LA DERNIERE QUI ME BAT L’ANSE


LA DERNIERE QUI ME BAT L’ANSE

Au coeur de l’estuaire

la pleine mère au point d’Ars

je l’entends visiblement battre par-dessus les barrières, cet amour saut de haines

Nous quittâmes la nuit dans un silence à distance en laissant l’impasse journalière poser son caddie au trottoir des passes. D’aucuns vendant leur peau de lapin en disant voici mon âme. Nous les yeux dans la bouche d’un moulin à eau qui harpe l’écluse

Rien dans les mains, tout dans les doit du devoir se refaire sans bricoler le monde, l’oiseau dans la fraise bleue de son ventre en art son pour que l’enfant parle des maisons qu’il voit dans ses arbres, d’évent qui lui ébranle le tronc, du chemin qu’il allonge en s’enfilant la tête sous le travers sein

L’horizon à cheval sur la corde au pied de la prochaine cathédrale tirant sa flèche contre les canons

Arrivés à rien, nous voici à la tête des premières pâquerettes d’un printemps autrement.

Niala-Loisobleu – 17 Mars 2022

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.