LANGUE D’OCRES


Niala . Paysage en cours (31 Mai 2022)

LANGUE D’OCRES

Alors qu’en sa diagonale la langue remonte les saillies de l’anatomie des collines de mauves ouvertures poussent l’herbe folle à s’enhardir

Chemins blancs de sentes où quelques chèvres font leurs cornes

Sans s’inquiéter de la clôture naturelle des buissons qui retient l’éboulis d’une étreinte derrière la maison

quelques oiseaux tissent des couleurs pour tenir à l’abri de toute attente

Au chant du rabot l’ébéniste tire un meuble des restes de l’ormeau, pendant que l’enfant espiègle se penche sur la vue des cuisses ouvertes de la rivière

Trois vaches broutent le tapis vert du billard à trous laissé le long du film muet du chemin-de-fer

On entend le train se râcler la gorge dans la montée au tunnel qui débouche sur la corniche

Les bûcherons rendront les troncs.

Niala-Loisobleu – 31 Mai 2022

2 réflexions sur “LANGUE D’OCRES

Les commentaires sont fermés.