ENTRE TIEN EMOI 47 (REPRISE)


ENTRE TIEN EMOI 47 (REPRISE)

Plus loin que voir l’oeil

à travers les hautes herbes

des oiseaux plantés sur pilotis

cabanent

A quai

la chaîne étirée entre les bornes dépassées rêve de franchissement en regardant les pavés fichés au sol

Reste en débit la colonne du laissé pour compte

séparer le sel de la fleur et la fleur de la celle genre je casse la gueule à l’inquiétude osant essayer de monter la plénitude au bon étage habité.

Ce qui à chaque fois me Soulages d’un pissé sur l’outre-noir. Ne pas se tromper de faute c’est valable en poésie comme en tous commentaires. Des fois par soleil clair je ride de voir ma tête dans l’eau. Le reflet est cruel. Au moment ou le héron cendré sortit d’un bouquet d’iris d’eau j’ai revu mes fesses d’enfants rirent en Moëze-Oléron. J’ai eu l’idée que mourir là où j’avais vu la mer pour la première fois pourrait tenir une vraie idée de moi au-delà de la traversée. Les huîtres chaudes de la Cabane, un délice, le manque du principal, un supplice (fût-elle plate comme un hypocrite s’en prenant à l’Education Nationale).

Niala-Loisobleu – 31/03/19

2 réflexions sur “ENTRE TIEN EMOI 47 (REPRISE)

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.