HALEINE


HALEINE

La Chaume poitrine dégrafée s’écarte des branches mortes, en resserrant ses bras autour du tilleul sans envie de sommeilLa huppe de l’oiseau au plumage tigré sautille sur le parcours vitré de l’atelier en passant dans l’herbe repoussée

La douleur au dos restée vient se frotter à la chaleur du tableau qui repousse les mauvais maux

Sur le chevalet se dessine une femme qui dirait de l’avenir sans lire ailleurs que des yeux. Mèche en soupente, front en mansarde. Au pied du lit, sur les tomettes qui branlent son ventre ouvert sur la lirette marque les premiers mots à faire-part.

Niala-Loisobleu – 14 Mars 2022

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.