DESSUS DU PANIER


DESSUS DU PANIER

Sur l’avant-dernière goutte de l’embrun, au point d’atteindre la sphère visée

la vague bande l’arbalète pour décocher la case en attente

Un son mécanique entendu possède les crocs du grappin pour l’abordage

jeté, bord à bord

La peau sort de l’attirail des jarretelles , grand pas de plus pour sentir la viscère sous ses bretelles

Au bout de sa course d’un arbre de la forêt à l’île flottante l’oiseau pose son oeuf à couver

Sachant qu’en ce que ce monde détourne, maquille, désespère, en restant attaché dans son vide de défenestré lâchement potentiel, il reste sous la peau de la chair vivante que le désirable pousse au large des promesses qui ne seront jamais tenues, on dépasse l’osé pour vivre sans que la peur décide

Tes osiers souples tressent ces vanneries pour ce qui s’écrit en se trempant dans la pulpe.

Niala-Loisobleu – 28 Mars 2022

2 réflexions sur “DESSUS DU PANIER

    • L’œuf s’oppose sans mentir, comme l’usage du like pervers à toute forme de stérilité
      C’est à pleurer de rire de voir comme la peur peut rendre son usage intempestif. La fourberie ne trompe que ceux qui en usent
      L’œuf qui couve est un acte non des mots
      Merci Ma…

      Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.