POIL AUX YEUX PAR MATHIEU BERNARD ROGER


POIL AUX YEUX PAR MATHIEU BERNARD ROGER

Cheveux… poil aux yeux !
Récit d’ÉOLE.
Vents, qui troublez les plus beaux jours,
Rentrez dans vos grottes profondes,
Et laissez régner sur les ondes
Les Zéphyres et les Amours.

En scène un cheveux blond, fut-il
Le hasard le posa là, plait-il ?
Volatil, subtil et imbécile
Le blond que voila de quoi présage-t-il ?
Clitidas:
Ou diantre si charmante apparition m’envahit le décor ?
Du bras qu’avec tant de délicatesse elle me décore ….
(Note : grand étonnement d’Eriphile qui tout à coup relève la présence
inopportunante d’un long cheveux jaune qu’il cueille sans empressement
de deux doigts sensibles.)
D’où viens-tu voyageur ?
Ce qui suit est une litote façon Molière en l’honneur d’un incident minime
(note: qui aurait parfaitement pu rester dans un anonymat sans importance sauf que… )
Aristione :
Que fi ! Eriphile que d’un tel Hasard d’un rien vous habille
J’ai laissé par mégarde errer un de mes blonds cheveux
N’ayez en ce sens aucun regard pour cette broutille
Sur le champ je quémande qu’il quitte votre système pileux
Où il n’a que faire, voyez déjà comme sa feutrine
Dore vos horizons ombrageux qu’il chagrine.
Clitidas:
Que nenni Madame, n’y voyez-là rien de douteux
Votre déplumage m’entame en rien votre ramage
Le laisser repartir me paraîtrait titiller fâcheuse désunion
Elle apparaîtrait de votre part comme un désaveu
Et laisserait la trace d’une bien regrettable image
Courez céans plaider au royaume des brosses son pardon
Certes s’il put paraître particulièrement téméraire
Je ne vois en cela qu’une aventure qui a tout pour plaire
Aristione
Bien qu’incidemment affranchi de ma chevelure
Je puis vous affirmer que ce blond a perdu la tête
Qu‘en sentinelle inadéquate d’un inconscient obscur
Il confondit courage et forte minable escampette
Trouvez ici noble Eriphile l’expression ébouriffée
D’une chevelure d’excuses ardemment empressées
Clitidas:
O boucles et mèches de blé chargés de nonchaloir
Moissons d’extases paillant des alcôves d’espoirs
Ces souvenirs dans cette chevelure qui s’y dorent
J’aimerais la brasser comme les pièces d’un trésor
Blond témoin murmuré au son fretté des cithares
Derrière ton trait de lumière symbole frissonnant
Ta légèreté nous raconte de souriantes histoires :
Pourtant…
Un poil égaré n’a jamais fait déborder les océans ..

Mathieu Bernard Roger

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.