’oiseau d’entre les pierres sèches

Puisatière qui court la plaine en tenant l’ombrelle de ton arbre à soie (Autre rose de bibliothèque, mature à souhait) en laissant aux dingos de Kho-Lanta les pompes réglementaires à faire. L’exploit-chasseur ne va pas plus loin qu’une législative, trois fois hélas

L’oiseau t’emmène derrière l’église pour te lire à même les menthes

là où les marguerites grimpent le chemin de croire, le bénitier dévissé du dogme pour se tremper le fondement

Il s’avère que la croissance du dérèglement porte à des écarts de langage qui peuvent se retourner quand on les passe sous le robinet dans l’écumoire

Je me rafraîchis les lentilles en écartant les graviers de la chaussure au profit des spartiates.

Laisser à nu montre l’aspect du réel du soleil filtré dans l’épaisseur végétale.

Niala-Loisobleu – 16 Juin 2022

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.